par Sophie Keller

Ce n’est pas dans la facilité que l’on fait l’expérience d’être soi-même et cette Pleine Lune nous permettra sans doute de l’explorer un peu-plus en profondeur.

Comme tous les ans, elle a lieu à cette période de l’année dans le signe des Gémeaux en face du Soleil en Sagittaire, qui évoquent à eux deux l’axe de l’information, de la communication et du savoir.

Dans une époque très marquée par une quête de sens, collective et individuelle, il est grand temps de s’affranchir de toutes les fausses vérités et informations qui peuvent nous être révélées sur ce chemin, de tous les dogmatismes aussi qui ont pu construire notre société, notre culture et notre personnalité mais qui conduisent à l’abus de pouvoir de toute sorte. La combinaison de la rétrogradation de Jupiter en Sagittaire d’avril à août 2019 et du nœud sud en Capricorne à proximité de Saturne et de Pluton.

La Pleine Lune en Gémeaux nous rappelle que c’est l’expérience personnelle qui conduit à la connaissance et à la capacité de transcender notre existence. Elle nous incite aussi à communiquer, à communier avec l’autre et à reconnaître en l’autre et en sa part d’ombre visible notre alter ego, celui par lequel nous accédons à la vérité cachée de notre identité. Dans le monde des Gémeaux, le monde est un kaléidoscope géant à multiples facettes où autant de vérités coexistent.

Cette fois-ci elle semble nous demander d’abdiquer par rapport à ce que nous croyons savoir et qui fait obstruction à notre véritable identité, et nous inviter à contacter celle-ci en faisant communiquer entre elles toutes les parties qui la composent. Le message céleste est d’autant plus fort que le nœud nord fera son entrée dans le signe des Gémeaux en mai 2020 face au nœud sud en Sagittaire et ce jusqu’en janvier 2022. Le nœud nord représentant la direction à suivre, le nœud sud, les excès à temporiser.

L’ascendant Scorpion de cette Pleine Lune et la configuration de Vénus en Capricorne aux côtés de Saturne et de Pluton nous initient une fois de plus à une transformation radicale. Accepter en conscience de lâcher ce à quoi nous sommes le plus attachés mais qui constituent une entrave à l’accès du royaume intérieur.

Avec Vénus, cela peut faire écho essentiellement à des situations affectives ou financières. Cela ne signifie pas qu’il faut démissionner le 13 décembre ou se séparer. Mais qu’il est urgent, vraiment urgent, de reconnaître et d’abandonner les schémas qui nous empêchent d’être nous-mêmes.

Le but de la vie n’est pas d’être dans une vérité quelconque, d’être une bonne personne telle qu’on nous l’a enseigné et d’avoir raison. C’est de pouvoir être libre d’être qui l’on est sans avoir peur de quoi que ce soit. Libre dans l’expression de sa parole et de ses mouvements sans craindre le jugement. A commencer par le sien. C’est à tous les schémas qui sont derrière toutes les situations qui entretiennent une quelconque sensation d’enfermement qu’il faut dire non. Cela peut faire peur car ils nous ont permis de nous structurer, de nous construire et de nous sécuriser. D’où une sensation de vide et la peur qui s’ensuit.

Il a beaucoup été question de vide en ce mois de décembre. Comme un passage obligé pour accueillir à nouveau ce qui est juste pour soi. En résonance avec l’arrivée de Jupiter en Capricorne le 2 décembre, pour une année qui peut se vivre comme une chute de notre idéal dans le principe de réalité. La bonne nouvelle c’est que le vide n’existe pas et qu’il semble que ce soit le meilleur moyen d’être présent à soi et de recevoir ce qui est juste pour soi. Et dans ce contexte, la réalité et le vide qu’il génère est sûrement la base à partir de laquelle tout peut vraiment arriver.

Dans la foulée de cette Pleine Lune, Chiron, le grand guérisseur blessé du zodiaque, comète géante placée entre Saturne et Uranus, le monde visible et invisible, redevient direct et nous permet potentiellement de franchir une porte cosmique et de s’ouvrir un peu plus à notre dimension divine, réconcilié intérieurement avec nos différentes parties morcelées, nos parts d’âmes oubliées tellement elles ne voulaient pas souffrir.

Ce n’est pas le moment de souffrir, c’est le moment de s’accepter tel que l’on est, de ne pas chercher à combler nos failles, c’est le cadeau du divin pour qu’il puisse s’y infiltrer et se manifester dans notre incarnation. C’est le moment de respirer pleinement. De faire l’expérience d’être pleinement soi. C’est le moment de danser au-dessus du vide.

Quelques jours après, le 22 décembre ce sera le Solstice d’hiver et Vénus aura fait son entrée dans le signe du Verseau le 20, permettant une libération, un pas supplémentaire dans le monde qui nous attend, peut-être avec moins de vérités toutes faites mais sûrement avec plus d’amour à notre portée. Surtout dans le changement de paradigme rendu autant inéluctable que palpable par la présence d’Uranus en Taureau installé dans ce signe depuis mars 2019, et qui y reste jusqu’en 2026, transformant notre rapport au monde matériel et nous détachant de toute sensation d’acquis.

Je vous partage ce texte découvert « par hasard » aujourd’hui :

 » Les religions sont multiples,

Les sectes incalculables.

Mais toutes ne décrivent que deux voies :

La première cherche la Connaissance,

La deuxième l’Amour.

Toutes deux conduisent à la même porte secrète.

Si elle est ouverte, nous découvrons

Qu’il n’y a pas de véritable connaissance sans amour

Et que l’amour est connaissance.

La porte secrète s’appelle le souffle.  »

Yogi C.M. Chen

Belle pleine lune à tous un peu plus présent à qui l’on est vraiment : Amour.

Source: https://www.sophie-keller.com/

image_pdfVoir en PDF

la-PG

LE QUOTIDIEN QUI RÉUNIT. Un Blog consacré à la transition individuelle et planétaire et au maintien d'un taux vibratoire élevé.