Des scientifiques viennent de prouver que les super éruptions stellaires sont non seulement capables de toucher les jeunes étoiles très actives mais aussi les plus anciennes. Notre soleil n’est donc pas à l’abri de subir un tel phénomène d’autant que, selon les cycles d’éruption, la prochaine période à risque aura lieu en 2023 et 2024.

Cette annonce a été faite dans le cadre de la 234e assemblée de la société astronomique américaine qui s’est tenue à Saint-Louis. Elle est le fruit de constatations faites par une équipe de scientifiques. Pour étayer leur raisonnement, ces derniers ont passé au peigne fin, via le télescope spatial Kepler, les structures de 43 étoiles dont l’âge approche de celui de notre soleil (4,6 milliards d’années). Leur conclusion ne laisse aucun doute : bien que plus rares que chez les jeunes étoiles où elles peuvent se produire jusqu’à plusieurs fois par semaine, les super éruptions stellaires sont également susceptibles de toucher des étoiles à la longévité plus élevée.

Pour notre soleil, la probabilité est estimée à un cas tous les quelques milliers d’années. «Si la dernière s’est produite il y a 1.000 ans, elle a fait peu de dégâts, les gens ont dû voir une immense aurore boréale se dessiner», indique Yuta Notsu, qui a conduit l’étude. Reste qu’aujourd’hui, une telle perspective engendrerait un scénario bien plus anxiogène.

En effet, il y a fort à parier que le réseau électrique, sous l’effet de la bouffée de particules émises par le soleil en feu, serait largement perturbé avec des pénuries d’électricité à craindre pendant plusieurs mois. Les réseaux de communication (train) en subiraient également les effets. Les GPS deviendraient hors d’usage.

Source: https://www.cnews.fr/

Print Friendly, PDF & Email
Catégories : SOLAIRE

la-PG

LE QUOTIDIEN QUI RÉUNIT. Un Blog consacré à la transition individuelle et planétaire et au maintien d'un taux vibratoire élevé.