Merci de votre soutien !

contribuer2
FrenchEnglishSpanishPortugueseItalianGermanThai

par Mwendwa Mbaabu

La connaissance du vrai soi est la source de l’épanouissement et du bonheur réels. Il ne s’agit pas de choses temporaires ou de manifester des choses dans le monde de la forme. Jésus a dit que c’est la vérité qui rend libre, la connaissance de soi.

Jésus n’a pas passé son temps à enseigner aux gens comment obtenir plus de biens. En fait, il évitait ces sujets. En témoigne l’histoire de cet homme qui vint le trouver pour se plaindre de son frère qui refusait de partager avec lui l’héritage de leur père. Jésus lui dit : « Homme, qui a fait de moi un juge ou un arbitre à ton égard ? » Et il leur dit : « Prenez garde et gardez-vous de la convoitise, car la vie d’un homme ne consiste pas dans l’abondance des biens qu’il possède. »

Jésus est venu éveiller l’humanité à qui nous sommes afin que nous puissions transcender le monde de la matérialité et trouver la vraie liberté. Cela ne signifie pas que nous devons vivre dans la misère, mais que nous devons trouver la vraie liberté et la vérité, ce qui rend ensuite tout le reste disponible, mais sans attachement.

Connaître le vrai soi est la raison pour laquelle nous sommes ici.
Connaître le vrai soi est la raison pour laquelle nous sommes ici. Ce SOI, au-delà du monde matériel de la forme, est un avec Dieu ou un avec tout ce qui est. Ce Soi est permanent, immuable, et ne change jamais alors que les ombres (formes) de cette vie passent. C’est la véritable libération. C’est l’illumination. Trouver le soi qui ne change jamais et qui n’est pas défini par les ombres passagères de la matérialité. Il est illusoire de penser que les choses extérieures peuvent nous combler.

Lorsque nous découvrons ce moi intérieur, le Christ intérieur, le monde des formes perd son emprise sur nous. Nous cessons d’être obsédés par les « choses » et découvrons que nous sommes libres et complets. Les choses peuvent aller et venir, mais nous restons immobiles et inébranlables parce que nous avons trouvé le Soi qui est la COMPLÉTION elle-même. Celui qui est bien au-dessus du monde.

Bouddha en a parlé, Jésus en a parlé et tous les vrais maîtres spirituels aussi.

Jésus a dit : « Cherchez d’abord le royaume de Dieu (à l’intérieur) et toutes choses vous seront accordées ». Mais les choses elles-mêmes deviennent secondaires parce qu’elles sont simplement un moyen d’opérer dans ce monde de la forme. Ce sont des outils temporaires alors que nous marchons sur ce chemin d’éveil à notre nature divine. Les choses matérielles sont temporaires. Alors comment peuvent-elles vous définir ? Lorsque vous réalisez cela, vous n’êtes plus consumé par les choses de ce monde, mais consumé par le fait de vivre en alignement avec votre véritable moi. Et lorsque vous suivez cet Amour que vous êtes, votre chemin individuel se déroule presque naturellement et sans effort.

La non-résistance et le non-attachement
Le chemin le plus élevé de la vie est celui de la non-résistance et du non-attachement à ce monde. Il s’agit de connaître le véritable soi à l’intérieur et d’entrer dans un lieu de confiance et de tolérance. Cet état de vie à partir du véritable centre intérieur, le royaume intérieur, garantit que ce dont vous avez besoin vient à vous quand vous en avez besoin. Mais vous perdez tout sentiment d’attachement à ce monde et le besoin d’accumuler et de s’attacher aux choses pour ressentir un sentiment d’identité ou de pouvoir. Jésus a appelé ce désir constant, la convoitise. Le désir n’existe que lorsque l’on ressent le MANQUE.

C’est la vérité que beaucoup de professeurs de manifestation et d’écoles de pensée obsédés par l’attraction des choses ne connaissent pas et c’est pourquoi ils se concentrent uniquement sur l’obtention et l’accumulation de CHOSES, pensant que cela apportera la liberté. Mais finalement, ils découvriront eux aussi qu’obtenir toutes les choses que vous voulez n’apporte pas l’illumination ou la vraie liberté. Une voiture, une maison et des millions ne peuvent libérer l’âme.

Le Bouddha a dit : « la racine de la souffrance est l’attachement ». L’attachement, même au désir, cause la souffrance car nous devenons esclaves de l’ego. Le désir en soi n’est pas le problème car les désirs surgissent naturellement, mais l’attachement au désir est le problème. Le désir doit être traité avec une simple conscience. Comme les vagues qui montent et descendent. De cette façon, il semble que nos désirs les plus purs se déploient naturellement et se réalisent le long de notre chemin de vie le plus élevé. Un état de paix et d’autorisation.

Finalement, à mesure que l’on s’éveille à sa nature divine et à son unité avec Dieu, on cesse de désirer. Et pourtant, on est dans un état de plus grande abondance que celui qui est attaché au monde et au corps. Tout comme Dieu n’a pas de désirs mais est simplement TOUT ce qui est. C’est un étrange mystère, que seul un cœur sincère peut comprendre.

Le chemin de l’autorisation parfaite
Je pense que Jim Carrey a peut-être entrevu cette vérité lorsqu’il a dit. « Je pense que tout le monde devrait devenir riche et célèbre et faire tout ce dont il a toujours rêvé pour qu’il puisse voir que ce n’est pas la solution ».

Le chemin de l’illumination est celui de l’abandon, de l’autorisation et de l’unité. Ce qui est intéressant, c’est qu’à cet endroit, les désirs purs sont satisfaits sans attachement, presque comme un sous-produit du simple fait d’ÊTRE, et le besoin est supprimé. C’est presque comme si le désir s’arrêtait et que le corps était pris en charge sans effort, faisant ceci et cela dans un flux parfait et sans résistance. On s’écoule comme l’océan dans la permission et le contentement parfaits. Car à la racine de tout désir, il y a l’aspiration au bonheur et à l’épanouissement. Une fois qu’on les a trouvés à l’intérieur, le désir extérieur cesse.

C’est peut-être ce que l’apôtre Paul a réalisé quand il a dit :

« Je sais comment être abaissé, et je sais comment abonder. En tout lieu et en toutes choses, j’ai appris à être rassasié et à avoir faim, à être dans l’abondance et à souffrir du besoin. Je peux tout faire par le Christ (le vrai moi intérieur) qui me fortifie ».

En comprenant cela, on peut comprendre pourquoi les grands maîtres spirituels semblaient ne pas se préoccuper des choses matérielles, mais vivaient dans l’abondance absolue et les miracles apparents, comme un mode de vie.

English version : https://mwendwambaabu.com/

Traduit et partagé par la Presse Galactique

 9,399 

Print Friendly, PDF & Email