EnglishSpanishPortugueseItalianGermanPolishArabicFrench


TARIF RÉDUIT POUR LES ABONNÉS DE LA PRESSE GALACTIQUE

par Ann Albers

Beaucoup d’entre vous qui avez travaillé dur pour maîtriser leur propre vibration m’ont avoué qu’il leur semblait presque sacrilège de dire qu’ils avaient passé une excellente année en 2020. Je connais ce sentiment. J’ai eu une excellente année aussi, malgré tous ses défis. Bien sûr, aucun d’entre nous n’était heureux de toutes ces souffrances. Nous n’étions pas heureux à cause de la maladie, de la perte d’emploi, de la peur, des disputes, des injustices raciales, des chamailleries politiques, ou de tout cela. Nous étions heureux parce que nous avons choisi de tirer le meilleur parti des moments qui nous étaient offerts, plutôt que de lutter contre la vie ou de nous concentrer sur les problèmes que nous ne pouvions pas changer. Nous nous sommes donné la permission de profiter de nos journées, même en dépit des défis du monde extérieur. Ce faisant, nous étions mieux à même d’aider les autres.

Je ne pense pas avoir jamais travaillé aussi dur que l’année dernière. J’ai répondu à des milliers de mails par semaine, j’ai aidé, soigné, apaisé et fait ce que je pouvais pour les personnes dans le besoin. J’ai parlé à ma famille plusieurs fois par semaine, car il est devenu de plus en plus évident pour nous tous que nos relations étroites étaient importantes ici et maintenant. Avec la mort en face de nous tous les jours, cela a mis en évidence l’importance de vivre pleinement.

Je n’ai pas beaucoup dormi. Mais j’ai fait une priorité de prendre soin de moi de bien d’autres façons, afin d’être en pleine forme pour ceux que je sers. Je me suis fait une priorité de regarder Braco en ligne dès que j’en avais l’occasion, car plus nous serons nombreux à nous tenir dans la lumière, chacun à sa manière, plus le monde sera léger. J’ai senti l’amour circuler fortement l’année dernière, et encore plus cette année – non pas parce que le monde me l’a donné, mais parce que j’ai choisi de tirer le meilleur parti des situations données.

J’apprécie encore plus cette année, même malgré l’intensité émotionnelle, les chamailleries, les variantes de virus, les tensions croissantes, les volcans (et les gens !) qui explosent, etc. J’ai décidé en janvier que j’allais travailler à maîtriser ma capacité de concentration. Dès que je me sens mal à l’aise, je m’arrête sur place et j’oriente mon esprit vers quelque chose qui me convient mieux. Je choisis un objet au hasard et je « fais de l’amour » comme je l’ai décrit. Je prends soin de moi, je travaille à distance, j’organise ma maison, je jardine et j’ai hâte de me remettre à l’artisanat, que j’aimais vraiment autrefois. J’ai choisi de me concentrer sur ce qui me donne de la joie, plutôt que sur ce qui me ferait facilement souffrir, et Dieu sait qu’il se passe beaucoup de choses dans le monde qui me feraient souffrir si je choisissais de leur accorder une attention primordiale.

Peu d’entre nous ont appris que nous pouvons nous donner la permission d’être heureux même lorsque les choses semblent aller « mal ». J’ai été heureux malgré le fait que je me sois cogné le genou plus tôt dans l’année et qu’il soit maintenant guéri. J’ai été heureuse à l’intérieur de moi-même malgré la méchanceté des gens. J’ai été heureux malgré les problèmes physiques de ceux qui me sont chers. Je ne suis pas heureux à cause de la douleur de quelqu’un. Je suis heureux parce que je sais que si je choisis de me concentrer sur les choses qui me donnent de la joie, d’avoir des pensées qui me donnent de la joie et de faire des choses qui me donnent de la joie, alors je peux avoir une plus grande influence pour le bien dans tous les domaines.

Alors si vous vous sentez coupable de vous sentir bien, c’est le moment d’y repenser. Selon les mots de Marianne Williamson, tirés de son merveilleux livre, A Return to Love :

Notre peur la plus profonde n’est pas que nous soyons inadéquats. Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute mesure. C’est notre lumière, et non notre obscurité, qui nous effraie le plus.

Nous nous demandons : « Qui suis-je pour être brillant, magnifique, talentueux, fabuleux ? En fait, qui êtes-vous pour ne pas l’être ? Vous êtes un enfant de Dieu. Votre petitesse ne sert pas le monde. Il n’y a rien d’éclairé à se rétrécir pour que les autres ne se sentent pas en danger à vos côtés.

Nous sommes tous destinés à briller, comme le font les enfants. Nous sommes nés pour rendre manifeste la gloire de Dieu qui est en nous. Elle n’est pas seulement en certains d’entre nous, elle est en chacun de nous. Et lorsque nous laissons briller notre propre lumière, nous donnons inconsciemment aux autres la permission de faire de même. Lorsque nous sommes libérés de notre propre peur, notre présence libère automatiquement les autres.

Donnez-vous la permission d’être heureux.

Voici quelques conseils pour vous aider à profiter de la vie quoi qu’il arrive :

1. Remettez en question vos hypothèses sur le bonheur

Sur une feuille de papier, écrivez « Je peux être heureux quand », puis, dans un flux de conscience, écrivez ce qui vous vient à l’esprit. Il peut s’agir d’un mélange de vérité profonde et de vieilles hypothèses. Cet exercice peut être très révélateur.

Remettez en question vos hypothèses. Si vous ne pensez pas pouvoir être heureux tant que le monde ne sera pas meilleur, tant que la situation actuelle ne sera pas terminée, tant que quelqu’un ne sera pas gentil avec vous, tant que vous n’aurez pas un nouveau travail, un nouveau gars, une nouvelle fille, une nouvelle maison, une nouvelle … demandez-vous « Pourquoi pas ? ».

Pourquoi ne pas profiter d’aujourd’hui ?

2. Gardez une liste des choses, des pensées, etc. que vous appréciez.

Dressez une liste ou, mieux encore, tenez un journal des choses que vous aimez, des pensées qui vous ravissent et des citations qui vous inspirent. Une fois, j’ai fait le « Livre des pensées heureuses » avec des pensées et des citations aléatoires qui me faisaient sourire. Je l’ai retrouvé l’autre jour et j’ai souri à nouveau !

Il est bon d’avoir un rappel tangible des choses, des pensées, des personnes, des qualités et des situations que vous appréciez. Ainsi, lorsque vous vous sentez moins bien, cela vous rappelle que la joie peut être trouvée ici et maintenant.

3. Arrêtez de regarder ce qui est « impossible » et commencez à regarder ce qui est « possible ».

Il y a beaucoup de choses que nous voulons vivre, faire ou avoir, mais que nous ne pouvons pas vivre, faire ou avoir en ce moment même. Peut-être que vous n’avez pas le temps, l’argent, le désir, la sécurité, ou tout ce dont vous avez besoin pour faire quelque chose ou expérimenter quelque chose que vous voulez. Peut-être que quelqu’un ne coopère pas avec votre vision de qui il devrait être. Il est malheureux de se concentrer sur toutes les choses « impossibles à faire » et « impossibles à avoir » dans la vie. Non seulement ces pensées sont désagréables, mais si on leur donne la chance de tourner dans votre esprit pendant un certain temps, elles conduisent facilement à des crises de colère, ce qui est encore pire !

Concentrez-vous plutôt sur ce que vous pouvez faire et sur ce que vous pouvez apprécier. Plus qu’à n’importe quelle époque de la planète, il y a des milliers de choses dont nous pouvons profiter. Nous avons le monde entier et tout ce que nous voulons apprendre à portée de main. Nous pouvons « voyager » où nous voulons en allant simplement sur YouTube. Nous avons les compétences spirituelles nécessaires pour nous plonger en nous-mêmes et nous laisser aller. Nous pouvons faire une promenade, préparer un bon repas, discuter avec un ami, lire un bon livre, etc. Certains jours, il peut même être agréable de se vautrer dans un confortable apitoiement sur soi – si cela représente une augmentation vibratoire par rapport à votre situation actuelle ! L’essentiel est que se concentrer sur ce que nous « ne pouvons pas » faire, avoir ou vivre nous rend malheureux, alors que se concentrer sur ce que nous « pouvons » nous rend heureux.

Faites attention à ce que vous ressentez. Donnez-vous la permission de vous sentir bien et, chose intéressante, de plus en plus de choses, de personnes et d’expériences que vous pouvez apprécier apparaîtront facilement dans votre vie.

Bien que les anges ne veuillent jamais que nous simulions ce que nous ressentons, ils veulent nous donner les outils pour nous sentir mieux. Nous avons tous ce choix. Il est logique de l’exercer, du mieux que nous pouvons, et de s’entraîner à changer les vieilles habitudes qui disent. « Nous ne pouvons pas profiter de la vie jusqu’à ce que… » à de nouvelles habitudes qui disent, « Donnez-vous la permission de profiter de la vie ici et maintenant au mieux de vos capacités. »

Il n’y a aucun égoïsme dans tout cela, seulement un désir de vivre en aimant sa propre vie et donc d’être un phare brillant dans un monde qui a besoin de ses phares !

Source: https://www.visionsofheaven.com/

Traduit et partagé par la Presse Galactique

 1,293 

Voir en PDF