Le climat a toujours évolué et les glaciers ont suivi cette évolution jusqu’à disparaître parfois pour renaître ensuite !

Les climats-alarmistes s’appuient volontiers sur des images de glaciers en recul pour faire adhérer le quidam commun à leurs thèses les plus catastrophistes quant aux conséquences du réchauffement climatique actuel. 

Or, des études sérieuses sont là pour démontrer que le climat a toujours évolué et que les glaciers ont suivi cette évolution jusqu’à disparaître parfois pour renaître ensuite.

Le géographe Sylvain Coutterand, membre associé au laboratoire EDYTEM-CNRS (Université de Savoie) et François Amelot, géologue au CNM (Centre de la Nature Montagnarde), se sont livrés à un joli travail de recherches pour retracer 12.000 ans d’histoire de la Mer de Glace, le plus grand glacier de l’espace Mont-Blanc. 

En s’appuyant sur des travaux récents, ils ont réussi à reconstituer les grands traits de son évolution tourmentée depuis la fin de la dernière glaciation globale (le Würm) du Pléistocène. 

Ils nous retracent ainsi l’histoire des temps postglaciaires (l’holocène) qui se terminent avec le Petit Âge Glaciaire (XVe siècle).

On découvre que, contrairement à ce que certains s’obstinent à nous faire croire, nombreux furent les réchauffements climatiques par le passé et notamment au cours des 15.000 dernières années. 

Celui que nous vivons est donc loin d’être unique ou exceptionnel. 
Sylvain Coutterand et François Amelot nous apprennent qu’il y a 14.500 ans, les interstades chauds du Bølling et de l’Allerød avaient déjà porté un coup fatal aux derniers glaciers würmiens. 

 
2.000 ans plus tard, un net et brutal refroidissement se produisit à nouveau faisant progresser les langues glaciaires de plusieurs kilomètres. 
Toutes les hautes vallées en portent les traces. 
Le site de Chamonix se trouvait alors totalement enseveli ! (voir reconstitutions ci-dessous) 

Le glacier au Dryas récent (-12.000 ans)

Viendra ensuite la période holocène, qui a débuté il y a 11.700 ans, marquée par une variabilité climatique faible. Une déglaciation s’est à nouveau produite pour donner aux glaciers une taille proche de celle que nous connaissons aujourd’hui. 

La découverte de bois subfossiles aux fronts de glaciers montre même que les espaces actuellement sous la glace ont été colonisés par des arbres (centenaires pour certains). 

Ce qui indique qu’à l’optimum climatique holocène (entre ‑7.500 et ‑6.500 ans), de nombreux glaciers alpins avaient carrément disparu ! 
Nous n’en sommes pas encore là ! 

Le glacier pendant le Petit Âge Glaciaire (XVe siècle)

À la fin de l’holocène, période dite néo-glaciaire, les épisodes climatiques froids – dont le plus récent appelé Petit Âge Glaciaire (PAG) – se sont multipliés et les fronts des glaciers ont réavancé. 

Cette période a cependant été entrecoupée d’épisodes plus chauds, notamment à l’âge de Bronze, il y a 3.200 ans, puis à l’époque romaine. 
Selon Schlüchter, durant ces périodes chaudes « les langues glaciaires s’arrêtaient à une altitude supérieure d’au moins trois cents mètres à l’actuelle ».
« Force est de constater, nous disent les chercheurs, que l’image traditionnelle d’une chaîne alpine continuellement englacée depuis la fin de la dernière glaciation est à relativiser. 

Les premières études des glaciers, menées au cours de la crue du Petit Âge Glaciaire, ont alimenté une image traditionnelle de glaciers plus vastes qu’aujourd’hui. 
Cependant, selon les chercheurs Bernois, “les glaciers alpins ont été moins étendus que maintenant durant plus de la moitié de ces dix derniers millénaires !” (Schlüchter et Joerin, 2004) ».

À partir de 1870, intervient le grand recul de la Mer de Glace. 
La langue glaciaire perdra plus de 800 mètres en une quinzaine d’années et disparaîtra aux yeux des Chamoniards après 1900. 

Depuis les années 90, les étés chauds se succédant, on a assisté à un nouveau retrait de 750 m et une perte de 60 m d’épaisseur de glace sous la gare du Montenvers.

En conclusion, Sylvain Coutterand et François Amelot ne se montrent pas plus pessimistes que ça :

« Aujourd’hui, la situation de la Mer de Glace est proche de l’étiage de la période médiévale. 
La modification rapide des paysages nous impressionne et nous préoccupe, à juste titre. 
Cependant, l’état du glacier est bien meilleur qu’à l’âge du Bronze ou lors de la période romaine ! »

Si l’on considère, par ailleurs, les travaux de la physicienne ukrainienne spécialiste du soleil, Valentina Zharkova, qui prévoit un refroidissement sérieux entre 2020 et 2055, on peut se rassurer sur l’avenir de nos glaciers…

Et de la planète en général, par conséquent.

Charles André

Source : https://www.nice-provence.info/

image_pdfVoir en PDF
Catégories : PLANETAIRE

la-PG

LE QUOTIDIEN QUI RÉUNIT. Un Blog consacré à la transition individuelle et planétaire et au maintien d'un taux vibratoire élevé.