par Ann Albers

Je ressentais tout quand j’étais enfant. Quelque part en chemin, c’est devenu écrasant d’être si sensible. Comme beaucoup de gens de ma génération, nous n’avions pas les outils pour gérer des sentiments forts. Nous sommes arrivés dans ce monde en espérant avoir une boussole interne plus fine, mais, en général, les générations précédentes ne savaient pas comment nous aider à y faire face. Heureusement, au cours des dernières décennies, notre conception collective de la manière de gérer les émotions des enfants a radicalement changé. Il existe aujourd’hui d’innombrables parents conscients qui élèvent leurs enfants pour qu’ils apprécient et gèrent leurs sentiments de manière productive. Malheureusement, les générations précédentes ont appris à les étouffer.

J’avais 28 ans avant de me laisser pleurer après un réveil massif déclenché par ma formation Reiki. Avant cela, je pensais que mes sentiments négatifs étaient des indicateurs de « faiblesse ». Je les passais sous silence, les étouffais ou les ignorais. Tout d’un coup, je ressentais tout – joie, colère, tristesse, frustration, confusion, et j’en passe. Un grand nombre de directives internes se sont abattues sur moi d’un seul coup.

J’ai suivi le courant. Je me suis laissé aller à ressentir. Je me suis laissée aller au plus profond de ma conscience interne et j’ai commencé à m’intéresser à ce que je ressentais le mieux, et pas de manière superficielle. J’ai commencé à me demander :  » Qu’est-ce que je veux vraiment dans la vie ?  » Et comme vous l’avez entendu si vous êtes avec moi depuis longtemps, je ne le savais vraiment pas ! Je savais seulement que je voulais me réveiller heureuse, me coucher reconnaissante et gagner ma vie en aidant les gens. Ce sont les graines qui ont fait germer la vie que je vis maintenant.

J’étais dans une phase de libération et je ne le savais pas. Je ne savais pas encore à quel point mes sentiments étaient précieux. Je me plaignais et souhaitais que le monde extérieur change. Je voulais que ma semaine de 90 heures change. Je voulais que mon mari soit plus affectueux. Je voulais avoir plus de temps pour faire les choses que je voulais faire. Finalement, je me suis abandonnée à mon désir de me sentir bien dans le moment présent, tout en me permettant de rêver de plus.

J’ai décidé de tirer le meilleur parti de ma vie actuelle, d’apporter autant d’amour que possible à mon mariage et à mon travail, et de trouver la satisfaction dans le flux de ces moments. C’est alors, et seulement alors, après avoir suivi mes sentiments pour me sentir mieux, que la guidance m’a dit d’abandonner ma carrière d’ingénieur. J’ai profité d’une année de repos, de jardinage, d’artisanat et d’écriture de mon premier livre. En écoutant mes sentiments et en suivant mon chemin, il est devenu évident que je n’allais pas dans la même direction que mon merveilleux mari. Nous nous aimions, mais nous voulions créer des avenirs complètement différents pour nos vies.

Une fois de plus, mes sentiments m’ont guidée. Je voulais la liberté de poursuivre ma vocation. Ses sentiments le poussaient à vouloir une femme plus traditionnelle comme moi et à fonder une famille avec elle. Je savais que nous pouvions rester ensemble avec un compromis mutuel profond, mais en y pensant, j’avais l’impression d’être dans une camisole de force. C’était pareil pour lui. Au début, aucun d’entre nous ne voulait reconnaître ce qu’il ressentait. Je combattais mon savoir autant qu’il combattait le sien. Nous avons essayé de ne pas ressentir les sentiments inconfortables. On se trompait mutuellement de temps en temps, mais le plus souvent, trop souvent, on se trompait nous-mêmes. C’était affreux.

Finalement, j’ai fait un jeûne de trois jours pour me vider l’esprit. Mes sentiments sont devenus très clairs. Au dîner, le soir où j’ai rompu mon jeûne, mon biscuit chinois disait : « Tu ne devrais pas retourner dans le passé pour ressusciter ton ancienne relation. » Bon sang de bonsoir. Une fois que je me suis alignée sur mes sentiments et donc sur mes conseils, l’univers entier a validé ma décision. Mon mari et moi nous sommes séparés avec amour, amitié, équité et bons vœux. Il a épousé une femme qui était comme moi avant et a créé la vie qu’il voulait. J’ai avancé sur le chemin de ma propre vocation et de ma joie.

D’innombrables fois, je me suis retrouvée dans ces cycles et ces phases de la vie, de manière grande ou petite. Il y a eu des cycles de carrière, des cycles de relations, des cycles de projets, et même des cycles qui correspondent à ma liste de choses à faire au quotidien. Je n’essaie pas vraiment d’analyser ou de comprendre où je suis. J’essaie simplement de ressentir. J’essaie de prêter attention aux pensées qui me font du bien, aux actions qui m’inspirent et à ce que je suis naturellement attiré à faire.

Il y a quelques mois, j’ai interrompu mes propres travaux pour jouer et l’art est arrivé. Je pourrais en faire quelque chose si je suis inspiré à l’avenir. Je suis en train de faire un grand ménage chez moi, car je ne me sens plus la même personne qu’il y a quelques années et, comme l’enseigne la célèbre organisatrice Marie Kondo, je veux que tout suscite la joie. Malheureusement, et je le dis avec humour, beaucoup de choses sont encore joyeuses ! Je ne suis pas exactement dans une phase de « nettoyage à la suédoise » mais cela n’a pas d’importance car je me sens heureuse.

Apprendre à respecter les sentiments n’est pas toujours facile. On nous a enseigné un énorme tas de jugements à leur sujet alors qu’en réalité, ce ne sont que des indicateurs. Nous voulons nous sentir bien, et nous pouvons choisir de nous sentir bien – non pas en faisant semblant, mais en essayant honnêtement de nouvelles pensées, une nouvelle concentration et des actions inspirées. Cette satisfaction réelle, instant après instant, est la base d’une vie en 5D, dans laquelle les choses coulent naturellement et facilement.

Voici quelques conseils sur la façon d’utiliser vos sentiments pour vous guider comme ils sont censés l’être :

1. Résistez à l’envie de juger vos sentiments

Vos sentiments sont des indicateurs de votre vibration et vous guident sur votre chemin. Si vous les repoussez, vous passez à côté d’informations précieuses. Si vous disiez à votre détecteur de fumée : « Je ne veux entendre que ton agréable ronronnement. Je ne veux pas t’entendre me crier dessus », alors tu manquerais une indication de fumée ou de danger. Bien qu’il s’agisse d’une analogie stupide, beaucoup d’entre nous ont appris qu’ils étaient acceptables lorsqu’ils étaient calmes et gentils, mais pas lorsqu’ils étaient en colère. Les anges arrêtent là l’analogie. Ils ne suggèrent en aucun cas de crier sur les autres lorsqu’ils sont alarmés 🙂 Ils nous disent simplement que là où il y a de la fumée, il y a du feu, et que lorsque vous vous sentez mal, quelque chose dans votre vie ne vous aide pas à créer ce que vous voulez.

Appréciez vos sentiments sans les juger. Ils vous aident à réaliser quand vous êtes dans ou hors du flux.

2. Résistez à l’envie de rejeter la faute de vos sentiments sur le monde extérieur.

Si vous donnez tort à vos sentiments et les imputez au monde extérieur ou à d’autres personnes, vous ne les utilisez pas comme le système de guidage naturel qu’ils sont censés être.

Si vous êtes assis dans votre voiture et que vous remarquez que la jauge d’essence est presque vide, vous vous arrêterez très probablement pour faire le plein dès que possible. Ce serait une perte de temps, et nous risquerions de tomber en panne sèche, si nous continuions à conduire en nous reprochant d’avoir oublié de faire le plein hier, en nous plaignant de notre conjoint qui n’a pas fait le plein cette semaine ou en nous plaignant de la circulation. En général, nous prêtons attention à notre jauge d’essence sans drame inutile.

Cependant, nous sommes nombreux à ignorer notre propre jauge d’essence interne lorsque nous nous sentons vides ou fatigués. Vous est-il déjà arrivé de vous dépasser alors que vous aviez envie de vous reposer ? Nos sentiments sont comme cette jauge à essence. Ils nous indiquent quand il est naturel de continuer, et quand il est temps de faire le plein.

Le fait de rejeter la responsabilité de nos sentiments sur les autres ne vous empêche pas seulement d’écouter vos propres conseils, mais abaisse souvent votre vibration à tel point que vous vous privez de la grâce, de la bonté et du bien-être qui, autrement, couleraient naturellement dans votre vie.

3. Ressentez, développez et partagez vos bons sentiments

Lorsque vous vous sentez bien, vous êtes sur la bonne voie. Permettez-vous de ressentir vos bons sentiments. Lorsque quelqu’un nous critique, nous pouvons y penser pendant des jours, mais lorsque quelqu’un nous complimente, nous avons tendance à l’oublier quelques secondes plus tard. Changez cela. Commencez à vous concentrer sur les choses de votre vie qui vous paraissent saines, heureuses et agréables.

Voyez si vous pouvez étendre ce sentiment de bien-être en l’appréciant ou en vous demandant qui ou quoi l’a inspiré. Appréciez vous. Appréciez votre volonté d’apprécier ! J’appelle cela « faire tourner la tête ». Par exemple, si je suis coincé dans les embouteillages ou dans une situation qui ne me plaît pas, je choisis quelque chose au hasard et je l’apprécie jusqu’à ce que je déborde de sentiments d’amour. Ensuite, je commence à apprécier tout et tous les autres en vue ! En un rien de temps, je me retrouve à nouveau en pleine forme.

Partagez vos bons sentiments. Laissez votre coupe déborder. Priez ou émettez des vibrations élevées pour le monde. Partagez votre amour avec quelqu’un, ou appréciez et entretenez avec amour un objet qui vous appartient. Dites aux autres ce que vous aimez chez eux. Traitez votre maison comme un temple et entretenez-la avec amour. Apportez quelque chose à la vie, qu’il s’agisse d’énergie positive, de bonnes pensées, de mots gentils ou du partage de vos dons et de vos talents.

En vous permettant d’éprouver, de développer et de partager de bons sentiments, vous les entretiendrez.

Cette compréhension céleste des sentiments est source d’autonomie et d’utilité. Lorsque nous traitons nos réactions très naturelles à la vie comme des indicateurs et des conseils précieux, nous pouvons apprendre à revenir rapidement à une réalité plus joyeuse.

La science est même d’accord maintenant – elle nous montre que nos sentiments résultent de notre réponse à la vie – des pensées que nous pensons et des réactions chimiques qui en résultent dans le cerveau et le corps.

Cette semaine, prêtez attention à vos sentiments. Ils sont importants. Ils sont vos indicateurs spirituels et biologiques qui vous aident à choisir une voie plus douce, plus heureuse, plus gracieuse et plus harmonieuse.

Source: https://www.visionsofheaven.com/

Traduit et partagé par la Presse Galactique

 2,142 

Voir en PDF