par Dominique Lacroix

Accepter d’apprendre est un processus important pour l’évolution actuelle de l’être humain vers un autre état de conscience. Accepter d’apprendre est ce qui nous permet d’être dans un état de réceptivité et d’ouverture, c’est ce qui permet le changement. Apprendre signifie pouvoir laisser aller tout ce que nous avons appris pour laisser émerger quelque chose de nouveau, que nous ne connaissons pas encore. Et cela peut être insécurisant ou faire peur.

 

Accepter d’apprendre, c’est accepter de se détacher de ce que nous avons appris avec notre conscience humaine, alors que nous étions dans un état de déconnexion du flot de l’intelligence universelle. Persister à croire que nous savons déjà ou que nous savons mieux que les autres, c’est être fermé au nouveau. Le retour vers un état de conscience aligné à la Source signifie que nous devenons capables de ne plus voir avec les yeux de la peur, mais que nous voyons tout avec les yeux de l’amour.

 

Être dans un état d’apprentissage signifie que nous cessons de juger les autres et les circonstances selon ce que nous avons appris et décidé… Il faut bien comprendre que ce que nous savons et acceptons comme vrai actuellement provient soit de ce que l’on nous a appris lors de notre éducation, soit de nos expériences passées. Ces informations ont modelé nos filtres de perception ou systèmes de référence si vous préférez. Et nous faisons des choix de vie, nous prenons des décisions, nous nous faisons une opinion sur tout sujet, la plupart du temps en obéissant inconsciemment à ces filtres. Autrement dit, nous ne sommes pas vraiment NOUS. Tant que nous ne prenons pas conscience de ce processus, nous sommes simplement le produit de l’éducation et de l’endoctrinement de la culture, de la religion et de la société dans lesquelles nous sommes nés. La famille est simplement l’outil par lequel ces croyances sont transmises.

 

Par exemple dans notre société occidentale moderne, il est normal que deux êtres vivent ensemble dans la même maison, aient des relations sexuelles et puissent avoir des enfants sans être mariés. Il y a cent ans seulement, et même cinquante, cette situation était perçue comme inacceptable et ceux qui la vivaient étaient rapidement jugés, rejetés et considérés avec peu d’amour, de compassion ou de compréhension. Les parents « adultères » ou ceux qu’on appelait des enfants « illégitimes » trainaient toute leur vie durant le poids de ce jugement. 

 

Lorsque nous jugeons, nous envoyons une fréquence vibratoire basse et limitante à la personne ou à la situation que nous condamnons et ce faisant, nous maintenons cette énergie bien vivante. Ce que nous ne comprenons pas, c’est que cela revient toujours vers nous puisque la réalité est toujours une réflexion de notre propre énergie. C’est ainsi que nous créons des liens énergétiques qui nous alourdissent. Par contre, si nous émettons une énergie de compassion et d’acceptation, nous émettons une vibration puissante qui a le pouvoir de transformer la personne qui en est l’objet. Et en retour, nous nous en sentirons renforcés car cette énergie d’amour et de compassion, par la force de la loi de l’attraction, nous sera retournée dans de nouvelles expériences.

 

Ce qu’il faut bien comprendre est que le jugement sur ce qui est acceptable ou non, bon ou mauvais, est « appris ». Il provient uniquement de la perception d’autres êtres humains (religieux, scientifiques ou politiciens, peu importe, ce sont tous des êtres humains) dont la position d’autorité leur permet d’imposer leur vision et leurs croyances. Le fait de nous en remettre aux autorités est aussi quelque chose que nous avons « appris » en ayant accepté de nier notre propre autorité intérieure. Donc lorsqu’un nombre suffisamment important de gens acceptent une nouvelle idée, celle-ci devient « la nouvelle norme ». Notre société ayant évolué suivant ce modèle ou le normal est ce qui est acceptable par l’ensemble des membres d’un groupe, les conditions de vie se sont élargies et beaucoup de choses autrefois inacceptables sont maintenant vues comme étant acceptables par la société moderne.

 

Cependant, en dépit de ces apparentes avancées, tant que l’être humain ne prend pas conscience de la nature réelle de son être, de sa dimension éternelle et infinie, et de l’inter connectivité qui existe entre tous les êtres, rien ne change vraiment. Ainsi, il y a encore des êtres, des choses ou des situations qui sont catégorisées comme « anormales ou inacceptables ». Or ce jugement de valeur est tout à fait arbitraire, ce qui est normal ou acceptable dans une société ne l’est pas dans une autre. Le changement véritable vient lorsqu’un être éveillé prend conscience de tout ce processus d’endoctrinement et décide de redevenir authentique et vrai. La première condition pour que cela se produise est d’accepter que notre nature réelle, est divine, éternelle et parfaite, mais que nous vivons actuellement une expérience d’incarnation dans le monde matériel. Et la deuxième est d’accepter de laisser aller toutes les définitions que nous donnons aux choses et aux situations, depuis la perspective limitée de notre aspect humain, pour ouvrir la porte à une dimension de réalité que nous ne pouvons même pas encore imaginer.

 

Devant toute nouvelle expérience ou tout défi que la vie nous présente, nous devons nous placer en situation d’apprentissage. Il ne s’agit pas « de savoir à l’avance le bon choix ». C’est l’expérience elle-même qui nous amènera de la clarté et du discernement sur ce que nous sommes et notre pouvoir réel – si nous voulons bien apprendre de l’expérience en cessant de nous diminuer et de nous juger. Nous sommes souvent dans le doute, nous hésitons à prendre des décisions car nous avons peur de nous tromper. Notre société a fait des expériences qui ne donnent pas les résultats espérés « des échecs » plutôt que des apprentissages. Nous avons peur d’être jugé et rejeté et cette peur nous empêche d’expérimenter avec confiance en suivant notre guidance intérieure. La peur démolit notre confiance en notre guidance. La peur nous fait nous conformer aux attentes des autres et de la société pour ne pas être critiqué, rejeté ou puni ou même exclu…

 

Comment est-il possible d’arriver à avoir tellement confiance en quelque chose que l’on ne connait pas encore pour être capable de lâcher prise sur tous nos acquis, nos accomplissements, nos avoirs, notre sécurité, etc. ? Je crois que ce processus de lâcher-prise est quelque chose de graduel pour la plupart des êtres. La confiance que nous sommes bien plus que ce que nous avons cru et que nos possibilités sont infinies est quelque chose qui s’intègre et se solidifie alors que nous demandons à comprendre et à reconnaitre QUI NOUS SOMMES VRAIMENT, à travers toutes les expériences que nous vivons.

 

Et puis nous sommes des êtres ayant le libre arbitre. Et si vous y pensez bien, ce libre arbitre ne peut que provenir d’un espace qui ne juge pas, qui ne demande rien, qui n’attend rien et qui est toujours présent. Car sans cela, le libre arbitre serait le plus grand piège ! Toute expérience est donc permise et possible pour amener une âme-conscience à se connaitre et à retrouver la voie vers sa nature véritable qui est celle de l’amour. Bien sûr, il ne s’agit pas ici d’encourager les expériences difficiles, mais bien plutôt de comprendre qu’elles sont plutôt le résultat de l’ignorance qui résulte de l’égarement d’une âme-conscience hors de la vibration d’amour d’où elle provient. La vibration d’amour universelle est toujours présente et à notre époque, elle appelle encore plus intensément chacun à retourner vers elle. Mais le libre arbitre empêche que le retour vers la Source d’amour soit imposé. Le choix doit être fait librement et il se fait alors que nous acceptons d’apprendre de toutes nos expériences, que nous acceptons de nous ouvrir au nouveau et à ce que nous percevons comme « inconnu. »

 

Si nous partons du principe que l’amour inconditionnel est le fondement de toute chose, alors nous devons accepter que vous comme moi, nous sommes aimés inconditionnellement par la Source originelle. Tout être vivant est accepté et aimé sans condition. Il n’y a rien qu’aucun être ne puisse imaginer, penser, faire ou être qui peut être rejeté par l’amour inconditionnel. Sinon, il ne serait tout simplement pas inconditionnel, comprenez-vous cela ?

 

Parce que l’amour ne juge pas, il comprend. L’amour ne punit pas, il accepte. L’amour n’attend rien, il est toujours présent. L’amour ne condamne pas, il soutient. L’amour ne divise pas et ne catégorise pas, il unifie. Dans l’amour, il n’y a pas peur, car tout existe en lui et par lui.

 

Ainsi devant une situation que vous jugez « cruelle, inacceptable ou horrible », posez-vous la question suivante : selon qui ? Qui juge que l’expérience de vie choisie par un autre être humain n’est pas acceptable ou devrait être différente ? Qui juge que le cataclysme géophysique ou l’attentat terroriste n’est pas en accord avec le divin qui est présent partout ? Quel aspect de vous comprend ce que cette expérience peut avoir comme résultat sur la conscience de ceux qui la vivent ou en sont témoins ? Le moi humain motivé par la peur ou le Moi divin et infini vibrant d’amour et de compassion ?

 

Souvent il s’agit d’accepter que l’expérience soit encore nécessaire à quelques-uns pour s’ouvrir au changement. il ne s’agit pas de la rejeter ou de la combattre ou de rejeter ou combattre ceux qui l’ont déclenchée. Car la combattre par la peur ou l’intolérance ne fait que contribuer au maintien des mêmes énergies que nous décrions. Réagir différemment, c’est se sentir uni à la présence qui nous habite tous, c’est faire preuve de compassion et d’amour envers tout ce qui existe, sachant que toute expérience est temporaire et va conduire à l’expansion de la conscience de l’humanité, alors que nous reconnaissons ce potentiel comme réel. Il faut apprendre à voir avec les yeux de l’amour.

 

Il faut voir au-delà des apparences le potentiel d’amour qui existe en chaque être humain, la lumière qui est présente au milieu des ténèbres. Et c’est cette reconnaissance de l’essence véritable des êtres et des choses qui peut transformer la situation en élevant sa vibration. C’est toujours et uniquement votre propre vibration, le regard que vous posez sur tout et sur tous, qui est le facteur influençant le changement. Votre vibration a la capacité d’implanter une nouvelle information (ou d’allumer une flamme si vous préférez) dans l’objet de votre attention. C’est en cela que réside votre véritable pouvoir. Et une fois cette graine plantée, elle portera ses fruits au moment approprié, quand le terrain qui la reçoit sera prêt.

 

Le changement frappe à notre porte de plus en plus fort. Or le changement est quelque chose que notre aspect humain essaie souvent d’éviter. On veut que les êtres et les choses que nous aimons ou qui nous sécurisent restent pareils sans comprendre que l’on offre alors une résistance au nouveau qui essaie d’émerger. Oui le changement peut amener des circonstances imprévues et des situations différentes de ce que votre aspect humain voudrait ou croit avoir besoin, mais si vous avez fait l’effort de vous connaître vraiment, vous saurez qu’à travers tout cela, vous êtes aimé et soutenu et vous aurez tout ce qui est nécessaire à votre évolution, votre bienêtre et par-dessus tout à votre expansion.

 

Si vous désirez un soutien personnalisé, je vous invite à consultez l’onglet « Ressources » sur www.NouvelleRealite.com pour toutes sortes d’outils pouvant soutenir votre désir de changement.

 

Avec beaucoup d’amour

Dominique

Print Friendly, PDF & Email

la-PG

LE QUOTIDIEN QUI RÉUNIT. Un Blog consacré à la transition individuelle et planétaire et au maintien d'un taux vibratoire élevé.