FrenchEnglishSpanishPortugueseItalianGermanPolishArabic

Nous allons maintenant citer Ray Palmer, rédacteur en chef de Soucoupes volantes, expert en la matière, convaincu que les découvertes de l’amiral Byrd aux deux pôles offrent une explication sur l’origine des soucoupes volantes. Ray Palmer croit, en effet, que les engins volants non identifiés ne viennent pas d’autres planètes, mais de l’intérieur de la Terre, où existe une civilisation très en avance sur la nôtre en matière d’aéronautique, utilisant les soucoupes volantes pour leurs voyages aériens, et se propulsant à la surface de la Terre par l’intermédiaire des ouvertures polaires. La Terre creuse  Voici comment Palmer explique son point de vue « La Terre est-elle bien connue ? N’existe-t-il aucun endroit sur Terre qui pourrait nous fournir une explication possible sur l’origine des soucoupes volantes ? Il y en a deux. Ils se trouvent dans l’Arctique et dans l’Antarctique. « Les deux vols de l’amiral Byrd aux pôles prouvent que la configuration de notre globe dans ces régions a quelque chose « d’étrange ». Byrd s’envola vers le pôle Nord, mais ne s’y arrêta pas. Il continua au-delà, sur une distance de 2 700 kilomètres, puis fut obligé de rebrousser chemin, car sa réserve d’essence diminuait. Comme l’appareil progressait au-delà du pôle, apparurent des régions libres de glace, avec des lacs et des montagnes couvertes d’arbres, et même à un moment un animal monstrueux qui ressemblait à un mammouth de l’Antiquité. Tout cela fut rapporté par les occupants de l’avion. Pendant presque la totalité du voyage, l’appareil survola un paysage de montagnes, de forêts, de lacs et de rivières. « Quel était ce pays inconnu ? Est-ce que Byrd en naviguant plein nord était entré dans l’intérieur creux de la Terre à travers l’ouverture polaire ? « Avec la dernière expédition de Byrd au pôle Sud, nous pénétrons une fois de plus dans une région mystérieuse et inconnue, dont il n’est fait mention sur auc une carte. Et une fois de plus, après la première annonce de l’événement, c’est le silence total. Des milli ons de gens apprennent la chose – et quelle chose ! Elle mériterait au moins quelques commentaires. Mais rien ! La curiosité du public s’aiguise… dans le vide. On se heurte à un mur. Vraiment étrange… « Et pourtant les faits sont là.

Aux deux pôles existent de vastes éte ndues de terre inconnues, apparemment habitables, dont la superficie peut à peine êt re calculée. Cette superficie doit être énorme, peut- être aussi grande que celle des Etats-Unis tout entiers en ce qui concerne le pôle Nord, et encore plus grande au pôle Sud. « Les soucoupes volantes pourraient venir de ces deux terres inconnues  » au-delà des pôles « . Notre opinion est que l’existence de ces terres ne peut être ré futée par personne, si l’on veut bien considérer sans préjugés les faits que nous venons d’énoncer. » Voilà ce que dit Ray Palmer. Et une fois de plus la question essentielle est posée. Si l’amiral Byrd a proclamé devant tous que son expédition au pôle Sud ét ait « la plus importante de l’histoire du monde », et si, au retour, il a ajouté : « La présente expédition a ouvert une nouvelle et vaste terre », par quel phénomène étrange et inexplicable une telle découvert e est-elle pratiquement entrée dans l’oubli ? Des raisons politiques. Il n’y a qu’une seule réponse rationnelle à ce mystère. Après la brève annonce publiée dans la presse américaine, et basée sur le rapport radio de Byrd, toute publicité ultérieure a été supprimée par le gouvernement, pour qui Byrd travaillait, et qui ava it des raisons politiques importantes à cacher cette découverte. Car les terres étranges survolées par l’amir al aux deux pôles sur une distance totale de 6 400 kilomètres sont probablement aussi grandes que l’Am érique du Nord et l’Amérique du Sud réunies. Et il est évident que le gouvernement des Etats-Unis a craint qu’un autre pays n’entreprenne des vols similaires et n’aille plus loin, jusqu’à revendiquer ces territoires pour son propre compte. « Considérant tout cela, écrit Ray Palmer, il n’est pas étonnant que les nations du monde entier se soient soudain vivement intéressées aux régions polaire s – et particulièrement à l’Antarctique – et qu’elles aient entrepris des explorations de grande envergure. » Cette terre, centre du mystère. Palmer estime que le nouveau territoire découvert par Byrd, et qui n’est mentionné sur aucune carte, se trouve à l’intérieur, et non à l’extérieur de notre gl obe. C’est pour cela que le grand explorateur l’a appelé « le Grand Inconnu »…

Extrait de LA TERRE CREUSE par Raymond Bernard

 

 109 

Voir en PDF