Merci de votre soutien !

contribuer2
FrenchEnglishSpanishPortugueseItalianGerman

Jeshua transmis par Judith

Bien-aimés, vous avez un dicton : ce sont les temps qui mettent à l’épreuve les âmes des hommes/femmes. Ce sont les temps que vous créez pour vous-même afin que vous puissiez soulever des questions juste en face de vous et dire : « Qu’est-ce qui se passe ? » Vous faites un travail merveilleux en soulevant des questions, comme vous les appelez, en soulevant des questions où vous voyez un frère dire une chose et un autre frère dire une autre chose, une réalité –  » r  » minuscule – que chacun essaie de comprendre, de traverser, en essayant de comprendre sa valeur et comment il navigue dans toutes les diverses expériences qu’il crée.

Certains d’entre vous auront des meilleurs amis, surtout en cette période de croissance, qui ont des idées et des vérités – « t » minuscule – qui semblent être diamétralement opposées les unes aux autres. Et chacun d’entre vous considère que ces vérités sont évidentes, du moins pour le moi que vous êtes, et vous iriez jusqu’à….. J’ai vu cela se produire. J’ai vu dans une situation, même de mon vivant, où l’on est tellement pris par ce qui se passe que l’on pourrait, comme on dit, aller au bout de la vérité, jusqu’à ce que l’on s’arrête et que l’on respire profondément.

Vous vous dites : « Eh bien, c’est peut-être votre vérité, et je l’honore, puisque c’est votre vérité. Cependant…. » Et puis vous montez sur votre petit piédestal et vous dites : « Mais avez-vous considéré…. » Et alors il y a une belle discussion dans laquelle vous vous engagez. Elle est très bonne, parce que ce qu’elle fait, c’est qu’en même temps qu’elle semble embrouiller tout ce dont on parle, elle met en évidence pour celui qui détient cette vérité – le « t » minuscule – pourquoi il tient cette vérité pour évidente.

Vous dites : « Mais je ne le vois pas comme ça ». Et ils disent, « Eh bien, vous devez être aveugle. » Lorsque vous parvenez à traverser cette discussion, qui, espérons-le, aboutit à une discussion, et que vous restez amis, que vous continuez à rire et à vous aimer, vous avez amassé un trésor qui vaut plus que de l’or, le trésor de l’amour et de l’allocation.

Ces moments que vous vous réservez sont des moments difficiles : oui, ils vous amènent à aimer au-delà de tous les détails des systèmes de croyances. J’ai vu certains d’entre vous arriver à un point où vous êtes au coude à coude avec l’autre personne, puis vous vous mettez à rire. Vous dites :

« C’est fou. C’est de la folie, mais Je t’aime toujours. Je veux toujours savoir ce qui te fait vibrer. Il y a eu un moment, lors de notre première rencontre, où j’ai été captivé par ton énergie, par ce que tu devais penser, et je t’ai demandé : « Pourquoi penses-tu ceci ou cela », et nous avons eu une bonne discussion. Je veux toujours savoir ce qui vous fait vibrer, ce qui vous fait vivre ».

Et l’autre personne, selon son point de vue, partagera avec vous ou rira et dira :

« Je ne vois pas comment tu peux maintenir le système de croyances que tu as. C’est tout à fait scandaleux. Mais je t’aime quand même. « 

Vous lui tendez la main, souvent physiquement, ou si ce n’est pas le moment, vous lui prenez la main symboliquement et vous lui dites : « Vous enrichissez ma vie. Je ne pensais pas que quelqu’un pouvait penser comme vous le faites. » Et puis vous souriez.

Ce sont les moments qui mettent à l’épreuve l’âme des hommes et des femmes, leurs systèmes de croyances, et vous en arrivez à dire : « Tu sais, c’est une pensée folle, mais je t’aime quand même. J’ai toujours envie d’être avec toi et de partager. » Et vous êtes plus riche pour cela, parce que ce que vous avez fait est de prendre un morceau très étroit de ce que vous avez compris de l’autre et de lui permettre d’être plus large dans votre compréhension, de sorte que vous ne vous concentrez pas – au début peut-être – sur les détails.

« Comment peux-tu penser ça ? » Et puis vous arrivez à un endroit où vous dites, « Tu sais, je t’aime vraiment de toute façon, même si tu es hors des rails et fou. »

J’observe les interactions qui ont lieu en ce moment, et ce qui est le plus merveilleux à voir, c’est la flamme qui est créée par la friction des idées qui sont partagées, les flammes qui grandissent, les flammes d’amour, les flammes d’allocation qui surgissent. Même lorsque vous pensiez « Je ne peux pas comprendre comment vous pouvez penser de cette façon », vous prenez une profonde respiration et vous arrivez à un endroit où vous dites « C’est bon. Nous aimons. »

C’est ça l’essentiel. C’est la base pour savoir qui vous êtes et qui ils sont, et comment vous allez aller de l’avant. Il s’agit d’être capable d’accepter toutes les pièces qui semblent flotter et se heurter les unes aux autres. Cela semble très effrayant, et pourtant vous pouvez voir au-delà de cela. Vous dites : « Vous savez, vous êtes la personne la plus intéressante que j’aie jamais rencontrée. »

Essayez cela avec la prochaine personne que vous rencontrerez ou peut-être avec votre meilleur ami qui pense différemment de vous. Et vous dites, « Tu sais, je ne vois pas comment quelqu’un peut penser ça. Mais tu as toujours été différente. »

N’oubliez pas de respirer pendant que vous vivez ces rencontres. Souvenez-vous de respirer et d’aimer. Parce que ce que vous faites, c’est permettre l’expansion de votre système de croyances et le leur aussi, s’ils sont ouverts à cela, où vous arrivez à comprendre que l’essentiel est l’amour. Quand vous arrivez à cet endroit, c’est un endroit merveilleux. Parfois, vous vous retournez, vous vous regardez et vous vous dites : « Comment avons-nous fait pour passer d’un endroit où je pensais que nous étions opposés l’un à l’autre à un endroit où nous sourions ? »

Vous répondrez : « C’est un miracle. Je n’ai jamais pensé que nous pourrions être apparemment si éloignés l’un de l’autre et pourtant nous nous sommes réunis en connaissant l’Unité. » Au sein de l’Unité, vous avez les systèmes de croyances et les autres systèmes de croyances et tout ce qui se trouve entre les deux. Comme vous êtes riches.

Vous vous autorisez donc à comprendre l’immensité de ce que vous pouvez croire, de ce dans quoi vous pouvez mettre votre énergie, et comment vous pouvez permettre aux autres qui marchent sur le chemin avec vous d’avoir aussi leurs systèmes de croyances. Et comme je l’ai dit, vous arrivez après un certain temps à la réalité d’une respiration très saine, parce que vous avez pris tout cela très au sérieux. À un moment donné, cela signifiait presque la vie et la mort. Parfois, vous avez vécu cette vie où cela signifiait la vie et la mort, mais maintenant vous pouvez discuter, vous pouvez les aimer, vous pouvez les étreindre, et vous pouvez continuer.

C’est ce que vous faites en guérissant la réalité 3D. Parce que, comme vous l’avez vu ces dernières années – et cela a été vrai tout au long de toutes les vies humaines – les gens peuvent avoir des systèmes de croyances totalement opposés, et pourtant, dans ce moment d’inspiration, il y a une Unité et un amour qui surgissent et guérissent tous les systèmes de croyances contrastés.

C’est ce à quoi vous travaillez. Oui, il y a des moments où vous avez un peu de vieux débris en travers du chemin, et vous prendrez alors une profonde respiration et direz soit à haute voix, soit silencieusement: « et je t’aime toujours ».

Vous vous amusez avec les systèmes de croyances. Si vous traitez cela comme un amusement, si vous le traitez comme vous regarderiez quelque chose sur votre boîte carrée – et parfois vous le regardez sur votre boîte carrée – venez à un endroit où vous aimez la variété des systèmes de croyances et l’imagination de certains d’entre eux. Vous n’en serez que plus sages et plus riches.

Souvent, lorsque vous voulez appeler une guérison ou un rapprochement, vous devez prendre une profonde respiration. Si une respiration profonde ne vous amène pas tout à fait à l’endroit de la guérison, vous avez le temps de prendre une autre respiration profonde, ou plusieurs si nécessaire. Vous constaterez que, dans votre attention pour vous-même, vous donnez également aux autres autour de vous l’attention pour qu’ils soient qui et ce qu’ils croient être ?

Si vous voulez ressentir une guérison, et si le temps est venu – et cela ne doit pas nécessairement être dans cette vie, parce qu’il y a eu des vies où vous avez interagi avec celui-ci, ou qui que ce soit, où vous avez dû faire mourir le corps avant qu’il n’y ait de véritable rapprochement, alors vous avez, dans cette vie, repris là où vous vous étiez arrêté – vous vous êtes retrouvé pour le faire.

Comme nous l’avons dit à plusieurs reprises, vous êtes le créateur de votre réalité. Vous êtes celui qui dit ce que votre réalité doit être. Vous êtes aussi celui qui peut prendre cette profonde respiration et guérir ce qui ne semble pas être entier. Sachez donc qu’en réalité, le Christ a de nombreux visages, le Christ a de nombreux systèmes de croyances, et le Christ est toujours en train d’exprimer la Lumière.

Lorsque vous trouvez l’expression de la dis- tance, sachez qu’en vérité c’est l’Unicité de vous qui permet la perception de la distance. Et dites-vous, lorsque vous sentez qu’il y a peut-être un grand fossé entre vous et l’autre, un fossé de distance peut-être, « Souriez ».

Sachez que vous êtes celui qui manifeste ce qui semble être la dis- tance, et que la distance n’est rien. Vous êtes Un, cœur à cœur. Vous pouvez avoir l’impression qu’il y a une grande distance entre vous et l’autre, et pourtant vous avez fait l’expérience de parler sur des longueurs d’onde différentes, puis il y a eu un changement, une guérison, et vous avez regardé l’autre en disant : « De quoi parlions-nous ? ». Et puis il y a eu une guérison. Ce qui était avant n’est plus. Ce qui ressemblait à une distance s’est rapproché et vous avez ressenti : « Ce qui est important dans tout cela, c’est l’amour qui est partagé. »

Vous allez donc exprimer ce qui semble être une séparation, puis vous ressentirez la guérison, le rassemblement, la plénitude de la guérison. C’est le but de ces temps. Vous avez créé pour vous-même ce qui semble être une distance dans l’expression et dans la compréhension, mais ensuite vous faites un miracle. C’est le voyage sans distance qui dit : « Hé, je pensais qu’il y avait une grande différence entre nous. Tu avais tel point de vue et moi tel autre, et les deux ne devaient jamais se rencontrer. »

Et tout cela s’est rassemblé dans une guérison, une plénitude, où vous vous êtes arrêté un moment et avez dit : « Oh, bien sûr, je t’aime. Qu’est-ce que tu en penses ? » Et l’autre a dit : « Je ne sais pas, et je pensais… j’ai oublié. » Et en cela réside la guérison.

Vous êtes des êtres puissants. C’est pourquoi vous apportez des temps forts qui appellent à la guérison. C’est pourquoi vous expérimentez ce qui semble être une distance entre vous. Permettez-vous de savoir que vous êtes en train de guérir toutes les pensées brisées que vous avez eues au cours de nombreuses vies. Sachez que vous êtes vraiment entiers et saints et que vous êtes heureux avec vous-même, parce que vous êtes entiers et guéris.

Tu vas de l’avant en tant que sauveur. Le sauveur des autres ? Non, pas vraiment. Je ne suis pas un sauveur pour les autres. Dans leur système de croyance, peut-être oui, mais ce n’est pas vrai. Je ne peux pas sauver les autres de leurs propres pensées et expériences. Mais je peux être votre plus grand supporter, et je vous encourage et vous dis « Allez-y ».

Vous avez une image de l’intégralité de vous-même, de votre sainteté. Permettez-vous de savoir que vous êtes déjà à la ligne d’arrivée. Vous êtes déjà arrivé à faire l’expérience de votre sainteté et à l’exprimer en tant que celui qui aime. C’est l’expression de la sainteté, pas celle de quelqu’un qui dit : « Je suis plus saint que vous parce que j’ai tous ces diplômes après mon nom. Je suis allé au séminaire pendant de très nombreuses années, et cela m’a rendu saint ; plus saint que vous. »

Non, chacun a l’étincelle de la sainteté depuis le début des temps. Vous l’avez vécue de diverses manières et au cours de diverses vies, et vous avez parlé à partir de votre Soi saint, tel qu’il était considéré à l’époque. Puis un sentiment a surgi en vous, un saint sentiment d’amour, où vous avez regardé l’autre et dit – parfois à vous-même et parfois à haute voix – « Tu es un fils de pute fou, et je t’aime. Je n’aurais jamais cru que quelqu’un puisse être aussi fou, et pourtant tu es là. Tu me dis des mots qui me semblent être écrits dans le drame de la vie », et ils le sont. « Mais ensuite, tu viens me voir, les yeux dans les yeux, et nous pouvons voir le Soi unique de l’amour, et tu es tout pour moi. »

Alors, ce dont vous avez parlé, parfois vous ne pouvez même pas le reconnaître, et c’est la guérison instantanée pour laquelle vous avez prié.

Tous ceux d’entre vous qui semblent vivre une vie séparée veulent la guérison. Parfois, vous demandez la guérison du corps. Il y a des parties du corps qui semblent vous parler et vous dire : « Hé, ça fait mal. Je ne me sens pas tout à fait guéri ». Ou une partie de votre personnalité est blessée, parce qu’il y a eu une sorte d’injustice ou de jugement. Et vous laissez tout cela s’en aller, en réalisant que vous êtes le Saint Soi de vous, agissant apparemment en tant qu’individu, ayant apparemment une histoire ou une histoire intime dans laquelle vous vivez, et que vous voulez tous savoir la même chose.

Vous voulez savoir : « Suis-je vraiment bien ? Suis-je vraiment saint ? Y a-t-il un Soi saint en moi ? Et où est-il, parce que je veux lui serrer la main. Je veux prendre cette main et la tirer vers moi pour que je me sente entier et remis. »

Sachez qu’en réalité, lorsque vous sentez que vous voulez qu’une autre personne vienne à votre secours, ce que vous appelez de vos vœux est la réapparition de l’Unité ; l’Unité avec l’autre personne sur laquelle vous vous concentrez, et l’Unité de vous qui existe depuis avant le début des temps, et vous voulez savoir, « Comment puis-je exprimer cela ? Comment puis-je vivre cela ? Comment puis-je revenir à la Maison dans l’Amour ?

J’ai partagé avec vous, et je continuerai à le faire, que le secret réside dans la respiration profonde, en prenant ce moment de guérison, ce moment de connaissance de la plénitude, le moment qui dit : « Tu ne peux pas être autre que ; tu es l’Unique, le Soi sacré. Viens à la maison dans cette unité ».

Sachez que je vous appelle à moi. Sachez que je vous appelle à faire une démonstration ; non pas à d’autres, non pas à brandir le livre saint, quel que soit son titre ; non pas à dire que la Vérité de votre être est là dans un livre, dans un enseignement, peut-être avec un autre ami, mais le Saint Soi de vous est vivant, en mouvement, ayant son Être même si vous le cherchez. Tout ce que vous avez à faire est de vous arrêter et de le laisser vous trouver dans ce moment de profonde respiration, ce moment qui dit « Je vais bien ». Hé, vous savez, ça fait vraiment du bien. »

HÉ, JE VAIS BIEN !

Utilisez ça le matin. Chaque matin quand vous vous levez, dites-vous, ou permettez-moi de vous le dire si vous n’arrivez pas à vous le dire, « Je vais bien. » Il y a un dicton dans votre monde, « Dieu ne fait pas de bêtises ». J’ai ri quand j’ai entendu ce dicton et j’ai pensé, « Hé, ils l’ont eu. » Dieu ne fait pas de cochonneries. Dieu ne fait pas d’erreur. Vous êtes le Soi saint de vous, venu une fois de plus pour expérimenter la Lumière et l’obscurité apparente – apparente. Et qu’est-ce que l’obscurité ? Seulement l’absence de reconnaissance de la Lumière.

En d’autres termes, la Lumière est en vous tout le temps. Partout où vous allez, vous devez emmener la Lumière que vous êtes. C’est venu comme un accord. Vous avez signé l’accord il y a longtemps. Vous avez dit : « Je vais emmener la Lumière avec moi. » Vous avez signé votre nom. Donc vous ne pouvez pas être sans elle, même si vous dites, « Je ne sais pas, Jeshua. Je ne verrai plus jamais la Lumière. Ce monde est si compliqué. Je souffre. »

Et en même temps que vous passez par vos théâtres – et vous êtes très bons à cela ; je vous applaudis – en même temps le Soi saint de vous se tient là en disant :  » Que dit-elle ? Qu’est-ce qu’il joue ? » Comment cela peut-il être vrai quand la Lumière de vous brille si fort ?

Il y a des fois – je vous ai vus – où vous êtes tellement absorbés par la Lumière que vous êtes, que vous vous éloignez d’un pouce ou plus de la surface. Vous arrivez à cet endroit où, « Je ne peux pas attendre. J’ai hâte de voir cet autre individu et de lui dire, ‘Tu avais raison ! Vous savez, je pensais que ça ne pouvait pas arriver. Je pensais que je ne pourrais pas me regarder dans un miroir et voir la Lumière autour de moi. J’étais si heureux, et je riais de cette blague que quelqu’un m’avait racontée. J’étais dans un tel état de rire que je me roulais presque par terre. J’ai regardé dans le miroir, et vous savez ce que j’ai vu ? J’ai vu la Lumière. »

Oui, ça peut arriver. Vous pouvez arriver à cet endroit où vous êtes tellement en dehors de la lourdeur de vous-même que vous commencez réellement à voir la Lumière. Tu sors et tu dis à quelqu’un d’autre ou à ton animal de compagnie, « Hé, tu sais ce qui s’est passé ? C’est juste arrivé, et j’ai vu cette Lumière autour de moi, parce que je ne sais pas, je veux dire, ils n’arrêtaient pas de me dire, ‘Tu ferais mieux de faire attention, parce qu’avec les pensées folles que tu fais et comment tu crois en l’Unitude et en l’amour et tout est bon, tu vas avoir une expérience de quelque sorte, et ne viens pas me demander de te l’expliquer, parce que c’est ton expérience’.

Mais, et, vous allez être élevé hors des récitations habituelles de toutes les choses qui sont mauvaises jusqu’à l’endroit où vous dites, « Non, je me sens vraiment heureux. Je ne sais pas pourquoi je me sens heureux, mais je le suis. Ce n’est que moi, la petite idiote. J’ai été tellement bouleversé par ça… Je ne me souviens même pas de ce que c’était. Mais bon sang, ça m’a bouleversé. Et j’ai lu du toit jusqu’au fond de l’enfer. J’ai lu la lignée de tous ceux qui m’avaient regardé de travers, jusqu’à ce que je ne me souvienne plus de l’erreur commise. »

Ce que vous êtes est plus grand que tous les problèmes du monde. Vous êtes fort. Vous êtes le Christ. Tu es mon compagnon. Jour après jour, nous marchons ensemble. Nous guérissons. Nous aimons. Nous rions.

Ce que tu veux savoir, c’est ce que tu es en train de faire. Et quand vous avez la clairvoyance de prendre du recul et de vous regarder, vous vous dites : « Tu sais, quand tu étais si contrarié par telle ou telle chose, tu sais comment tu étais ? Tu étais comique. Si vous étiez sur scène, on vous aurait applaudi à tout rompre, car vous avez si bien joué votre rôle. »

Vous savez de quoi je parle. « Oui, eh bien, Jeshua, le rôle l’exigeait à ce moment-là », et il l’a fait. Tu t’es montré à la hauteur de la situation, et je t’applaudis chaleureusement.

Alors la prochaine fois que vous aurez l’impression que le monde vous déprime, levez-vous et riez. Vos amis se demanderont pourquoi vous riez. C’est ainsi.

– Jeshua ben Joseph (Jésus) en expression par Judith

English version : https://eraoflight.com/

Traduit et partagé par la Presse Galactique

 767 

Print Friendly, PDF & Email