Ce que cette tribu d’Amazonie nous apprend sur la tension artérielle

par Xavier Bazin

A la fin de cette lettre, vous en saurez plus sur l’hypertension que 90 % des médecins.

J’exagère ?

Pas du tout.

A la Faculté, votre médecin a appris des choses dépassées et aujourd’hui contredites par la science moderne.

A commencer par cette idée fausse : la tension augmenterait naturellement avec l’âge.

Non, la hausse de la tension en vieillissant n’est pas « normale » !

C’est un des « dogmes » les plus enracinés de la cardiologie.

Il n’y a pas si longtemps, on disait même qu’une tension « normale », c’est 100 + votre âge.

Si vous avez 20 ans, la tension normale serait de 120 (ce qui est la même chose que le « 12 » que vous dit votre médecin quand il dit que votre tension est à « 12/8 »).

Et si vous avez 60 ans, il serait « normal » d’avoir une tension de 160 (ou « 16 »).

Mais on sait aujourd’hui que tout ceci n’a aucun sens.

Je vous l’écrivais déjà il y a deux ans :

« Chez les peuples chasseurs cueilleurs, qui ont le mode de vie le plus « naturel » qui existe, il semble que la tension n’augmente pas d’un pouce avec l’âge »[1].

Et ça y est, la preuve définitive vient de tomber.

Elle nous vient de la forêt amazonienne, à la frontière entre le Venezuela et le Brésil[2].

Là, des chercheurs en cardiologie ont étudié deux tribus amazoniennes assez différentes :

  • La première tribu (Yanomami) est totalement isolée du monde occidental et a conservé son mode de vie 100 % traditionnel ;
  • La seconde tribu (Ye’kuana), elle, fait du commerce avec l’extérieur et consomme un peu de nourriture industrielle.

Eh bien cela fait une grosse différence sur leur tension artérielle !

Chez les Yanomami coupés du monde, la tension artérielle est de 95 / 63 en moyenne.

C’est très bas quand vous pensez que la moyenne est de 120 / 70 (ou 12/7) en moyenne dans les pays occidentaux !

Mais le plus étonnant, c’est que cette tension n’augmente pas du tout avec l’âge !

Et surtout, ce n’est pas ce qu’on observe dans la tribu voisine, les Ye’kuana, qui consomment un peu d’aliments transformés.

Chez les enfants, la tension artérielle est identique dans les deux tribus.

Mais à 50 ans, la tension artérielle des Ye’kuana est plus élevée de 15 points par rapport aux Yanomami !

Bien sûr, cela reste un niveau très raisonnable – avec 110 de tension seulement.

Mais c’est bien la preuve que l’augmentation de la tension avec l’âge est liée au mode de vie occidental…

…et c’est aussi la preuve que si notre hygiène de vie était parfaite, notre tension resterait la même de 7 à 77 ans !

Quand on comprend cela…

…on comprend aussi pourquoi les médicaments contre l’hypertension sont problématiques :

Pourquoi il est dangereux de baisser la tension artificiellement

Car la hausse de votre tension artérielle n’est pas un « accident » ou un « problème génétique ».

C’est une réaction de votre corps à un environnement qui ne lui convient pas :

  • Une alimentation déséquilibrée ;
  • Un manque d’activité physique ;
  • La pollution de l’air[3] ;
  • Etc., etc.

Et comme toute réaction naturelle de votre organisme, l’hypertension n’est donc pas faite pour vous embêter.

L’objectif de votre corps n’est pas de vous tuer par un accident vasculaire cérébral (AVC).

Si votre tension augmente, c’est généralement parce que vos artères sont en mauvais état.

Avec des artères jeunes et souples, une tension artérielle basse suffit à bien faire circuler votre sang… et à irriguer tous vos organes en oxygène et en nutriments vitaux.

Mais si vos artères deviennent rigides, le sang circule moins bien et votre tension augmente mécaniquement, pour votre bien.

Pensez à un tuyau en mauvais état : vous avez besoin d’une « pression » plus forte pour que le liquide arrive à bon port.

Eh bien c’est la même chose avec le sang dans vos artères, qui transporte l’oxygène et les nutriments indispensables.

Voilà pourquoi il est très risqué de baisser votre tension artérielle artificiellement, par des médicaments.

Vous mettez en danger les organes les plus difficiles à irriguer : vos reins[4], votre cerveau[5]… et votre cœur lui-même[6].

C’est tout le problème de se concentrer sur le symptôme plutôt que sur la cause de la maladie !

Alors bien sûr, si vous avez 180 de tension, il est raisonnable de prendre un médicament pour la faire baisser… car une tension trop élevée peut être douloureuse et dangereuse.

Mais gardez bien en tête que le médicament ne règle pas votre problème… vous êtes en train de parer au plus gros danger (l’AVC) mais vous vous créez d’autres problèmes de santé !

Évitez les médicaments si vous avez une tension « modérée »…

La meilleure preuve nous est donnée par une étude récente, publiée dans le très reconnu JAMA internal medicine[7].

Cette étude montre que si vous avez une tension entre 140/90 et 160/100, sans facteur de risque cardiaque…

…eh bien il est clairement dangereux de prendre des médicaments contre la tension !

Car sur 20 000 patients ayant une tension un peu trop élevée, ceux qui ont reçu des médicaments ont eu, au bout de 6 ans :

  • 2 % de risque de plus de mourir ;
  • 9 % de risque de plus d’avoir une maladie cardiovasculaire.

Les chercheurs disent que ces différences ne sont pas « statistiquement significatives », mais ces chiffres ne sont pas vraiment rassurants.

Au minimum, prendre des médicaments ne sert à rien.

Pire : l’étude montre qu’il y a nettement plus d’effets indésirables dans le groupe qui a reçu des médicaments :

  • Plus d’hypotension ;
  • Plus de syncopes ;
  • Plus d’accident rénaux.

Eh bien sûr, ce ne sont là que les conséquences directes d’une tension trop basse.

Certains médicaments contre la tension causent d’autres dégâts – comme le montrent ces titres de presse récents :

  • « Hypertension : des médicaments augmentent le risque de cancer du poumon » (Pourquoi Docteur, 25 octobre 2018)[8] ;
  • « De nombreux médicaments augmenteraient le risque de dépression », dont des médicaments contre l’hypertension (Santé Magazine, 14 juin 2018)[9] ;
  •  « Un traitement antihypertenseur provoquerait des cancers de la peau » (Pourquoi Docteur, 16 décembre 2017)[10].

Je vous reparlerai une autre fois de ces risques-là et des médicaments qu’il faut tout particulièrement éviter.

Aujourd’hui, ce que je tiens à vous dire, c’est qu’il est risqué de faire baisser sa tension artificiellement, car votre tension n’augmente pas sans raison.

…Mais ne renoncez surtout pas à faire baisser votre tension !

Les médecins ont beaucoup de mal à comprendre cela, parce qu’ils ont été formatés aux « médicaments ».

Du coup, leur raisonnement est binaire :

  • Si vous êtes « malade », vous avez besoin de médicaments ;
  • Si vous n’avez pas besoin de médicament, c’est que vous êtes « sain ».

Mais c’est profondément faux et simpliste.

OUI, au-dessus de 130, votre tension est trop élevée (pensez au Yanomami d’Amazonie !).

Mais NON, cela ne veut pas dire que vous devez prendre un médicament pour la faire baisser !

Votre tension élevée est le signe que quelque chose ne « tourne pas rond » et que vous devriez vous attaquer à la cause du problème !

Je vous rappelle les 3 réflexes les plus importants pour baisser votre tension naturellement :

  • Mangez davantage de légumes riches en potassium : épinards, laitue, salade romaine, chou, chou frisé, tomates, concombres, courgettes, aubergines, citrouilles, carottes ;
  • Réduisez votre consommation de glucides à indice glycémique élevé : sucreries, biscuits, gâteaux, céréales industrielles, riz blanc, pain classique et pommes de terre ;
  • Et faites de l’activité physique : 10 000 pas par jour et 20 à 30 minutes plus soutenues (vélo, natation, course, etc.) au moins trois fois par semaine.

Dans la plupart des cas, ces simples ajustements devraient suffire.

Mais si votre hypertension est « enracinée », il faudra faire plus, avec des remèdes naturels spécifiques.

Bonne santé,

Xavier Bazin

Source: https://www.sante-corps-esprit.com/tribu-amazonie-tension-arterielle/

Print Friendly, PDF & Email
Catégories : SANTÉ

la-PG

LE QUOTIDIEN QUI RÉUNIT. Un Blog consacré à la transition individuelle et planétaire et au maintien d'un taux vibratoire élevé.

Scroll Up

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer