Merci de votre soutien !

contribuer2
FrenchEnglishSpanishPortugueseItalianGerman
Précédent
Suivant

par José Stevens PhD

Les trois éléments constitutifs du multivers sont la Vérité, l’Amour et l’Énergie : l’intelligence suprême, le magnétisme qui attire tout ensemble, et le carburant qui active toutes les structures atomiques et subatomiques en mouvement. Sans l’un de ces éléments, l’univers tel que nous le connaissons n’existerait pas.

Nous retrouvons ces trois éléments dans notre corps sous forme de cerveau, de cœur et d’intestin ou sous forme de centre intellectuel, de centre émotionnel et de centre de mouvement. Le chiffre trois est instable comme un tabouret à trois pieds. L’instabilité crée le mouvement, le drame, l’activité que nous appelons la vie dans cet univers. Sous forme symbolique, cela ressemble à +, -, o ou positif, négatif, neutre. Pour stabiliser ces trois éléments, nous pouvons ajouter un quatrième ingrédient. Par exemple, nous pouvons ajouter du carbone à l’oxygène, à l’azote et à l’hydrogène.

Donc, quatre éléments : La terre, l’air, le feu et l’eau sont les quatre éléments constitutifs de notre planète physique et de tout ce qui s’y trouve et, ensemble, ces quatre éléments offrent une certaine stabilité à notre expérience. C’est sur ce point que porte cet article. Si ces éléments sont des puissances facilement observables dans les océans et les rivières, les volcans et les feux de forêt, les tornades et les ouragans, les tremblements de terre et les avalanches, ils sont également présents de manière subtile dans chaque partie de la planète, de la composition de nos corps à nos besoins énergétiques, en passant par les transports, la nourriture, les abris et bien d’autres aspects. Ils sont littéralement partout où nous regardons. Ce que beaucoup de gens ne réalisent pas, c’est que, parce que ces quatre éléments majeurs composent notre corps, nous sommes directement liés à tous les phénomènes qui se produisent sur la planète. Autrement dit, nous sommes affectés par les éléments et les éléments sont affectés par nous. Par conséquent, les inondations massives, par exemple, ne sont pas un accident aléatoire, mais sont profondément liées à ce que l’humanité traverse sur le plan psychologique, émotionnel, mental et spirituel. Il en va de même pour les manifestations massives de tous les éléments, qui impliquent généralement des déséquilibres dans la nature, trop ou pas assez d’eau, trop ou pas assez de chaleur, de graves mouvements de la Terre, ou trop ou pas assez de vent. Les éléments et leur comportement sont notre miroir ou notre écho pour comprendre ce qui se passe pour nous, que ce soit au niveau local ou en tant qu’espèce.

Avec le changement climatique, on constate une augmentation des aspects destructeurs des éléments sur toute la planète. Récemment, les ouragans et les typhons sont devenus plus massifs et plus fréquents, balayant les États-Unis, l’Amérique centrale, l’Orient, les îles britanniques et l’Europe occidentale. Des tornades destructrices, des incendies massifs et des inondations sans précédent ont fait des ravages aux États-Unis. Des incendies destructeurs ont ravagé l’Australie et décimé la forêt amazonienne, décrite comme le poumon de la terre, capable de purifier l’air.

Ces deux dernières années, le coronavirus s’est répandu dans le monde entier et sa caractéristique, la pneumonie mortelle, a tué des millions de personnes. L’élément air est impliqué dans tous ces incidents. Le coronavirus affecte notre respiration et, dans certains cas, nous tue en nous empêchant de respirer. Les poumons sont profondément affectés et, pour les humains, la respiration est liée à plusieurs choses, en plus de nous fournir de l’oxygène. Les poumons, par exemple, contiennent l’émotion du chagrin. Nos poumons sont impliqués lorsque nous sommes tristes et que nous sanglotons involontairement. Lorsque nous sommes profondément attristés, nos poumons se soulèvent et nous pouvons à peine reprendre notre souffle. Les allergies qui affectent les poumons sont liées à un chagrin aigu qui peut se manifester depuis de nombreuses années.

Si tous les êtres humains éprouvent du chagrin, les hommes y sont plus réfractaires, d’autant que de nombreux tabous culturels les empêchent d’exprimer leur chagrin. Les hommes ont tendance à l’emmagasiner et le résultat est que les hommes sont souvent chargés de chagrin et ne le savent pas. Faut-il s’étonner que les hommes soient plus nombreux à mourir du covid 19 ? Nous pourrions dire que le coronavirus et les maladies de ce type sont liés au manque d’expression des hommes dans le monde. Les hommes ont tendance à être isolés socialement et, en raison de leur nature compétitive, ils ne se lient pas les uns aux autres de la même manière que les femmes. Lorsqu’ils le font, c’est souvent pour le sport, la guerre et d’autres activités violentes. Toute cette émotion refoulée doit aller quelque part et, puisque la nature nous répond, elle peut se transformer en inondations, ouragans, tremblements de terre, incendies et pandémies.

Dans un sens spirituel, notre respiration est également liée à l’inspiration et à la réception de l’Esprit dans notre corps. Comme nous sommes actuellement tellement coupés de la nature que nous ne comprenons pas, notre relation avec elle, notre respiration est encore plus affectée. En d’autres termes, nous avons un impact sur le climat planétaire par le biais de nos conflits et de notre état de santé, et nous sommes profondément affectés par ces mêmes éléments lorsqu’ils font des ravages sur nous. Le changement climatique ne se limite pas à l’extérieur. Nous subissons le changement climatique personnellement et en tant qu’espèce, et nous en sommes témoins dans nos schémas météorologiques et nos conditions changeantes. Nous ne faisons qu’un, nous sommes les miroirs les uns des autres et nous nous influençons mutuellement.

Les bouddhistes tibétains ont des idées fascinantes sur les quatre éléments et notre relation avec eux. Ils décrivent les états entre les vies comme des bardos. Comme il s’agit d’un sujet complexe, je simplifierai grandement ici et ferai référence au cinquième bardo qui s’ouvre après la mort physique et offre la possibilité d’une illumination ou au contraire, d’une confusion et d’une distorsion. Les humains qui méditent durant leur vie ont une bien meilleure chance d’être illuminés durant ce passage. Ceux qui n’ont pas pratiqué ou qui ignorent les bardos sont plus enclins à se débattre avec des hallucinations et une transition plutôt difficile vers le sixième bardo qui, selon eux, a à voir avec l’expérience de la préparation à la renaissance dans une nouvelle vie.

Juste après la mort, nous pouvons être confrontés à différentes versions des quatre éléments. Pour quelqu’un qui n’est pas préparé, les quatre éléments se manifestent sous leurs formes catastrophiques ou courroucées. Par exemple, l’élément eau peut se manifester sous la forme d’un gigantesque raz-de-marée ou d’un tsunami qui nous fonce dessus. L’élément du feu apparaît comme un enfer furieux sur le point de nous engloutir, et ainsi de suite. Cela génère bien sûr une peur immense et la souffrance peut être aiguë. C’est parce que nous ne reconnaissons pas les éléments comme nos alliés. Nous les voyons comme d’autres que nous-mêmes qui nous attaquent. Dès que nous reconnaissons ces éléments comme des alliés, ils se calment instantanément et se transforment en leurs belles formes qui, au lieu d’un tsunami, apparaissent comme un doux et paisible étang de méditation avec des nénuphars et des fleurs de lotus flottant à la surface. Le brasier se transforme en une belle bougie ou lanterne qui éclaire doucement notre chemin et ainsi de suite. Ainsi, ce que disent les bouddhistes tibétains, c’est que lorsque nous reconnaissons les éléments comme des alliés, comme des aspects bienveillants de notre vraie nature, ils prennent soin de nous au lieu de nous torturer, ce qui, en fait, est le produit de notre propre ignorance.

Si nous méditons au cours de notre vie et nous familiarisons avec l’expérience que tout est divin, nous commençons à réaliser que tous les alliés sont des expressions du divin tout comme notre conscience (y compris notre présence physique) est une expression du divin. « Tout étant divin » nous permet logiquement de savoir qu’il n’y a pas de différence ou de séparation réelle entre ce que nous considérons être nous-mêmes et tous les alliés et tout le reste. Cette connaissance rend la rencontre avec les bardos après la mort tellement plus facile. Même s’ils se présentent à nous avec colère, comment peuvent-ils être l’ennemi s’ils sont en réalité nous ?

De même, si nous voyons que les éléments sont tous de nature divine, alors nous voyons qu’ils ne sont pas séparés de nous. Lorsque nous les voyons comme autres, nous avons peur d’eux et, naturellement, dans cette perspective, ils semblent nous attaquer et nous détruire. Si nous ne les voyons plus comme autres, mais plutôt comme faisant partie de nous-mêmes, ils cesseront d’être l’ennemi et nous n’aurons jamais à les craindre. Par conséquent, les éléments de la nature ne nous feront jamais de mal. Maintenant, si nous pouvons apprendre la même leçon à propos de nos frères et sœurs humains sur la planète, nous serons en bonne forme.

**Par José Stevens PhD

English version : https://eraoflight.com/

Traduit et partagé par la Presse Galactique

 1,924 

Print Friendly, PDF & Email
Précédent
Suivant