EnglishSpanishPortugueseItalianGermanFrench

par Dominique Lacroix

Les relations amoureuses m’ont toujours offert un espace privilégié pour apprendre à mieux me connaître parce que notre partenaire de vie est notre plus grand miroir. C’est principalement à travers mes relations de couple que j’ai appris à assumer tout ce que je suis, j’ai appris que j’avais non seulement le droit d’exprimer mes besoins et ce que je ressentais, mais que ces premiers pas étaient nécessaires pour développer une relation authentique et sincère avec mon partenaire.

Vouloir plaire à l’autre, avoir peur de décevoir ou de blesser ou encore croire que nos besoins sont moins importants que ceux de notre partenaire sont des modèles qui empêchent les relations d’être vraies et profondes, car elles nous font cacher notre vraie nature, elle nous font porter un masque qui au fil du temps devient lourd et nous fait accumuler des charges émotionnelles négatives – comme la colère, le ressentiment, la déprime ou encore la résignation – qui viennent alors miner l’amour que nous avons pour l’autre personne.

J’ai dû apprendre à me respecter d’abord et à respecter ce qui était important pour moi en apprenant à poser des frontières saines afin de ne pas me laisser envahir par des demandes ou des attentes irréalistes. J’ai compris que les relations de couple n’étaient pas une solution à mon manque de valeur, mon manque de confiance en moi ou fondamentalement à mon manque d’amour, mais qu’au contraire au bout d’un certain temps, ce mal-être m’était constamment reflété à travers la peur de perdre l’amour ou la peur d’être abandonnée. J’ai aussi appris à travers toutes mes relations amoureuses à mieux comprendre ce que veut dire « aimer inconditionnellement ». Cette forme d’amour élevée ne peut être présente sans que nous ayons d’abord de l’amour et de l’estime pour nous-mêmes.

Dans le contexte de la crise mondiale que nous vivons actuellement, plusieurs d’entre vous ont dû faire face à une situation nouvelle face au couple. Plusieurs ont dû s’adapter à la présence continuelle d’un partenaire qu’on ne voyait auparavant que quelques heures par semaine, avec qui on ne partageait que quelques activités et ou le rythme effréné de la vie ne vous accordait pas vraiment le temps de vous mettre à l’écoute de ce que vous ressentiez vraiment. Et là, dans ce confinement, face à soi-même et face à votre partenaire, il n’y a plus moyen de repousser l’évidence, car vous êtes constamment confrontés à vos peurs, à vos attentes inassouvies et à des déceptions et frustrations quotidiennes.

Comment surmonter cela, comment utiliser cela pour créer ou plutôt recréer une relation plus harmonieuse, plus solide et plus aimante ? Et en fait, il s’agit de comprendre que le problème n’est jamais à l’extérieur de nous, dans l’autre, dans ses agissements, etc. Oui bien sûr, l’autre peut avoir des comportements dont nous ne voulons pas ou qui ne sont pas acceptables, mais tant que nous nous concentrons sur notre croyance que l’autre est la source de notre souffrance et de notre manque d’amour, nous ne pouvons rien changer.

Un des plus grands problèmes dans les relations amoureuses vient de la conception que nous avons de l’amour et des attentes que nous avons face à l’autre ou à la relation. D’une part, nous nous faisons une image de l’amour provenant des livres d’histoires, de l’endoctrinement religieux et culturel, de nos propres expériences, etc. et nous nous attendons à ce que notre relation soit conforme à l’image que nous en avons. Par exemple, nous pouvons croire que « quelqu’un qui nous aime » devrait connaître nos pensées ou deviner nos besoins, ou que notre partenaire devrait démontrer son amour par des attentions régulières (une forme d’amour romantique),  qu’un couple devrait tout faire ensemble, ou encore qu’un couple réussi doit durer. La plupart d’entre nous croyons qu’une relation va nous apporter la sécurité émotionnelle ou financière dont nous avons besoin.

Toutes nos attentes en fait sont ce qui met en place notre déception ou notre souffrance future. Car nous voulons que quelqu’un s’adapte à notre vision, que cette personne agisse et se comporte comme nous croyons qu’elle devrait le faire. Et lorsqu’elle ne le fait pas, nous sommes déçus, frustrés, tristes ou en colère et là souvent un jeu de pouvoir pour avoir l’attention que nous désirons va commencer entre les partenaires.

Ce jeu de pouvoir vient de l’idée que c’est l’autre qui est responsable de notre bonheur, que l’amour est à l’extérieur de nous. Et nous faisons tout notre possible pour contrôler l’autre par une forme de manipulation ou de chantage émotif. C’est ce qu’on appelle « aimer conditionnellement ». Voyez-vous la forme de chantage dans ce genre de comportement ?

Mais aussi, et cela peut être encore plus profond, nous avons souvent associé à l’amour le comportement d’un de nos parents envers nous-mêmes – le plus souvent le père pour la femme et la mère pour l’homme. Par exemple, une personne très proche de moi avait associé l’amour à l’absence de son partenaire. Elle avait enregistré qu’un homme qui l’aimait vraiment devait être absent ou inatteignable. Cette interprétation découlait de l’absence physique de son père, qui comme c’était le cas souvent autrefois, avait été très peu présent dans sa vie. Toute sa vie, elle ne tombait amoureuse que d’hommes qui n’étaient pas disponibles pour elle, elle se sentait invisible à leurs yeux et faisait tout pour attirer leur attention. Et ceux qui lui accordaient de l’attention, même s’ils auraient pu être de bons partenaires, elle ne pouvait pas les voir car elle ne se sentait pas vivante ou aimée avec eux. Ce n’est qu’après avoir pris conscience de ce schéma qu’elle a pu cesser de le répéter.

Est-il possible de vivre une relation amoureuse faite d’amour véritable ?

La question qui se pose alors est la suivante : est-il possible de vivre une relation amoureuse qui soit faite d’amour véritable, c’est-à-dire qui soit un espace sécuritaire fait de vérité, de confiance, de complicité et de joie, nous permettant d’être vrai, de montrer tous nos aspects (autant les forces que les faiblesses) tout en nous sentant acceptés et aimés inconditionnellement ? Est-ce qu’un nouveau type de relation amoureuse où il n’y a pas de peur de perdre l’amour ou encore où il n’y a pas de jeu de pouvoir ou de besoin de contrôler l’autre pour se sentir en sécurité peut faire surface ?

Pour pouvoir répondre à ces questions, il faut d’abord comprendre ce qu’est véritablement l’amour. Dans notre état de conscience actuel, nous associons l’amour à une émotion intense où à un sentiment ou encore à l’attachement à quelqu’un. Nous devons maintenant élargir cette conception pour englober une nouvelle compréhension qui est possible lorsque l’on commence à ressentir et à reconnaître au cœur de notre être, notre essence véritable qui est une énergie infiniment créative. C’est notre nature véritable et elle désire s’exprimer avec force.

Comment vivons-nous l’amour actuellement en tant qu’être humain ?

L’amour tel que vécu par la plupart des êtres actuellement provient d’une compréhension limitée, car elle est déconnectée de notre nature profonde qui est spirituelle et divine.

L’amour humain est le plus souvent conditionnel et exclusif:

  • On aime lorsque les autres répondent à nos attentes et nos valeurs

  • On enlève notre amour lorsqu’ils ne font pas ce que nous attendons

  • On choisit qui a droit à notre amour et qui n’y a pas droit

  • Là où il y a de la peur, il ne peut pas y avoir d’amour

  • On croit aimer lorsqu’on est attaché à quelqu’un ou à quelque chose, lorsqu’on a besoin de la présence de cette personne, cet animal ou cette chose pour se sentir bien ou aimé, c’est une forme de dépendance.

  • On le cherche dans tous les endroits où il n’existe pas – c’est-à-dire à l’extérieur de soi : chez les autres, avec des animaux, dans des activités ou nous nous pouvons nous accomplir et nous découvrir, etc.

  • On cherche souvent à combler notre manque d’amour de soi par l’amour d’une autre personne.

Cependant, quand on aime vraiment, on ressent de la joie et de la liberté. Parce qu’on accepte l’autre tel qu’il est, que nous n’avons pas d’attentes envers l’autre, que nous ne jugeons et ne condamnons pas l’autre. Et surtout, nous ne le rendons pas responsable de notre bonheur ou de notre malheur. Nous prenons la responsabilité de notre état d’être et de notre bien-être. Nous savons que notre partenaire est libre de ses choix, que nous avons la même valeur et nous savons que nos comportements et nos choix de vie sont des expériences qui permettent d’apprendre mais qui ne définissent pas notre couple.

C’est bien plutôt le manque d’amour ainsi que l’attachement à ce que nous croyons devoir avoir qui fait souffrir. La souffrance provient de notre perspective sur la situation et cela peut se regrouper dans les catégories suivantes :

  • Nous croyons que nous n’avons pas l’amour que nous voulons dans le moment présent

  • Nous avons peur de ne jamais trouver ou connaître l’amour

  • Et si nous l’avons, nous avons peur de le perdre ou nous l’avons eu et croyons l’avoir perdu.

  • L’amour est perçu comme quelque chose de séparé de soi, que l’on doit trouver, mériter ou gagner et qui arrive on ne sait pas quand.

Pour savoir ce qu’est l’amour véritable, il est essentiel de réaliser que la réalité est entièrement une projection de notre conscience, que la réalité est toujours un reflet de ce qu’un être pense, ressent et croit. Il faut être capable d’admettre que nous sommes un être non seulement physique, mais aussi énergétique et spirituel. Et que notre aspect énergétique et spirituel est prédominant et pré-existait à notre incarnation physique. Notre être humain est donc une expression temporaire qui a une personnalité qui s’identifie aux croyances que nous avons assimilées de l’environnement dans lequel nous avons grandi. Don Miguel Ruiz dit que nous avons été « domestiqués » pour nous conformer à ce que la société, la famille et la religion attendent de nous.

Pour avoir une nouvelle expérience de l’amour, il s’agit de retrouver la source de l’amour qui existe déjà en nous. Je vais emprunter un exemple lu dans un livre de Paul Selig et qui décrit bien ce qui se passe actuellement. C’est un peu comme si vous étiez au milieu d’un champ désertique et que vous essayez de trouver de l’eau en cherchant autour de vous. Mais tout est aride et sec et plus vous cherchez, plus vous vous éloignez de votre point de départ, plus vous perdez des forces et moins vous trouvez ce que vous voulez. Alors qu’en réalité, pour trouver l’eau, il suffit de creuser un trou, juste là où vous êtes pour trouver une Source d’eau intarissable…

C’est la même chose pour l’Amour. Il est déjà là à l’intérieur de vous, c’est la nature même de votre être. Mais actuellement, vous ne le trouvez pas parce que vous le cherchez dans tous les mauvais endroits : à l’extérieur de vous. Vous croyez qu’il vous manque quelque chose et que vous devez chercher votre complément dans une autre personne pour connaître l’amour.

À suivre…

image_pdfVoir en PDF

Dominique Lacroix

Dominique Lacroix

SÉANCES INDIVIDUELLES PAR SKYPE de 30 ou 60 minutes DISPONIBLES ICI Mon site web : www.nouvellerealite.com ou contactez-moi directement ici: Me contacter <==> Mes Chroniques