Transmis par Alain Titeca

Nous sommes les Moussemens, petit peuple de la nature. Pour vous humains, l’ancrage dans la matière est la règle. Cet ancrage est si fort que vous en avez oublié votre spiritualité et avec elle c’est la légèreté et la simplicité profonde de l’être qui s’est envolée.

Nous sommes approximativement l’opposé de vous. D’abord notre taille oscille de quelques millimètres à un ou deux centimètres pour les plus grands d’entre nous. Nous sommes des êtres invisibles et énergétiques. Nous passons la plupart du temps à danser et chanter dans les mousses, ici dans les mousses forestières mais nous avons des cousins qui vivent dans les marais.

Nous n’avons aucun besoin matériel, contrairement à votre espèce. Cet attachement à la matière est, pour vous, source de bien des embarras. Pour commencer, il nourrit votre construction égotique avec les désirs de possession, avec la convoitise et la peur du manque. Ensuite, l’ancrage dans la matière est d’une lourdeur très pesante. En effet la matière est de l’énergie condensée et informée. Elle vibre à une fréquence basse à l’opposé de la lumière et de la légèreté de l’être.

L’attachement à la matière est comme un voile posé sur la simplicité, il complique et transforme l’évidence en opacité. L’être est une chose très simple, pour y entrer, il suffit de ressentir circuler les énergies de la vie, celles de la terre, de l’air, de l’eau et du feu. Chers frères humains, n’oubliez jamais de vous reconnecter à la nature, elle est votre berceau et la source de la réalisation de soi. Une dernière chose que vous devez entendre, pour nous le Je n’existe pas et pourtant nous sommes Un, nous sommes les Moussemens.

Gratitude

Print Friendly, PDF & Email

Alain Titeca

Alain Titeca

Découvrez mon site: www.alain-titeca-sexologue.com/ et ma page FB. Pour me contacter ou lire mes chroniques CLIQUEZ ICI !