FrenchEnglishSpanishPortugueseItalianGermanPolishArabic

CLIQUEZ ICI POUR PLUS DE DÉTAILS !

Message de St Germain reçu par Agnès Bos-Masseron

Amener sa structure physique à la pleine vitalité, à l’infinie flexibilité, à l’harmonie. Cela ne peut se faire que si les émotions sont offertes. Tout offrir au suprême, ainsi les déposer. Cela ne peut se faire que si l’ego est ramené à sa juste vision, car l’ego peut être cette transparence du regard qui, à travers l’individualisation, vénère avec discernement, clarté, ce discernement, cette clarté qui sont l’infini de l’amour. Ainsi dégager les voiles pour fluidifier.

Voyez la beauté du corps d’un être qui choisit d’honorer l’harmonie à travers son incarnation et donc de lâcher prise de bien des addictions, des attachements ou des habitudes. Le corps est le reflet de la fluidité. Un tel corps génère fluidité. Ainsi l’on entre dans le cercle de régénération.

Autant l’humanité a connu des cercles que l’on peut nommer vicieux, autant l’heure est venue de découvrir les cercles de régénération. Il suffit d’être le regard juste. La structure physique fluidifiée et vivifiée libère des courants de nectar et d’énergie qui se cristallisent en sentiment de joie pure, de dévotion qui viennent rencontrer les flots de la grâce. À ce point d’union est le plein sens de l’incarnation.

Vous le savez, au cœur des cellules est la Triple Flamme. La Triple Flamme est silence glorifié. Ce regard du vénérable, ce regard est contemplation. De ce regard jaillit la source de la création. Traverser la source même, et par son attention, offrir la puissante innocence de ce regard du suprême qui se découvre éternellement et se reconnaît éternellement. De cette reconnaissance naît la création dans son infinie diversité, son infinie unité.

Vous le savez, n’est-ce pas, le corps physique – nous parlons du corps physique – peut danser autour des étoiles et les traverser, aller au cœur même de la création pour s’incliner et honorer ce vénérable bien au-delà de la source de la création…

Car vous le savez, le corps n’est que la projection de l’état intérieur. Concrètement l’émerveillement, l’enthousiasme, la sérénité profonde amènent le corps à l’état juvénile. L’énergie se tend, s’élève, danse et vient rencontrer la grâce du corps de lumière. Ce corps de lumière, cet état de grâce, libère les flots. Les deux se fondent et chaque cellule pulse la dévotion…

Nous ne parlons pas de mystique ou d’abstrait, mais de la nature même du corps physique.

Vous le savez, n’est-ce pas, le corps n’est que la projection des pensées, des émotions, des fluidités et des dons. Nous l’avons dit souvent, tout offrir, exulter, s’incliner, être écoute. Nous l’avons dit souvent, le concret de l’implication d’être le don est reflété par la structure corporelle.

S’émerveiller, car tout est le regard du merveilleux et sa gloire. S’émerveiller, car tout est la simplicité du beau, du pur, du puissant et du tendre, et qu’il n’est que la grâce du suprême qui s’exprime à l’infini. Garder le regard rivé sur le suprême. Se dépouiller, simplifier, se rassembler.

Voyez, créer cette société d’harmonie n’est pas et ne peut être « se battre contre ». Elle ne peut qu’être s’émerveiller. Car l’émerveillement et la dévotion offerte à la pure beauté, à la pure noblesse, à la simple grandeur, transforment la physiologie qui à son tour permet un fonctionnement plus raffiné des systèmes émotionnel, énergétique. Ce fonctionnement plus raffiné à son tour permet le raffinement de la structure physique pour la fusion, l’union. Le corps physique infusé des flots de lumière, des flots de sa structure lumière, se fond et se fusionne, et apparaît dans sa nature propre de lumière. L’on ne peut négliger aucun des aspects.

Vous sentez l’infini de la paix, n’est-ce pas ? Le sentir, c’est l’offrir. L’offrir, c’est le créer. Le créer, c’est transfigurer la Terre. Laissez les apparentes folies courir leur course errante et aimez. Aimez la nature avec toujours plus d’intensité. Connaissez-vous la puissance d’amour infini ? Tout instantanément se trouve réharmonisé.

Aimez. Aimez la structure corporelle. Offrez à l’amour toute la place dans les émotions et les sentiments, dans toutes les structures. Offrez à l’amour toute la place dans la structure cérébrale, ainsi le mental est silence et océan de paix. Peu de mots. Aimez. Aimez la Terre avec passion, car la Terre est le temple de la transfiguration, le berceau des opportunités. La planète est splendeur. Aimez la Terre avec passion, la guérissant ainsi. Aimez avec cette passion de l’être qui se reconnaît éternellement. Tout reconnaître, c’est aimer.

Enterrer irrémédiablement les haches des vieilles guerres. Vous avez remarqué, n’est-ce pas, au fil des temps, à chaque époque, les mêmes thèmes plus ou moins exacerbés, nés de l’étroitesse, à peu près la même. Il faut bien pour toujours enterrer les haches pour que soient libérés les flots de la grâce. Aimez.

Aimez le divin dans tout et dans tous. Cela est la mission la plus sacrée…

Savez-vous la puissance de guérison d’un cercle qui ainsi aime et c’est tout ? Ainsi la Terre est embrasée. Ainsi les cellules sont embrasées. Ainsi les dons sont intégrés… Cela est le service. Cela est la clef de la transmutation et de la transfiguration.

Vous le savez, il est ce frère venu montrer l’exemple. Il l’a dit, « aimez-vous les uns les autres comme je vous aime ». Cela inclut « aimez-vous entre vous et vous-même ». Cela inclut la totalité de la création. Aimez. C’est de cet amour silence lumière que naît l’intégration et la transfiguration…

Ne pas attendre, aimer. Traduire cet amour dans l’action. L’acte juste est puissant. L’acte créateur du verbe est l’action et la création. Ainsi sont nourris et guéris la Terre, la société, tous les aspects de l’être…

Nous vous saluons.

Auteur : Agnès Bos-Masseron

Vous pouvez reproduire et diffuser ces messages à condition qu’ils soient dans leur version intégrale sans modification, y compris le nom de l’auteur, du site anandamath.org et ce dernier paragraphe (pas de vidéo au son enregistré par un robot).

Site : http://anandamath.org

 1,253 

Voir en PDF