par Ann Albers

Mes chers amis, nous vous aimons tellement,

Si vous célébrez la Pâque, Pâques, ou même l’arrivée du printemps ou de l’automne, vous célébrez la réalité de la vie éternelle, et l’incapacité de la mort à vaincre cette Vie. La mort semble si réelle dans votre réalité de troisième dimension parce que le corps peut, et va, finir par mourir. La mort a été « intégrée » à votre expérience ici sur terre, non pas comme une fin horrible, mais plutôt comme un moyen de retourner dans les dimensions plus grandes et plus glorieuses d’où vous venez.

La mort – du corps, ou l’une des milliards de mini-morts que vous expérimentez tout au long de votre vie – ne doit pas nécessairement être douloureuse. Certains de vos maîtres sur la terre ont simplement déplacé leur attention vers la plus grande réalité, et sont donc « morts » simplement parce que l’esprit s’est retiré. La maladie et la dévastation sont des moyens facultatifs de s’étendre au-delà du corps lorsqu’il est complet. Vous pouvez, au contraire, avoir l’intention de vous retirer simplement dans votre sommeil lorsque vous en aurez fini avec les désirs de votre âme à la fin de cette vie. Vous pouvez vous aimer suffisamment pour embrasser la vie comme vous le désirez, pendant que vous êtes ici, permettant ainsi aux énergies de guérison et de rajeunissement de maintenir votre corps en bonne santé, ou de le restaurer, jusqu’à ce que votre âme soit prête à se développer à nouveau dans les plus grandes compréhensions de la réalité.

De même, les nombreuses « mini-mortalités » que vous expérimentez au cours de votre vie peuvent être soit douloureuses, soit joyeuses. La graine doit mourir pour que la plante puisse s’élever au-dessus du sol, mais elle se rend volontairement. L’enfant qui est en vous doit se fondre dans le grand moi adulte au fur et à mesure que vous mûrissez, et si vous permettez à cela de se produire gentiment, c’est une transition gracieuse. Lorsque vous aspirez à une carrière plus heureuse, vous devez laisser l’ancienne derrière vous, et cela peut se faire avec enthousiasme et dans un esprit positif. Lorsque vous voulez une vie meilleure, vous devez être prêt à laisser partir ce qui ne correspond plus à ce que vous voulez devenir, mais si vous le faites avec le goût de l’aventure de la vie, c’est un lâcher prise joyeux, bien que peut-être nostalgique.

La mort, très chers, fait partie de la vie elle-même. Vous étiez destinés à vous développer. Vous étiez censés grandir. Vous êtes censés créer et utiliser les situations désagréables actuelles de la vie uniquement comme des tremplins pour une réalité meilleure.

Afin de donner naissance à un nouveau monde, vous, en tant que race humaine collective, mourrez à l’ancien. Il n’y aura pas de « retour » à la normale. Il n’y aura qu’un « aller de l’avant », et c’est une réalité glorieuse vers laquelle vous vous dirigez, même en dépit de toutes les contractions de l’accouchement dont vous continuez à être témoins.

Alors, alors que vous célébrez Pâques, la Pâque, le printemps ou l’automne, demandez-vous :  » Qu’est-ce que je veux voir mourir en moi ? Quelle nouvelle vie ou situation est-ce que je veux ressusciter ? Voulez-vous laisser mourir le jugement pour pouvoir ressusciter dans la paix ? Voulez-vous laisser mourir la peur de la mort physique pour pouvoir ressusciter en vous sentant pleinement détendu dans le flux de la vie ? Voulez-vous laisser mourir les anciens bouleversements pour pouvoir faire l’expérience de la liberté et de la joie ? Voulez-vous laisser mourir une vieille identité – celle qui s’identifie à la souffrance – afin de pouvoir vous embrasser comme rien de moins qu’un magnifique enfant du Divin ?

Très chers, qu’aimeriez-vous libérer afin de ressusciter quelque chose de meilleur ?

Si vous le souhaitez, divisez une feuille de papier en deux colonnes. D’un côté, faites une liste de ce que vous souhaitez laisser partir, et de l’autre, écrivez ce que vous souhaitez ressusciter à sa place.

Les éléments de votre liste peuvent être simples ou profonds. Je veux que mon placard en désordre « meure » pour que je puisse y remettre de l’ordre. Je veux que mon ancien régime alimentaire « meure » pour que je puisse manger des aliments qui me nourrissent, corps et âme. Je veux qu’une vieille contrariété meure pour que je puisse ressusciter l’innocence, la joie et la liberté. Je veux que mes plaintes au sujet de XYZ meurent, afin que je puisse ressusciter l’espoir. Dressez une liste de tout ce que vous êtes prêt à laisser mourir, et de ce que vous voulez ressusciter à la place.

Maintenant, chaque fois que vous vous concentrez sur l’un des éléments que vous souhaitez libérer, passez rapidement à celui que vous voulez ressusciter. Par exemple, si vous ouvrez votre placard en désordre et commencez à marmonner, passez rapidement à la résurrection que vous souhaitez. « Oh oui ! Je souhaite ressusciter l’ordre ! » Prenez un moment pour voir ce que cela pourrait donner. Comment se sentirait-on si on ressuscitait l’ordre ? Imaginez simplement. Si vous avez envie de faire quelque chose, faites-le. Sinon, ne le faites pas.

Vous apprendrez rapidement ce que vous souhaitez vraiment libérer et ce que vous ne souhaitez pas, et nous ne portons aucun jugement sur tout cela. Peut-être réaliserez-vous que votre placard en désordre vous convient finalement, mais que même en faisant cet exercice, vous avez ressuscité une vibration de paix plus élevée. Peut-être avez-vous une envie soudaine de le nettoyer, et vous avez à nouveau trouvé un chemin vers la paix. Dans tous les cas, vous avez ressuscité la paix avec vous !

De même, supposons que vous souhaitiez mettre fin à une vieille contrariété avec une personne de votre passé afin de ressusciter la liberté et la joie émotionnelles. Lorsque vous pensez à votre vieille blessure, attrapez vous et rappelez vous, « Je souhaite ressusciter la liberté émotionnelle et la paix. » Prenez un moment. Imaginez cela. Ressentez-le. À quoi ressembleraient la liberté et la paix émotionnelles ? Cela n’a absolument rien à voir avec l’autre personne. Cela a à voir avec les énergies que vous ressuscitez – que vous appelez à la surface – dans votre propre cœur.

Votre résurrection est toujours en votre pouvoir, peu importe le monde extérieur.

La mort se produit d’abord à l’intérieur. La résurrection se produit d’abord à l’intérieur. Lorsque vous déplacez vos énergies à l’intérieur, alors votre monde extérieur peut changer. C’est à vous de choisir de rester dans une situation ou un état d’esprit ou de le dépasser… et vous avez l’éternité pour jouer avec ces énergies ! Il n’y a jamais de pression de notre part pour vous faire renaître. Il y a seulement un soutien pour vous aider à garder ce que vous voulez vivant en vous, et à aller au-delà de ce que vous ne voulez pas.

Joyeuse Pâque mes chers. Joyeuses Pâques. Joyeux Printemps, et pour ceux d’entre vous qui vivent dans l’hémisphère sud, Joyeux Automne. Permettez-vous, en cette merveilleuse période de l’année, de regarder ce que vous voulez maintenir en vie, ce que vous voulez libérer, et ce que vous voulez ressusciter en vous.

Il y a un grand Amour qui se déplace vers vous et à travers vous chaque jour, mais il est particulièrement intense sur votre terre en ce moment. Profitez-en, utilisez-le, et permettez-vous de vous ressusciter de la manière que vous choisissez.

Que Dieu vous bénisse ! Nous vous aimons tellement.
– Les Anges

Source: https://www.visionsofheaven.com

Traduit et partagé par la Presse Galactique

 3,491 

Voir en PDF

la-PG

LE QUOTIDIEN QUI RÉUNIT. Un Blog consacré à la transition individuelle et planétaire et au maintien d'un taux vibratoire élevé.