SURVEILLEZ la RÉSONANCE DE SCHUMANN en LIVE !

La littérature concernant Nibiru a 2 piliers :  Zecharia Sitchin et Immanuel Velikovsky.

Selon Zecharia Sitchin, qui a déchiffré les écrits des sumériens, il existerait une planète grosse comme 3 ou 4 fois Jupiter qui entrerait à tous les 3,600 ans dans notre système solaire. Quand à Immanuel Velikovsky, à l’aide de documents qui datent justement de 3,600 ans, il a établi que les 10 fléaux d’Égypte du temps ou Moise et son peuple quittaient l’esclavage en Égypte ont frappé non seulement l’Égypte , mais tous les peuples de la terre. Les 10 fléaux d’Égypte ont étés universels. 

Et quand on regarde ce qui se passe dans l’actualité, il semble que les mêmes catastrophes qui se sont produites il y a 3,600 commencent à se reproduire à notre époque.

Donc , imaginez ce qui se passerait si une comète grosse comme 3 fois Jupiter et bourrée de force magnétique et gravitationnelle entrait dans notre système solaire.Onconstaterait plus d’explosions solaires – plus de volcans – plus de tremblements de terre – plus de météorites – plus de météores, au fur et à mesure que l’objet entrerait dans le système solaire.

C’est exactement ce qui est en train de se produire.

Rapport de L’institut de recherche (MIUR), à Bari (BA), en Italie
Extrait:
3.6 une planète éloignée et massive : Planète X/Nemesis/Tyche
Un candidat potentiel pour expliquer l’accroissement des anomalies lunaires pourrait bien être un corps trans-plutonien massif de la taille d’une planète située dans les périphéries éloignées du système solaire : la Planète X/Nemesis/Tyche (Lykawka & Mukai 2008; Melott & Bambach 2010; Fern´andez 2011;
Matese & Whitmire 2011).
En effet, comme nous le verrons, la perturbation engendrée par celle-ci pourrait entraîner une variation à long terme en outre …
Constat de Cornell University = accroissement de l’excentricité de l’orbite de la lune
Extrait:Une récente analyse de la position de la lune par données laser pendant 38.7 ans révèle un accroissement anormal de l’excentricité de l’orbite de la lune

Une potentielle explication newtonienne serait un objet massif trans-plutonien (Planet X/Nemesis/Tyche) …
Department of Earth Sciences – le 26 février 1999
Arguments for the presence of a large undiscovered solar system planet (PDF en anglais)
Cometary evidence of a massive body in the outer Oort cloud – octobre 1999
J.J. Matese, P.G. Whitman & D.P. Whitmire
Icarus 141 (2): 354-366, Octobre 1999
Résumé: Environ 25% des 82 nouvelles classes I nuage d’Oort comètes ont une distribution anormale des éléments orbitaux qui peut être mieux compris s’il existe un perturbateur lié dans le nuage d’Oort externe. Anomalies corrélés statistiquement significatives comprennent directions Aphelia, les énergies, les distances périhélie, et les signatures de la variation du moment angulaire en raison de la galaxie. Le perturbateur, agissant de concert avec la marée galactique, les causes de ces comètes à entrer dans le cylindre de perte – un intervalle de nuage d’Oort comète distances périhélie dans la région planétaire qui est vidé par des interactions avec Saturne et Jupiter. Plus concise, l’impulsion sert à salir la perte de frontière de cylindre vers l’intérieur le long de la piste de l’perturbateur. Ainsi, il est plus facile pour la marée galactique pour rendre ces comètes observables. Un plus petit nombre de comètes sont directement injectés par le mécanisme impulsif. Nous estimons que les interactions perturbateur-Comet ont lieu à une distance moyenne de approximative de 25.000 UA. La naine brune putatif aurait une masse de 3 (x) (divisé par) 2M (Jupiter) et une orbite dont la direction normale est de 5 ° du plan médian galactique. Cet objet n’aurait pas été détectée dans la base de données IRAS, mais sera détectable dans la prochaine génération de satellites / brun recherches nains, y compris Syrte. Il est également possible que ses émissions de radio rendraient distinguer dans radiotélescopes sensibles tels que le VLA

Royal Astronomical Society – octobre 1999
J.B. Murray
Monthly Notices de la Royal Astronomical Society 309 (1): 31-34, le 11 Octobre, 1999
Résumé: distances de Aphelion des comètes à longue période montrent un léger excès autour de 30.000 à 50.000 UA du Soleil. Positions des cométaire aphélie au sein de ces limites de distance sont alignés le long d’un grand cercle incliné à la fois l’écliptique et du plan galactique. Ce document examine l’une des explications possibles de cette classification non aléatoire: que cela est dû à des perturbations orbitales par un objet inconnu en orbite dans les distances mentionnées ci-dessus. Un modèle compatible avec les observations nous donne une orbite rétrograde (inclinaison de 120 degrés) de l’objet avec une longitude du noeud ascendant à 77 ° ± 13 °, une période de 5,8 x 106 ans et un rayon de 32,000 UA. Le même modèle donne une position actuelle de l’objet inconnu de la PR 20 (h), 35 (m), décembre 5 °, avec un demi-grand axe de l’ellipse d’erreur de 14 ° et une demi-petit axe est de 7 °. La magnitude est susceptible d’être plus faible que 23. Un tel objet lointain serait presque certainement pas rester lié à l’âge du système solaire, et récente capture dans l’orbite actuelle, mais aussi de la faible probabilité, l’origine reste moins probable pour cette planète hypothétique.
En Février 1999, JB Murray a présenté un exposé à la Royal Astronomical Society intitulé «Arguments pour la présence d’une station du Grand Undiscovered Planet Solar System ». (Http://www.blackwell-synergy.com). L’article de Murray exploré diverses explications pour ce qu’il a appelé un « regroupement non-aléatoire des comètes à longue période», qui a conclu ses travaux de recherche sont « alignés le long d’un grand cercle incliné à la fois l’elliptique et le plan galactique. » Son étude a examiné la possibilité que cette classification non aléatoire était due à « perturbations orbitales par un objet en orbite à découvrir dans les distances de 30.000 à 50.000 UA du Soleil. » La modélisation mathématique de Murray prédit que l’objet aurait une orbite rétrograde inclinée à 120 degrés. Dans un Octobre 16, 1999 Article Economist intitulé « X Marks the Spot », Drs. Murray et Matese, après avoir regardé les orbites d’environ 300 comètes à longue période, ont séparément conclu qu’un trop grand nombre d’entre eux viennent de la même région de l’espace. Ils suggèrent que «oscillation des marées » de la galaxie est « modulé par la gravité de quelque chose de grand dans le nuage d’Oort lui-même. »Le nouvel objet doit être très faible, ces astronomes suggèrent, ou il aurait été repéré. Cela signifie que ce n’est pas une étoile. Ils prédisent que l’objet est de trois fois la taille de Jupiter. Ils suggèrent également que l’objet n’est pas une «bonne planète», car, prenez note: «son orbite semble courir dans la direction opposée de celles des neuf planètes connues. » Ceci est un autre factoid nous pouvons ajouter à ce qui précède «anormaux» concernant l’existence de Marduk / Nibiru. Comme le elish Elish nous dit, la planète Marduk est entré dans le système solaire sur son «horaire, orbite elliptique», et a frappé la Terre, qui se déplaçait dans son «orbite gauche ordonné. » Donc la planète que nous recherchons aura une orbite qui va dans le sens opposé de celles des neuf planètes connues de notre système solaire. (Chalk un autre pour Sitchin.)

Trouvé sur http://poles.xooit.fr/t411-Monthly-Notices-of-the-Royal-Astronomical-Society.htm
Un rapport du Lawrence Berkeley Observatory = University of California

Extrait:

Témoignage de Nemesis:
une étoile compagnon solaire
Richard A. Muller
Université de Californie
Berkeley, Californie
RÉSUMÉ

La preuve que le soleil a une étoile compagnon « Nemesis » est démontrée par des extinctions massives périodique. Une idéogramme gaussienne du taux d’extinctions des espèces dans les océans montre des périodes de 26 à 30 millions d’années. L’analyse des cratères d’impact sur la terre montre une période de 28,4 à 30 millions d’années, en fonction du cratère sélectionné. Les modèles qui tentent d’expliquer ces périodes par des oscillations dans le plan galactique, ou par l’intermédiaire des effets d’une dixième planète, sont gravement viciée. Si les délais vu dans les données sont réelles (et non le résultat d’une fausse fluctuation statistique) l’«hypothèse de Némésis» est la seule explication qui a survécu à un examen attentif. Le modèle prédit que l’impact de Nemesis qui a eu lieu lors de tempêtes brèves il y a plusieurs millions d’années serait peut-être la cause es extinctions massives périodique. Une recherche de Nemesis est en cours à Berkeley.

Un document signé par R. S.  Harrington – U.S. Naval Observatory – Washington

Nibiru : découverte le 17 mai 1988 par Robert Sutton Harrington de la NASA

Références trouvées sur http://poles.clicforum.com/


[box type= »info »]

Pour plus d’informations sur la planète Nibiru ainsi que sur les origines du monde, 5 livres tirés de l’oeuvre de Zacharia Sitchin sont disponibles pour les  abonnés(es) de la Presse Galactique.

[/box]

Print Friendly, PDF & Email
Catégories : SCIENCE

la-PG

LE QUOTIDIEN QUI RÉUNIT. Un Blog consacré à la transition individuelle et planétaire et au maintien d'un taux vibratoire élevé.