Voilà un thème qui angoisse souvent énormément le jeune amateur d’astrologie, que ce transit saturnien revenant sur ses pas natals et réputé pour le moins « compliqué », mais est ce vraiment forcément impérativement toujours tant le cas que cela ?

Saturne est une planète dite « sociale » (avec sa consoeur Jupiter) et a un pas assez « lent », elle rythme donc notre horloge personnelle d’une manière assez « profonde » et sensible (lente), ses différents Cycles Génériques principaux sont réputés être des tournants sociaux importants, et à ce titre le premier retour constitue donc le bouclage du premier cycle.

L’astrologue Dane Rudhyar qualifiait ce cycle générique littéralement de « naissance à l’age adulte », tant il insistait sur le besoin ici de rompre avec les schémas culturels et familiaux hérités, mais plus que cela encore sur une réelle nécessité de bilan par rapport à ces éléments, pour permettre soit de décider de continuer à les porter en toute connaissance de causes et en se les appropriant alors plus personnellement, soit d’en prendre le contre pied définitif et de développer ses propres règles, de suivre son propre jeu et chemin particulier…

Et Dieu sait que nous ne sommes pas tous égaux avec les énergies saturniennes, certains en ont peur, les craignent, d’autres les ont apprivoisé ou même les apprécient, se les approprient, mais pour cela beaucoup ici dépend du poids de Saturne dans le thème natal, lire aussi le très bon livre de Liz Greene « Saturne, un regard nouveau sur un vieux démon », qui démystifie beaucoup les superstitions autour de cette planète.

L’étape initiatique saturnienne ?

Saturne est souvent figuré comme le « gardien du seuil », c’est la planète qui se confronte à la fois à « la matière » mais qui symboliquement ouvre la voie aussi au reste des énergies transpersonnelles et métaphysiques venant au delà de son orbite dans le système solaire : Uranus, Neptune, Pluton…

Souvent cette étape faisant « entrer dans l’age adulte » était matérialisée dans les différents peuples primitifs au travers de certains défis ou de cérémonies particulières, où il était temps de signifier à la personne et au groupe, que « l’enfant en elle devait mourir » pour que puisse naitre « L’Individu » (une sorte de processus de deuil marquant les forces d’Individuation), et que celui ci serait aussi appelé à exercer sa fonction sociale et à être défini par cela !

De nos jours, dans nos sociétés modernes, la « majorité » est fixée légalement, et il n’y plus guère de rites de passage… On a même créé les mots « d’adulescent » ou de « Tanguy » pour qualifier cet age « entre deux », où l’on est plus vraiment un adolescent sans toutefois réussir à devenir un adulte et à s’émanciper, socialement, professionnellement, personnellement, du foyer familial…

Et pourtant les Cycles astrologiques eux n’ont pas changé depuis la nuit des temps, ils restent immuables et à la manière des aiguilles de l’horloge, continuent de marquer nos étapes importantes et d’en souligner le sens.

Un retour de Saturne fait justement plus directement ressentir cette charge et cette pression sociale, émotionnelle, familiale, sociétale (pour cela aussi que cette pression peut activer des parts de Dépression), et met justement l’individu face à ses réalisations, à ses questions, à ses buts fondamentaux, bien évidemment en fonction aussi des Maisons et énergies planétaires qui seront impliquées au passage, pour cela je vous conseille de mieux analyser votre Saturne en thème natal en signe et en maison…

Cela a beaucoup trait à une « épreuve de réalité », où justement on doit faire preuve de sérieux, de maturité, de responsabilité, faire face à nos devoirs et accepter de « grandir »… Et forcément, la « crise saturnienne » sera à la mesure de la manière dont on aura pu accompagner ces forces jusque là ! (ou pas)

  • Si on a pris les devants, si l’on a compris le sens de ce passage, même instinctivement, inconsciemment, alors il est fort probable que rien de particulier ne soit ressenti, juste le temps qui fait logiquement son oeuvre, simplement.
  • Et si, pour différentes raisons, il reste toujours des parts « d’immaturité », de juvénilité, alors on peut être plus directement « forcé par la vie », de faire face à soi même, à ce que l’on est et doit réellement accomplir, pour nous restructurer, mais cela peut opérer de manière plus « désagréable et violente », subie

C’est cela justement qui a valu à cette planète sa mauvaise réputation, car elle représente le « parent normatif », en gros celui qui siffle la fin de la récréation et qui nous fait faire nos devoirs alors que l’on voudrait continuer à rêver insouciamment à nos jeux comme un éternel enfant…

Là aussi on peut s’interroger, au niveau sociétal, sur l’intérêt du système à garder des citoyens éternellement immatures plus facilement consommateurs et focalisés sur les jeux et les divertissements, au lieu de former des contestataires et opposants politiques sérieux, avec des revendications, des ambitions collectives, le choix est vite fait.

Cela nous renvoie aussi à la dualité Animus / Anima, avons nous plus un thème « actif », propre à aller conquérir le monde, ou un thème plus « réceptif » captant les ressentis et voulant avant tout être rassuré ?
Dans l’absolu, aucun des 2 n’est meilleur que l’autre, mais ils appelleront forcément des types de réalisations différentes…

Le premier retour de Saturne vient rebattre les cartes de tous ces éléments, il vient nous demander de trouver un nouvel équilibre entre ces 2 mondes symboliques du « père » et de la « mère », il vient nous inviter à « prendre notre place sociale », et quelle qu’elle soit d’ailleurs ! (ce seront toutes les énergies planétaires globales natales qui conditionneront cela)

Les femmes peuvent être mises plus directement face à leur « horloge biologique interne » qui exacerbe un besoin de grossesse (même inconscient), les hommes peuvent devoir faire face à leurs peurs sociales et à leurs limites anthropologiques : tout découle de leur « statut social », sans celui ci toutes leurs autres réalisations sont bloquées pour eux…

Toutes les réalités anthropologiques que la société peut tendre à ignorer ou à camoufler parfois sont remises franchement sur le devant de la scène par Saturne, et sans faux semblant.

On voit que derrière ces éléments se profile la notion de « perpétuation », à tous les sens du terme, ce que l’on va transmettre personnellement, socialement, familialement, aux « autres », à la société, au monde, on quitte symboliquement le statut de « fils de » pour devenir potentiellement le « père de », pour engendrer, et forcément ces angles de vue sont bien différents, leur perception du temps et des responsabilités.

Est ce que l’on peut qualifier ces épreuves réellement de « mauvaises » ou « néfastes » ?

Pas vraiment, pas plus que n’importe quelles lois universelles de la vie (accusons nous la loi de la gravité quand on se casse la figure ?), au plus vite on comprend leur utilité, leur fonction, leur caractère même « impératif », au mieux on peut les accompagner, les utiliser, et donc en obtenir également les meilleurs fruits, c’est le constat pragmatique…

Il ne faut pas perdre de vue que ce premier retour de Saturne à sa position natale ouvre logiquement aussi un nouveau cycle pour cette planète qui va durer près de 30 ans, et dont les réelles récoltes sociales ne s’obtiendront qu’à un age de maturité, c’est vraiment donc un temps de semence pour nos graines collectives à certains égards !

Donc il faut vraiment veiller à ce que l’on veut faire prendre racine, écarter les mauvaises graines, se focaliser sur ses objectifs principaux, sur ses passions, sur ses idéaux, s’appuyer sur les briques que l’on a pu poser jusque là aussi forcément (point très important, les cycles astrologiques agissent toujours de manière inclusive en se superposant aux cycles précédents) et trouver un nouvel élan à développer « dans le dur »…
Et si l’on suit exactement ce chemin là, il n’y a aucune raison particulière de craindre ce retour de Saturne, on a juste à l’accompagner…

Et vous avez vous des souvenirs de votre premier retour de Saturne ? 😉
Peut être le vivez vous en ce moment plus ou moins difficilement ? j’espère que cet article vous aidera à en tirer le meilleur…

Source: https://passion-astrologue.com/