par Régis Raphaël Violette

Quelle que soit la vérité, chacun est en sa personnification, il n’y a rien à juger, ni à condamner, c’est à travers sa propre vérité, son vécu que se dévoile et révèle notre vraie nature divine, unifiant toutes les vérités en une, tout dans un amour dénué de tout jugement.

Stop ! Stop ! Stop ! À toute cette agitation humaine, à toute cette mascarade, à tout délire du mental, à toute cette spiritualité, à tous ces enfermements. Je vois ce monde comme une ruche d’abeilles, toutes affolées, toutes désorientées, sentant ainsi la fin qui s’approche. Stop! Silence, on ne s’entend plus. Stop! Fini les identifications aux histoires du passé, il n’y en a qu’une qui attire toute mon attention, celle du retour du fils prodigue, qui met fin au rêve. Stop! À toutes et tous ceux qui veulent sauver le monde, se sauver de ce qui s’en vient. Il n’y a rien à sauver pour la simple raison qu’il n’y a personne, le néant, ce n’est qu’un rêve. Stop à toute cette mascarade ! Nous ne sommes pas des abeilles, ce n’est pas parce que nous ne croyons plus à aucun concept, à aucune religion, à aucun prophète que nous allons tous nous affoler et vivre un tel délire du mental. Agape ! Agape ! Agape ! Stop  à toute cette agitation! Il n’y a que l’amour éternel, la paix et la joie. Il n’y a rien qui n’a quitté la source originelle, la source initiale, le retour du fils prodigue n’est qu’un rêve, cela met fin à tout le rêve, à toute création, dimension, au temps, à l’espace et au mental.

Stop! Abeilles affolées, ce n’est pas parce que la grande majorité n’a plus de point de repère qu’on doit s’agiter ainsi. La folie est illusoire, elle n’est pas réelle.Est-ce que nous sentons et ressentons la fin de toute chose ? Soyons dans la joie, dans la paix mais lâchons le mental, lâchons les histoires, cela appartient au passé. En fait, il n’y a jamais eu de passé, ni de présent ni de futur, est-ce que nous commençons à comprendre ? Qu’il n’y a que le rêveur endormi. Agape ! Agape ! Agape ! Sortons du rêve, il n’y a que la lumière et amour, il n’y a que cela, ne cherchons rien d’autre. Tout ce temps, à rêver, à croire à toutes sortes d’histoires, à être dans toute création, dimension, assujetti au temps et à l’espace, à croire être une personne, une âme, une conscience, un esprit, la pensée, tout est un rêve. Le rêveur avait tout planifié, un monde intérieur et extérieur, là où se côtoient l’ombre et la lumière. On dit que la spiritualité n’est que mensonge, mais tout est mensonge dans le rêve, qu’importe ce qui se présente sur le grand écran de la vie, la plus grande manifestation de l’illusion. Arrêtons d’invoquer le ciel, les étoiles, les entités de lumière, de faire référence aux histoires, au passé, présent et au futur ou autre enfermement, tout appartient au rêve. Libérons-nous de toute entrave, c’est dans le silence que nous endossons à nouveau ce que nous sommes de toute éternité, notre essence éternelle, en cet amour dénué de jugement, du rêve, de toute création et dimension.

Prenons le temps de nous dévêtir, d’enlever tous les masques, tous les rôles, tout ce qui s’attache au rêve et la vérité nue vous sautera aux yeux. Il n’y a personne, ce que l’on croit réel, n’est que le rêve, pour la simple raison que nous en sommes les acteurs, nous le croyons pour croire à l’illusion de séparation. On s’est laissé prendre au jeu, en vivant la séparation, le rejet, l’abandon, l’humiliation, la trahison et l’injustice, mais en jouant le jeu nous recherchons quoi, l’amour. Stop ! Stop ! Stop ! À tous ces mensonges, nous sommes l’amour, la paix et la joie éternelle, antérieure au rêve, à toute création, dimension. Ne nous laissons plus charmer par les histoires, par les beaux discours, par les marchands du temple. Agape ! Agape ! Agape ! il n’y a plus de rêve, nous sommes le rêveur éveillé, plus d’agitation, il n’y a que le silence de l’amour, de l’intelligence de la lumière, la paix et la joie. Le retour du fils prodige n’est que la dissolution du rêve, de toute création, dimension, il n’y a jamais eu personne, ou quoi que ce soit, que la lumière de l’amour. Toute souffrance vient de l’identification au rêve, aux créations, aux dimensions, au temps, à l’espace, à la forme, à la pensée, nous n’avons pas besoin de chercher, nous sommes déjà tout et rien à la fois, tout est que lumière et amour. Toute identification qui est autre que notre essence éternelle, apporte la souffrance, qui alimente l’espoir, tout est mensonge puisque nous sommes antérieurs nous sommes la lumière de l’amour.

Régis Raphaël Violette

Source: https://justeetre.blogspot.com/

image_pdfVoir en PDF

la-PG

LE QUOTIDIEN QUI RÉUNIT. Un Blog consacré à la transition individuelle et planétaire et au maintien d'un taux vibratoire élevé.