Merci de votre soutien !

contribuer2
FrenchEnglishSpanishPortugueseItalianGerman

La divulgation commence à prendre de la vitesse ! Voici une technologie déjà fonctionnelle depuis longtemps dans les programmes spatiaux secrets. Lire les articles sous la catégorie COMMUNIQUÉ STELLAIRE. – la PG

par Monisha Ravisetti

Nous vivons dans un épisode de Star Trek, en fait.

Le Dr Josef Schmid, médecin de vol de la NASA, salue l’espace le 8 octobre 2021, alors qu’il est holoporté sur la Station spatiale internationale.

L’astronaute de l’ESA (Agence spatiale européenne) Thomas Pesquet.
J’ai un nouveau nom pour votre vocabulaire : Holoportation.

Il s’agit d’un amalgame d' »hologramme » et de « téléportation » et, bien qu’on puisse le croire, il ne s’agit pas d’un simple terme de science-fiction enfoui quelque part dans les romans d’Isaac Asimov et les épisodes de Star Trek.

En octobre, la NASA a utilisé ce mécanisme futuriste époustouflant pour amener le Dr Josef Schmid, chirurgien de vol de la NASA, à bord de la station spatiale internationale alors qu’il se trouvait en sécurité sur notre planète. Aucune fusée n’était nécessaire.

M. Schmid a été rejoint dans ce voyage transdimensionnel par Fernando De La Pena Llaca, PDG d’AEXA Aerospace, une organisation qui a contribué à la mise au point de l’équipement d’holoportation, et par quelques autres membres de l’équipe.

« C’est une toute nouvelle façon d’explorer l’humanité où notre entité humaine est capable de voyager hors de la planète », a déclaré Schmid plus tôt en avril. « Notre corps physique n’est pas là, mais notre entité humaine est absolument là ».

Bien que presque incroyable, l’holoportation n’est pas une technologie totalement nouvelle. Microsoft en a eu l’idée il y a plusieurs années, mais avec l’intention première de révolutionner des secteurs comme la publicité, les soins hospitaliers terrestres et l’éducation, et n’a cessé depuis de développer le concept. Mais le récent projet de la NASA a permis de franchir une nouvelle étape.

C’est la première fois qu’un tel transport virtuel a réussi à amener des personnes au-delà de la planète Terre.

Voici comment tout s’est déroulé.

En gros, des modèles 3D de haute qualité des holoporteurs ont été développés, compressés numériquement, transmis et reconstruits dans le laboratoire spatial, le tout en temps réel.

Pendant ce temps, un écran de réalité mixte à bord de l’ISS, à savoir le HoloLens de Microsoft, a permis aux holoporteurs et aux astronautes de se voir, de s’entendre et d’interagir les uns avec les autres comme s’ils se trouvaient dans le même espace physique. L’astronaute Thomas Pesquet, par exemple, a eu une conversation bidirectionnelle avec Schmid et De La Pena en plein milieu de l’ISS, alors qu’il se trouvait à des kilomètres et des kilomètres des holoporteurs.

Le trio s’est même serré la main par voie holographique.

« Nous l’utiliserons pour nos conférences médicales privées, nos conférences psychiatriques privées, nos conférences familiales privées et pour amener des VIP dans la station spatiale afin de rendre visite aux astronautes », a déclaré la NASA dans un communiqué.

Et, à l’avenir, l’agence a l’intention de faire évoluer son système en ajoutant une fonction de réalité augmentée, qui donnerait aux holoporters la possibilité de se déplacer réellement dans la station spatiale et d’observer les choses comme s’ils y étaient littéralement. Tout sauf le toucher physique, pourrait-on dire.

Cela pourrait contribuer à la télémédecine extraterrestre pour les astronautes, aux projets de construction de l’ISS et même à l’exploration future de l’espace lointain. Ce dernier point pourrait toutefois se heurter à un obstacle majeur : selon la NASA, les communications Terre-espace connaissent généralement des retards de 20 minutes lorsqu’elles sont destinées à des systèmes situés très loin dans le vide.

L’holoportation, en revanche, est censée être « en direct », de sorte que les holoporteurs pourraient en quelque sorte « rester à bord » pour communiquer en temps réel, comme l’a démontré le récent prototype livré à l’ISS.

« Peu importe que la station spatiale voyage à 17 500 miles par heure et soit en mouvement constant en orbite à 250 miles au-dessus de la Terre », a déclaré Schmid. « L’astronaute peut revenir trois minutes ou trois semaines plus tard, et avec le système en marche, nous serons là, à cet endroit, vivant dans la station spatiale. »

De plus, la NASA affirme que cela pourrait avoir des applications directes sur Terre, comme pour les chercheurs travaillant dans des environnements extrêmes ou les spécialistes des opérations militaires.

« Imaginez que vous puissiez amener le meilleur instructeur ou le véritable concepteur d’une technologie particulièrement complexe juste à côté de vous, pour que vous puissiez travailler dessus », a déclaré Schmid. « Vous pouvez travailler ensemble sur l’appareil, un peu comme deux des meilleurs chirurgiens travaillant pendant une opération. Cela rassurerait tout le monde en sachant que la meilleure équipe travaille ensemble sur une pièce critique du matériel. »

English version : https://www.cnet.com/

Traduit et partagé par la Presse Galactique

 2,755 

Print Friendly, PDF & Email