par Georgi Stankov

En d’autres termes, pour maintenir la condition d’interférence constructive sur tous les niveaux énergétiques du corps, qui est un système d’ondes, certaines fluctuations (déviations) sont nécessaires, que l’on appelle couramment et par erreur « maladies ».

Comme tous les systèmes spatio-temporels, le corps est une onde stationnaire et une pulsation en même temps. Tant le maintien de la santé que le développement des maladies sont assurés par des interférences et des résonances constructives ou destructrices de nature complexe sur d’innombrables niveaux énergétiques du corps. Un certain nombre d’états divergents sont nécessaires pour que le corps reste fonctionnel et efficace dans l’axe temporel d’une vie humaine, en un mot – LA SANTÉ !

Je vais illustrer cette situation par l’exemple suivant : On sait que le corps féminin change considérablement pendant la grossesse. Les changements comprennent les valeurs hormonales et sanguines (p. ex. la glycémie), la fréquence cardiaque et la tension artérielle, la composition des différents tissus, en particulier l’élasticité des tendons et des fibres musculaires et ainsi de suite. Si ces changements n’étaient pas liés à la grossesse et s’ils n’étaient pas interprétés comme des adaptations physiologiques nécessaires à la symbiose de deux organismes distincts dans un même corps, dans lequel le fœtus est complètement dépendant du métabolisme de la mère et donc lié à la naissance à venir, qui présuppose un ramollissement hormonal du tissu mésenchymateux, afin que le canal de naissance puisse se former et s’élargir, de telle sorte que l’enfant sorte de la matrice en toute sécurité, les médecins devraient définir la grossesse comme une maladie selon la définition courante.

La seule raison pour laquelle ils n’interprètent pas la grossesse comme une maladie, bien qu’il s’agisse encore d’un point de vue très courant chez de nombreuses personnes de cultures différentes, est qu’ils reconnaissent le but ultime fonctionnel et téléologique des changements physiologiques pendant la grossesse dans les systèmes humoral, neuronal et hormonal et le système musculosquelettique. Leur connaissance des exigences de la grossesse et de l’accouchement les empêche donc de considérer ces écarts par rapport à la valeur normale comme « pathologiques », mais comme des adaptations physiologiques nécessaires à la grossesse.

Si des changements comparables se produisent dans le corps d’un autre être humain, alors les médecins les définiront immédiatement comme « pathologiques » sans trop de cérémonie pour une seule raison : ils ne connaissent pas les mécanismes régulateurs nécessaires de l’organisme, comme expliqué dans ce traité. Surtout, ils ne savent rien de l’existence des énergies astrales causales de l’âme qui créent et soutiennent le corps humain.

Sur la base de cette attitude mentale limitée, ils ne tiennent aucunement compte de leur mode d’action et de leurs mécanismes d’adaptation dans l’interprétation des résultats médicaux. En rendant hommage à la doctrine matérialiste, les médecins interprètent sans critique et sans réfléchir tous les changements optiques et morphologiques (1) qu’ils détectent avec leurs méthodes diagnostiques comme des preuves de la maladie.

L’étiquette qu’ils donnent ensuite à cette condition corporelle et qu’ils présentent comme diagnostic est d’importance secondaire, à moins que cette étiquette de maladie ne mène à une thérapie avec des médicaments inhibiteurs cellulaires, qui augmentent considérablement la morbidité et la mortalité du patient. Cela nous ramène à mon postulat d’origine :

L’ignorance spirituelle est la source de tout mal en ce monde.

Dans la tétralogie, et en particulier dans le volume 3, j’ai prouvé de manière complète et indéniable que la science, mais surtout la bio-science et la médecine, sont dans un état d’agnosticisme total par rapport à leur objet d’étude, la matière organique. Cette ignorance s’exerce activement sur les patients, en particulier en médecine, qui est une science appliquée hétérogène et a conduit au plus grand génocide collectif de l’histoire de l’humanité, qui, soit dit en passant, se poursuit sans relâche.

Outre l’agnosticisme scientifique des médecins, par souci d’exhaustivité, je dois également mentionner certains points de vue psychologiques erronés, qui sont partagés sans réserve non seulement par les médecins, mais aussi par tous les patients, et qui maintiennent psycho-énergétiquement le mauvais système de soins de santé actuel en vie.

Tant les médecins que les patients considèrent la maladie et la mort, auxquelles elle aboutit en fin de compte, comme un échec. Les médecins, qui sont formés pour guérir les patients à tout prix, doivent inévitablement se sentir perdants lorsqu’ils ne peuvent pas guérir leurs patients ou si, malgré leur thérapie, ils meurent. Cette endoctrinement des médecins en tant que guérisseurs incontournables est passée dans leur sang et exerce sur eux une pulsion contre nature et très forte pour toujours revendiquer le succès.

Ce rôle leur a été imposé par le système de santé actuel et par la société, de sorte qu’ils doivent recourir à toutes les contorsions imaginables de leur conscience et à des mensonges flagrants pour dissimuler leur impuissance face à la nature biologique et ainsi présenter leur impuissance, déguisée en cas de laboratoire, comme compétence professionnelle aux patients apeurés.

Il s’agit d’une angoisse professionnelle fondamentale, dont la source réside dans la peur de la mort, à laquelle les médecins sont constamment confrontés, mais surtout dans leur peur de leur propre mort, qu’ils peuvent supprimer superficiellement, mais en aucun cas éliminer, car ils savent de manière indubitable qu’ils sont impuissants devant la mort et la plupart des maladies.

Ils ne peuvent donc pas cacher cette vérité révélatrice de leur âme à eux-mêmes, mais ils peuvent la cacher à leurs patients, devant qui ils semblent toujours aussi compétents professionnellement, comme s’ils étaient des sauveurs angéliques planant sur la vie et la mort, pour faire justice à la prétention d’être un « guérisseur ». C’est essentiellement l’attitude de base du médecin d’aujourd’hui sous forme pure, qui peut bien sûr avoir de nombreuses facettes différentes et des mensonges blancs existentiels. Cependant, le succès de la guérison est une expérience très rare que les médecins sont autorisés à avoir dans leur profession.

Premièrement, les médecins ne peuvent guérir la plupart des maladies chroniques, même s’ils font semblant de le faire. De plus, ils ne connaissent pas la pathogenèse de toutes les maladies chroniques, qui représentent environ 90 % de l’ensemble du matériel de la maladie. Il suffit de jeter un coup d’œil au manuel standard de médecine interne « Harrison’s Principles of Internal Medicine » pour se convaincre du fait qu’il ne contient que des hypothèses sur la cause de la maladie.

Dans ce manuel volumineux, toutes les suggestions thérapeutiques sont également accompagnées d’un grand point d’interrogation, car on ne connaît pas le mode d’action de tous les médicaments, comme je le prouve en détail dans le volume 3. Un autre regard sur le manuel standard de pharmacologie et de thérapie « The Pharmacological Basis of Therapeutics » de Goodman & Gilman suffit pour étayer mon affirmation. Le lecteur ne trouvera pas un seul médicament dont le mécanisme d’action a été précisément clarifié.

Je n’évoque ces faits que sommairement à ce stade, afin de m’épargner une argumentation détaillée au nom de mon jugement dévastateur sur « l’état de l’art » de la médecine et de la pharmacologie modernes. J’ai l’avantage d’en savoir plus sur la médecine et la pharmacologie que tout autre spécialiste sur cette terre. J’ai prouvé cette connaissance d’une manière étendue et claire dans mes livres.

C’est pourquoi, dans cet essai, je peux me permettre d’introduire des conclusions pertinentes ad hoc, sans faire d’efforts inutiles pour les prouver à nouveau. Je mentionnerai simplement ici que j’ai discuté à maintes reprises des questions traitées ici avec différents collègues afin de tester leurs réactions. Il était facile à chaque fois de les mettre dans un besoin de preuve et de les convaincre, malgré leurs objections initiales, de mon jugement dévastateur sur la médecine actuelle, de sorte que mes arguments et conclusions résistent à tout examen professionnel sans restriction.

La détresse mentale et cognitive des médecins est encore aggravée par l’attitude de leurs patients. Une sinistre symbiose se développe entre eux, que la psychiatrie qualifie à juste titre de « folie à deux » (madness in twos). Comme les médecins, tous les patients sont terrifiés par la mort et toutes les maladies qui tôt ou tard entraînent la mort. Les deux groupes sont majoritairement composés d’âmes immatures et agnostiques qui voient la mort comme la fin ultime de leur existence…

À suivre…

Extrait de False Views on Health and Disease par Georgi Stankov

Traduction la Presse Galactique

Print Friendly, PDF & Email

la-PG

LE QUOTIDIEN QUI RÉUNIT. Un Blog consacré à la transition individuelle et planétaire et au maintien d'un taux vibratoire élevé.