par Sophie Riehl

Certains enseignements et thérapeutes prônent de quitter le passé pour pouvoir avancer. Certes, il est important d’avoir une vision claire de notre devenir et du sens que nous voulons donner à notre vie. Cependant, si nous faisons l’impasse sur l’influence du passé, celui-ci nous rattrape un jour ou l’autre. Qui n’a pas créé une situation dont il ne voulait pas ? Qui n’a jamais eu l’impression de rejouer son histoire familiale ? Et avez-vous déjà eu cette réflexion : «je pensais pourtant avoir dépassé tout cela, pourquoi est-ce que ça se représente dans ma vie ? ».

Il y a une seule réponse à toutes ces questions : votre passé est toujours vivant en vous, et inconsciemment vous le ramenez dans votre présent. Après tout, notre représentation du monde est issue de nos croyances et celles-ci se sont construites sur notre éducation et le regard unique que nous portons sur la vie. Que signifie «le passé vivant» ? Il s’agit des émotions qui continuent d’alimenter vos mémoires. Plus le traumatisme est grand, plus l’émotion est chargée et puissante. A l’inverse, de grandes joies peuvent aussi être un frein si vous ne savez pas les dépasser et que vous restez dans l’attente qu’elles se reproduisent exactement de la même façon. C’est la nostalgie du passé qui vous fige dans un autre espace/temps. La fleur de Bach  “le chèvrefeuille” vous permet de soigner cet état.

La sagesse, c’est cette phrase de Patrick Bruel (eh oui, on peut être inspiré de la culture populaire) : « pour pouvoir vivre une minute, il faudra rendre celle d’avant » (clip ICI). Or, rendons-nous notre passé, savons-nous le lâcher si nous avons encore des regrets ou du ressentiment ? Pour profiter de notre devenir, il s’agit d’élargir notre conscience sur la nouveauté et d’éteindre les émotions souffrantes vibrant dans nos mémoires.

De plus nous sommes des êtres multidimensionnels, la guérison demande de toucher aussi notre âme. Tout cela fait partie du processus de libération de l’Être. Cela commence par la guérison de notre enfant intérieur. C’est un monde très vaste, notre base de données de cette vie avec ce que nous avons ramené de nos incarnations précédentes et notre transgénérationnel. Il n’est pas possible de faire l’impasse sur cette pratique et espérer se libérer vibratoirement de son passé. Pour entrer dans le monde de la conscience divine, notre enfant intérieur doit lui aussi redevenir un enfant lumière, pas que dans un monde idéal, mais avant tout dans ses expériences personnelles. Cela implique de pratiquer la régression (par la relaxation, l’imagination créatrice…) pour faire remonter les souffrances antérieures et les transmuter. Je vous ai déjà proposé plusieurs outils pour travailler sur vous-même, des méditations guidées et des conférences en ligne sur le monde de l’enfant intérieur, ainsi que des ateliers pratiques.

Vous guérissez votre enfant intérieur, vous atteignez la liberté d’être, vous ne subissez plus votre passé et vous redevenez le créateur actif de votre vie en vibrant votre identité divine. De plus, cela facilite le retour à l’unité, car l’enfant et l’adulte s’associent pour former un tout plus grand : la sagesse, la conscience et la protection de l’adulte, l’innocence, la joie, la spontanéité et l’insouciance de l’enfant. Cela génère un grand processus de décristallisation de la souffrance dans le chakra du cœur et permet l’expansion de celui-ci, qui mènera à l’Ascension et au retour à la connexion divine.

Ensuite, régressez aussi ou plutôt intériorisez-vous pour atteindre votre âme et sortir du cycle souffrant des incarnations déconnectées. Votre âme a accumulé des millénaires de vies de croyances de séparation avec la Source. Elle est souvent dans le refus de l’incarnation et cela freine votre réalisation matérielle et l’expansion de votre plus grande joie. Cette pratique vous permettra de revenir dans l’acceptation de l’ici et maintenant et de ne plus pratiquer la recherche spirituelle comme une fuite de la réalité matérielle. Un outil très simple et très purifiant pour se libérer des incarnations souffrantes est l’ancrage quotidien à la Terre et au Ciel. Être sur Urantia Gaïa n’est pas difficile, ce qui a été compliqué, ce sont les comportements humains issus d’une réalité déconnectée. Si ce n’est plus ce que vous voulez, engagez-vous dans de pures pratiques spirituelles pour retrouver le chemin de l’unité et de la connexion à la vie : aimez-vous, pratiquez la reconnaissance et la gratitude, choisissez la Paix, faites de l’Amour Lumière votre priorité.

Au fur et à mesure que vos régressions vous libèrent du passé, vous progressez vers votre véritable liberté et vous redevenez le créateur multidimensionnel de votre existence en utilisant votre magie personnelle. Comprenez que la notion du temps est très relative, c’est la Conscience qui se déplace et en retrouvant votre pouvoir personnel et la réalité multidimensionnelle, vous devenez les joueurs d’un nouveau monde vibratoire où vous ne subissez plus vos mémoires intérieures ou le monde de l’autre. Vous déplacez votre Conscience dans différents espaces/temps (enfant intérieur, vies antérieures, autres dimensions) et vous pouvez modifier ceux-ci pour créer une réalité plus grande où « vous rendez l’instant d’avant pour créer et profiter de celui qui fait votre Présent ».

Print Friendly, PDF & Email

Sophie Riehl

C'est avec joie que je lirai et répondrai personnellement à toutes vos questions ou réflexions. - Mon site web: www.sophieriehl.com/ - Pour lire mes chroniques ou me contacter CLIQUEZ ICI !