par Mel Degres

Ce corps, ce véhicule qui porte mon âme et dont je n’ai pas toujours pris soin, est en train de transcender des énergies, des blocages…
J’accueille ce moment de pause qui me pousse à vivre ce qui est mis face à moi.
Les douleurs musculaires libèrent certaines empreintes qui ont pu murer ce corps dans un silence, dans une obligation d’être.
La gorge brûle et extériorise par la toux la communication bloquée.
Tout ceci comme un pas sage vers soi. Un pas de vérité. Nettoyer toutes ces toxines, tous ces comportements que ce corps ne veut plus.
A priori, touchée par le Covid19, je dis à priori, car ils ne font plus les tests, et peu importe à vrai dire. Le corps s’exprime.
La seule chose que je sais c’est que les piles sont à plat. Ce ressenti est encore plus présent aujourd’hui.
Je sens comme un appel intérieur pour se recentrer dans sa maison intérieure, sa montagne sacrée.
Loin du brouhaha des infos, de l’actualité. Loin de nos fondements ancestraux, nous redécouvrons une nouvelle vie. Un appel en profondeur, dans l’accueil et l’acceptation.
On parle depuis longtemps de la « Mal-a-dit ». Peut-être le temps est venu d’éloigner son regard, prendre de la distance.
Écouter la vie raconter la « viessentiel », vis essence du ciel. Déploie la beauté de ton être, de ton âme qui flotte depuis longtemps dans cette enveloppe de matière qui ne demande qu’à faire ami/ami.
Regarde plus au loin de tes besoins, observe la nature de ton cœur, écoute le chant de ton âme.
Nous avons tous une fréquence vibratoire propre à soi-même.
Prendre un bol d’air avant de descendre en apnée au plus profond de soi, vers l’inconnu de notre être. Les coins obscurs et les luminescences de ce que nous n’avons pas encore exploré.
Et se rendre compte que peu importe la manière de se reconnecter à soi, peu importe le temps qu’il nous faut. Le timing est toujours parfait.
L’apnée n’est pas véritablement dans cette descente à la rencontre de soi. Cette apnée est là depuis bien longtemps comme un harnais qui nous retenait sans savoir vraiment où il se trouvait.
Nous avons été en apnée pendant tout ce temps.
Ce covid19 touche, bouleverse nos poumons et notre organisme à différents stades.
Il pointe notre apnée plus ou moins profonde du doigt. Le temps du reset est venu.
Ouvre les yeux et observe le peu de bulles qui s’échappent de ta bouche.
Prends conscience de tes poumons, de cet arbre de vie divin. La beauté de la respiration est bien plus puissante qu’une simple méditation. Elle est la vie.
Prends un instant et observe que tu es maître de l’apnée que tu t’imposes depuis si longtemps en rapport avec les codes sociétaux, l’éducation…
Nous sommes extraordinaires, car nous avons des milliers de facettes énergétiques qui colorent notre âme.
La période que nous traversons est importante pour nous, pour nous tous.
Tout ce qui sera transcendé en nous éblouira le monde, car nous sommes le monde. L’énergie qui circule dans nos cœurs est le chant qui danse sur Terre.
L’apnée de chacun transcendera vers une respiration unifiée de l’intérieur vers l’extérieur.
Nos peurs nourrissent cette apnée humaine.
Je choisis du mieux que je peux, laisser la peur. Pas de côté, non!
Elle grossirait de ne pas être écoutée… mignonne…
Cette peur qui fait partie de moi, je la pose dans un sofa confortable. Je sais que tu es là, mais ne t’inquiètes pas, car sache que moi aussi je suis là.
La solitude, le désarroi sont présents dans nos vies lorsque nous séparons tout ce qu’il se passe dans nos vies, lorsque l’on sépare aussi tout ce qui se passe à l’intérieur de nous.
La pixelisation de notre être nous emporte loin de nous.
En unifiant toutes mes images, mes émotions, mes expériences pixelisées, je ne regarde plus mon intérieur en plusieurs fois, mais dans son ensemble.
Cet ensemble est ce que je suis, vibrant, en respiration profonde, car tous les pixels fusionnés laissent l’énergie circuler en nous.
Le mouvement se crée.
En nous depixelisant, nous devenons une pièce du grand tout.
Nous avons tous une place importante dans ce monde.
En sortant de la depixelisation nous devenons extraordinaires, extrasensoriels, extralucides.
Cette période nous emporte subtilement dans la respiration consciente de l’instant magique qu’est le présent. Comme un cadeau que l’on s’offre.
Je remercie ce moment si particulier de reconnecter la vie en chacun de nous. Du mieux que l’on peut, un pas après l’autre, ici et maintenant.
D’âme à âme, le coeur vibrant
Mélanie

Print Friendly, PDF & Email

Mel Degres

Mel Degres

Visitez mon site web: www.melanie-degres.com - Pour lire mes chroniques ou me contacter CLIQUEZ ICI !