Merci de votre soutien !

contribuer2
FrenchEnglishSpanishPortugueseItalianGermanThai

Transmis par Sylvain Didelot

retranscrit par Marie-Claire.

Chères âmes, je salue ici la conscience, l’amour de chacun d’entre vous, ce sentiment, ce besoin de vous sentir relié dans l’énergie, relié dans la Conscience.

Aujourd’hui, j’aimerais, en tant qu’ange – je suis Haziel et nous nous sommes déjà parlé – j’aimerais aujourd’hui, non pas vous rassurer, mais vous parler comme les adultes que vous êtes. Comprenez ceci, la période que vous êtes en train de vivre est plus que nécessaire, plus que nécessaire pour comprendre, pour accéder à de nouveaux états, pas des états de conscience, mais des états d’être incarnés.

Vous savez, bien souvent, il va vous falloir reconnaître vos défauts pour avancer. De la même manière, un système tout entier, une planète tout entière doit reconnaître humainement ses défauts pour avancer, ses errances, ses erreurs, et c’est ce que vous êtes en train de vivre.

Alors, le négatif est mis en avant. Alors les mauvais côtés de cette planète, les mauvais côtés des humains même, sont mis en avant. Vous pouvez trouver cela troublant, désolant, ou même en souffrir, mais cela permet vraiment d’être clair, de se positionner effectivement, de savoir quelle est la place de chacun, ici, qui sont les justes. Et puis cela permet aussi de pardonner en conscience, en sachant à qui le pardon est dû.

Ce changement de vision que propose le pardon est nécessaire, important, indispensable, afin que chacun d’entre vous trouve sa voie.

Alors ce monde plein de défauts, qui se montre tel qu’il est vraiment, qui ne se cache même plus dans des magouilles – comme vous dites, dans des tractations, ce monde-là va basculer, parce que dans le peuple il y a énormément de souffrances, énormément, donc de désir de transformations, car c’est cela la souffrance, la marque d’un désir de transformation.

Ce désir de transformation, les peuples tôt ou tard vont devoir le porter, vont devoir le manifester et mettre en place des systèmes, en lois ou en accord avec les lois divines – qui ne sont pas forcément les lois de la Terre, afin de continuer à avancer.

Chacun devra trouver son système, ses astuces. Chacun pourra trouver ses alliés, pourra s’aider, s’entraider, et vous retrouverez dans ce monde une humanité que vous avez perdue, comme beaucoup d’entre vous. Vous savez, c’est cette humanité qui vous fait dire « si tout le monde était comme moi, ça irait bien ». Ce n’est pas de l’humanité en fait cela, c’est encore égotique.

L’humanité, c’est quand vous dites : « J’aiderai tous ceux qui ont besoin d’être aidés. J’aimerai tous ceux qui ont besoin d’être aimés, et je servirai même tous ceux qui ont besoin d’être servis, mais qui servent, eux aussi. » Ainsi, vous allez vers cette humanité-là. C’est une humanité réelle. Ce n’est pas une humanité de compétition, c’est une humanité de compassion.

Il n’y aura pas, il n’y aura plus, ici, de recherche d’être le premier, mais une recherche d’être là, présent, vivant dans l’aide, dans l’idée d’aider, dans l’idée du service.

Chers êtres de Lumière, parce que vous êtes des êtres de Lumière, comprenez ceci, chacun d’entre vous est attendu. Pas ici, pas dans le monde où je suis, pas dans le monde où vous nous percevez, même si un jour votre heure viendra, quand nous disons « chacun de vous est attendu », cela signifie que dans un monde naturel sans compétition chacun trouve sa place. Ce n’est pas un monde de domination, c’est un monde d’acceptation de l’autre.

Je vous invite aujourd’hui à, encore une fois, vous féliciter d’être déjà présent dans cette énergie, dans ces valeurs que vous êtes en train de soutenir de votre présence et de votre énergie sur la Terre, vous féliciter pour cette motivation que vous avez à laisser ce monde changer, j’insiste, laisser ce monde changer.

Pour que ce monde change, vous êtes invité, vous aussi, à reconnaître qui vous êtes vraiment, à ne pas vous mettre derrière des masques, à cesser de vous travestir, de vous convertir, à creuser des différences. Voyez l’humain tel qu’il est.

J’ai vécu tellement d’époques sur cette Terre. J’ai vécu une époque où tous les humains qui se rencontraient étaient heureux de se rencontrer. Vous appelleriez sans doute cette époque une époque tribale, mais ensuite les humains ont créé des différences. Alors ils ont créé les Blancs, les Noirs, ont décidé que ces gens étaient différents et avaient des droits différents. Ils ont créé des pays, des frontières pour déterminer à qui appartenait la terre, ils ont créé encore une séparation. Ils ont créé des langages pour bien marquer cette séparation, vous ne parlez pas la même langue, donc vous êtes différents. Puis les humains ont créé des sous-catégories à l’intérieur, des gens qui pensaient bien, des gens qui pensaient mal. Il y a ceux qui avaient un comportement ou une sexualité « normale » et puis d’autres qui avaient des comportements anormaux.

Puis, maintenant, vous essayez de vous battre pour reconnaître finalement la tribu d’origine. Vous commencez à comprendre que ces frontières, quand elles existent, sont tout le temps battues, combattues par ceux qui voudraient plus de terrain, que chacun essaie de convertir l’autre à sa langue, à son terrain, à son territoire, et vous avez perdu le sens de la Terre, bien sûr, une Terre unique, qui demande des comportements uniques.

Vous voici en train de chercher des solutions pour sauver la planète, alors que la plupart des pays qui se posent la question ne sont pas ceux qui lui font le plus de mal, et que ceux qui lui font le plus de mal ne se posent pas la question, parce que vous avez une pensée, encore une fois, localisée et pas internationale.

Reprenez l’écho fractal de ce que je viens de dire sur vous-même. Vous avez une pensée localisée, centrée parfois sur « je », sur vous, reconnaissez-le. « Oh, si moi et ma famille et mes amis ça va bien, on se débrouillera », mais, ce que je félicite en vous, c’est ce qui sent qu’il y a une erreur là, qu’il y a une erreur dans ce que je viens de dire, qu’on ne peut pas construire un monde en faisant juste en sorte que, seuls, ceux qui vous sont proches y survivent, ils ne vivent même pas, mais ils survivent.

Que faites-vous de votre frère d’Afrique, votre sœur du Yémen ? Que faites-vous de votre frère Russe ou de votre sœur Roumaine ? « Je ne les connais pas », mais si en fait, vous vous connaissez tous.

Ceci est quelque chose que je veux vraiment vous mettre en avant ce soir, vous vous connaissez tous. Vous avez beau être huit milliards sur cette planète – car, oui, vous êtes bien huit milliards maintenant –, vous avez beau être huit milliards sur cette planète, chacun d’entre vous connaît les autres. Chacun d’entre vous a déjà croisé dans une autre vie, une autre existence, un autre plan, un être qui est là aujourd’hui sur cette planète. Et c’est cela qui marque le changement, vous atterrissez dans cette époque où chacun d’entre vous connaît tout le monde, dans son cœur, dans sa vérité, dans sa fraternité.

Donc, encore félicitations, car je le sens ce désir de comprendre ce que je viens de dire, mais ce que je viens de dire ce n’est pas quelque chose qui se comprend, c’est quelque chose qui se vit, se ressent, et voyez ce monde qui cherche plus à comprendre qu’à ressentir. C’est intéressant de comprendre, mais comprendre cela fait partie juste d’une méthode pour ressentir. Quand vous construisez un bâtiment, c’est intéressant de savoir comment poser les matériaux qui servent à construire ce bâtiment, mais ne perdez pas de vue que l’idée est le bâtiment, pas le comment je le fais, mais qu’est-ce que je vais y vivre. Alors, centrez-vous sur ce que vous désirez vivre, vous pouvez lâcher un peu le comment.

Je le répète, ce monde chaotique est là pour vous montrer ses défauts, afin, en les exacerbant de mieux les corriger, d’arrêter de reproduire sans cesse ces schémas qui, je le répète, avant étaient cachés et maintenant se montrent. Et c’est cela la révélation, l’Apocalypse, c’est quand ces énergies se montrent.

De la sorte, vous vivez votre propre apocalypse, chacun d’entre vous. Chacun d’entre vous vit sa propre révélation. Parmi vous, certains se réveilleront en se demandant ce qu’ils font là, pour qui ils travaillent, pourquoi, avec qui ils sont. Ils sentiront que le désir de leur cœur n’est pas assouvi et que, finalement, ils se sont laissés avoir pour satisfaire un corps. Je ne dis pas qu’il faut quitter le corps, je dis juste que vous n’avez pas à survivre, mais à vivre, et vivre, c’est vivre ensemble, pas survivre seul.

Je vais vous inviter à un exercice, si vous le voulez bien.

Fermez les yeux, mes amis.

Posez votre énergie derrière vos yeux.

Détendez votre esprit.

Prenez le temps de reculer votre conscience de votre corps à votre maison, à votre ville, à votre pays, et à la Terre.

Reculez.

Observez la Terre.

Observez votre planète depuis le silence de l’Espace.

Ressentez, comme en observant la planète Terre depuis votre conscience, observez l’amour que vous avez pour elle.

Pas le désir de la protéger, vous savez que cette Terre est adulte et qu’elle sait prendre soin d’elle si c’est nécessaire, non, un amour simple, quelque chose qui vient vous dire : « Elle m’a toujours connu/e et je l’ai toujours connue. » Je vous demande de toucher cela, si vous le voulez bien.

Commencez maintenant à observer que vous n’êtes pas seul/e à observer.

Tournez votre regard à droite et à gauche, les yeux fermés, pour vous apercevoir que vous êtes des centaines à faire cette observation.

Alors, ici, maintenant, prenez-vous la main.

« Donne-moi la main, ma sœur, donne-moi la main, mon frère. »

« Prends ma main, ma sœur, prends ma main, mon frère. »

Sentez l’énergie d’amour qui circule entre vous, comme si la grande famille des Terriens était enfin réunie, enfin réunis.

Au-dessus de vous se trouve le chœur des Anges, et vous sentez ces présences angéliques prêtes à envoyer toute leur Lumière vers la Terre.

Alors, vous et nous, maintenant, envoyons votre Lumière, votre Présence vers cette planète.

Sentez à quel point cela est juste, à quel point cela est puissant.

Aucune force de non-lumière ne peut réellement comprendre d’où vient ce rayon de Lumière et d’Amour qui touche la Terre.

Ce rayon d’Amour va les déconnecter avec le temps, du pouvoir, du vouloir, et va les ramener dans votre fraternité.

Revenez dans votre espace terrestre.

Lâchez la main de votre frère, de votre sœur.

Retournez dans votre pays, votre ville, votre maison, votre pièce.

Et ressentez, toujours les yeux fermés, les effets de ce rayon de Lumière, comme un bon augure, comme si vous saviez profondément que tout cela a été fait pour le bien commun de tous, de toute l’Humanité, que votre Lumière n’était pas là pour balayer l’ombre, mais pour l’éclairer, pour lui montrer un chemin, une possibilité.

 

Et vous savez, aujourd’hui est un jour de pardon dans bien des religions. Alors, ce jour du pardon doit être sincère. De même que le Christ-Jésus aurait dit : « Pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font » dites-le vous aussi, sincèrement. Pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font.

Mais c’est au-delà de ça, pardonnez-leur, ils ne savent pas QUI ils sont, car, c’est parce qu’ils ont oublié l’identité universelle, l’identité unique, divine, qui les traverse tous, que beaucoup d’hommes se sont fourvoyés dans l’idée que le pouvoir de l’homme allait les transformer en dieux, alors que c’est le pouvoir de Dieu qui les a transformés en hommes.

 

C’est ici l’humilité qui se pose. Pardonner c’est être humble aussi et reconnaître chacune de ses parts intérieures, les bonnes, les mauvaises, les observer sans jugement, juste se dire qu’elles sont là, et qu’elles sont là parce qu’elles ont été créées aussi par l’Unique. Tout est à sa place. C’est cette compréhension qui est importante, tout est à sa place.

 

Dans mes paroles aujourd’hui, il y a une énergie derrière chaque mot. Une énergie qui ne se sentira pas forcément à l’écrit, mais que vous devriez être capable de percevoir en m’entendant, car nous nourrissons une partie énergétique de vous, pas seulement la conscience qui est toujours là à dire : « et comment ? », « et pourquoi ? », et « je n’ai rien appris à travers cette canalisation ». Si vous n’avez rien appris, c’est parce que vous n’avez rien compris.

Vous continuez à croire que seul votre cerveau est capable d’apprendre. Mais, de la même manière que votre corps a été capable d’apprendre à marcher, votre énergie est capable d’apprendre à aimer, à se sentir unie. C’est l’énergie qui apprend cela, ce n’est pas le cerveau, ce n’est pas la conscience, ce n’est pas une méthode. C’est un ressenti direct de l’expérience. Une profonde conscience est reconnaissante que tout est déjà là.

Alors, ouvrez les yeux, car, oui, tout est déjà là devant vous, tout ce que vous êtes, tout ce que vous n’êtes pas, ce que vous pouvez expérimenter ou même ne pas expérimenter. Tout est déjà là, posé par vous-même.

 

Encore une fois, félicitez-vous, bravo, vous avez accepté ce chemin vers vous-même. Vous avez accepté de vous transformer dans l’énergie et grâce à l’énergie, celle que vous captez de mes mots, mais celle, aussi, que vous captez de votre cœur, pas autant le cœur physique que le cœur énergétique de votre être.

Vous savez, le cœur énergétique, c’est ce qui, lorsque vous pensez « je suis relié/e à tout », ce n’est pas votre cerveau qui répond oui, mais bien ce centre énergétique, quelque chose en vous qui dit « c’est exact », et votre cerveau répond bien sûr en disant « je n’arrive pas à l’appréhender, mais c’est exact », et alors votre cœur l’accepte, accepte cette liaison, accepte de pardonner à ceux qui ne savent pas ce qu’ils font, ni ce qui les identifie réellement, ce qu’ils sont vraiment.

 

Ceux-là méritent votre pardon, car, encore une fois, c’est votre frère le plus éloigné et le plus perdu qui est recherché dans ce temps. C’est votre sœur la plus éloignée et la plus perdue qui est recherchée dans ce temps. Et j’insiste en disant dans ce temps, pour vous expliquer pourquoi toute cette transformation prend du temps, encore une fois. Et nous le répèterons, car nous l’entendons chaque jour ce « quand est-ce que cela va s’arrêter ? Quand est-ce que la Lumière va gagner ? »

La Lumière ne peut ni gagner ni perdre. La Lumière Est. La Lumière est à observer. Elle est déjà là. Mais qu’est-ce que vous regardez, la Lumière ou l’ombre ?

Certes, l’ombre est très présente, plus que jamais, alors elle vous pose un contraste, un contraste puissant, mais qui devrait encore plus vous pousser à vous tourner vers cette Lumière déjà présente. La Lumière ne gagne pas. Vous savez, ce que vous appelez la Lumière, c’est comme quand vous regardez les choses de manière positive ou négative d’une certaine façon.

Qu’est-ce que vous observez ? Qu’est-ce que vous regardez ? Sur quoi prêtez-vous votre attention perpétuellement ?

L’idée n’est pas de renier la non-lumière, mais juste de comprendre que vous n’êtes pas obligé de la regarder en permanence, juste d’être conscient qu’elle existe, qu’elle est là pour aussi la pardonner, l’éclairer justement.

La Lumière n’est pas le combat. La Lumière est la victoire, déjà présente, cette énergie à l’intérieur de vous qui, quand vous y serez connecté, dit qu’à la fin tout ira bien, que cela ne peut pas durer.

 

Bien sûr, les phénomènes que vous êtes en train de vivre vont s’amplifier. L’angoisse que vous êtes en train de vivre va peut-être même s’amplifier aussi. Nous vous l’avons dit. Même la crise sanitaire que vous venez de traverser n’était qu’un épisode, parmi d’autres. Chacun d’entre eux, nous le répétons, vise à une transformation globale, planétaire, de votre circonstance de vie, de votre existence.

 

Mais alors que vous commencerez à vous attacher à la Lumière, à la regarder, vous êtes et vous serez – selon l’endroit où vous êtes aujourd’hui, ou l’endroit où vous serez demain ou un autre jour – invité à communiquer avec votre Conscience Supérieure.

Alors la Conscience Supérieure c’est indéfinissable. Mais quand vous lui parlerez, elle répondra cette Conscience. Qui suis-je ?

Vous savez, quand vous parlez à votre Conscience Supérieure en lui demandant qui vous êtes, vous entendrez souvent « Tu es un enfant de Dieu », « Tu es un enfant de l’Amour », « Tu es Lumière », et vous vous direz tout de suite « c’est mon mental qui crée la réponse. C’est mon intellect qui crée la réponse. »

Pourquoi ne l’écoutez-vous pas cette réponse ? Encore une fois, vous cherchez à en comprendre la Source plutôt qu’à en vivre la Source de cette réponse. Mon invitation est celle de vivre la réponse. Tu es un enfant de Dieu, un enfant de l’Amour, essayez de vous placer dans cette définition que vous aura donnée votre Conscience Supérieure.

Cette définition que vous aura donnée votre Conscience Supérieure, détermine un moyen aussi, une méthode, pour vous toucher Vous, pour toucher votre Être, pour toucher ce que vous êtes vraiment, pour justement quitter vous aussi votre propre ombre.

 

Le dialogue avec la Conscience Supérieure est simple. Ce qui rend le dialogue difficile, c’est cette question que vous vous posez sans cesse : « Ne suis-je pas folle ? À qui je parle ? Pourquoi ça me répond cela ? »

Alors c’est vrai que beaucoup d’entre vous, en se posant cette question, seront parasités par la non-lumière qui donnera des réponses de belle apparence parfois, mais qui prendra le pouvoir petit à petit, qui tentera de prendre un pouvoir.

Votre Conscience Supérieure ne tente pas de prendre le pouvoir. Elle ne fait pas cette tentative, elle sait que cette tentative est vaine, inutile. On ne prend pas un pouvoir que l’on a déjà ! Votre Conscience Supérieure a tout pouvoir sur vous. Elle n’a pas d’ordres ou de consignes à vous donner qu’elle n’ait déjà pas donné à l’intégralité de toutes les cellules de votre corps ! En conséquence, les réponses de la Conscience Supérieure sont des réponses simples : observe – regarde – entend – comprend, mais ce n’est pas quelque chose de strict.

 

Communiquer avec sa Conscience Supérieure revient à vous poser cette question : « Que dirait la part la plus élevée de moi-même ? Que dirait la part la plus spirituelle de moi-même ? Que dirait la part la plus lumineuse de moi-même ? Que dirait un Être de Lumière s’il me parlait maintenant ? » Toutes ces questions entraînent une réponse de votre Conscience Supérieure.

Il vous plaira parfois de la nommer, parfois juste de la recevoir en énergie, parfois de l’entendre, mais la réponse, ce sentiment d’y être connecté, vous l’aurez immédiatement. Alors déjà, avant même de chercher à entendre, à comprendre, à recevoir, connectez-vous à ce qui dans votre corps dit : « Ah ! Je suis déjà connecté/e. Je suis déjà connecté/e à mon Être supérieur, ma Conscience Supérieure, mon Moi Supérieur – il y a tellement de noms ». Je n’ai même pas besoin de me connecter au nom de ce que c’est, je me connecte à la Lumière tout simplement. La réponse est fluide, limpide, tellement ténue, tellement simple, c’est pour cela que vous ne l’entendez pas.

Vous ne l’entendez pas parce que vous vous attendez à un processus évolué, un processus difficile, à un processus d’écoute très forte, comme si le son devait être mis à son maximum. Mais non, la voix de la Conscience Supérieure est une voix douce, calme, tranquille, rapide, immédiate. Elle est déjà là. À chaque fois que vous parlez à votre Conscience Supérieure, sachez que la réponse est déjà présente avant même que vous posiez la question. Avant même que vous ayez simplement l’idée de poser la question, la réponse est déjà là.

 

Dans ce temps, dans cette période qui vous amène à la fin de cette année, vous allez traverser une période galactique, planétaire, qui va augmenter cette possibilité que vous avez de communiquer avec votre aspect supérieur, votre Père, votre Moi Supérieur – encore une fois, il y a tellement de noms à cela.

Vous ne pourrez le faire qu’en ayant pardonné beaucoup de choses, et en ayant pris conscience d’abord que vous êtes une Unité humaine. C’est un prérequis, parce que ce prérequis est ce qui va amplifier votre énergie suffisamment et simplement pour que vous puissiez accéder à votre Moi Supérieur, car celui-ci ne peut atteindre un être complètement divisé, mais il peut atteindre un être en voie de réunification avec sa nature spirituelle réelle, complète. C’est pourquoi un être fractionné qui cherche à comprendre pourquoi untel est comme ceci, pourquoi untel est comme cela, en ignorant que cet untel est une part de lui, ne recevra pas de réponse de sa Conscience Supérieure. D’abord prendre conscience que vous êtes en train de parler de votre frère, de votre sœur, alors peut-être recevrez-vous une réponse, pour peu que la colère ne vous envahisse pas, car elle est inutile, vaine, une perte de temps et d’énergie.

 

Cette période que vous êtes en train de vivre, va vous demander de vous positionner face à vous-même, face à qui vous êtes vraiment, mais aussi face à votre Conscience Supérieure justement. Il est inutile de chercher à maudire cette Conscience Supérieure, lui demander « Qu’est-ce que je fais là ? Pourquoi ? Pourquoi est-ce si dur ? Pourquoi est-ce si compliqué ? » Ne lui posez pas ces questions-là, vous connaissez déjà la réponse. Vous savez que c’est vous qui avez créé ce plan parfait pour vous-même, qu’à aucun moment, vous n’avez été abandonnés, qu’à aucun moment, vous n’avez été rejetés, que chaque moment est aussi un moyen de pardonner pour renforcer l’amour, un moyen d’aimer encore plus en regardant la Lumière, et pas la non-lumière.

La non-lumière, maintenant qu’elle est à la surface, ne peut faire qu’un feu d’artifice que de quelques mois, de quelques années, mais elle ne pourra plus prendre votre énergie de vous, car vous êtes Lumière pure. Quand vous comprendrez cela, rien n’aura plus réellement de pouvoir sur vous. Les gens, les personnes ou les situations qui ont un pouvoir sur vous n’ont que celui que vous leur accordez, parce que de droit divin, vous êtes l’enfant de Dieu.

Alors tant que vous direz – et ce soir je fais d’une certaine manière une conversation de synthèse – tant que vous direz « on n’a pas le choix », sachez que vous aurez raison, vous n’aurez pas le choix, mais quand vous direz « la Lumière doit éclairer chacun de mes choix ; l’Amour doit éclairer chacun de mes choix », la possibilité de choix reviendra. Elle va se présenter à vous sous forme de coïncidences, de paroles , de connexions, et cette possibilité va revenir.

 

Profitez de cette période de communication. Posez-vous à votre Conscience Supérieure et à vous-même des questions simples. Ne cherchez pas à tout savoir. Encore une fois, la réponse n’est pas toujours ici, mais cherchez à vous connecter à votre Lumière intérieure comme tout à l’heure, vous vous êtes connectés à vos frères et sœurs. La Lumière, l’énergie, même si elle n’est pas densifiée sous une forme humaine, est aussi votre frère, est aussi votre sœur. Elle est déjà là. Elle est invisible, mais elle est là. Vous êtes déjà réalisés, connectés.

Vous vivez une période exceptionnelle pour un bon tiers, un quart, un tiers peut-être même plus d’entre vous, qui peuvent, dans cette période de quelques mois avant la fin de cette année, connaître ce contact, connaître cette énergie, vibrer cela à l’intérieur d’eux, s’en réjouir, non comme une gloire, non comme un pouvoir ou même un savoir, mais vivre simplement dans le bonheur d’être conscient de cela, d’être conscient de ce qui vous traverse.

 

Votre Conscience Supérieure ne peut être réellement personnifiée. Vous demander à quoi elle ou il ressemble est encore parler ou penser en termes de matière et d’incarnation. Votre Conscience Supérieure est une pure information qui choisira la forme qu’il ou elle désire. Pensez énergie, vibration, lumière et vous vous rapprochez d’une définition plus juste.

 

À cette question aussi « quel est l’intérêt de communiquer avec sa Conscience Supérieure ? » L’intérêt que vous avez besoin de vivre dans les temps qui viennent, est un intérêt de relativisation de tous les événements, de vous dire que ceux-ci n’arrivent que dans une de vos existences sur des milliers d’existences, de vous dire que cela n’arrivera qu’à quelques personnes sur des milliers, afin de relativiser. C’est important de regarder avec le recul de la Conscience Supérieure ce qu’il se passe, pour pouvoir concentrer votre Lumière, être prêt à agir plutôt qu’à réagir. Concentrez votre Lumière, sinon vous allez être dispersé par un événement là, un événement là, un autre événement ici. Communiquer avec votre Conscience Supérieure permettra de concentrer votre Lumière, d’être prêt, de sentir à l’intérieur de vous que tout ici est à sa juste place. Elle vous le dira, votre Conscience Supérieure et vous ne le comprendrez pas, ce n’est pas quelque chose qui se comprend. Ceci n’est pas quelque chose qui se comprend.

 

Tout est déjà à sa place. Tout est déjà planifié. Ce qui n’est pas planifié, c’est votre réaction, vos émotions, votre connexion. Avec quoi allez-vous plus ou moins vous connecter ? C’est votre choix. Qu’allez-vous ressentir ? C’est votre choix. Ceci n’est pas écrit, mes amis. Ceci n’est pas dans le plan.

C’est pour cela que j’interviens, en vous accordant cette possibilité de vous féliciter de vous être offert cette expérience, pas de maudire l’obscurité, mais d’éveiller en vous cette Lumière déjà présente, cette connexion à la nature.

 

La nature continue d’évoluer, elle continue de changer. La Terre continue sa transformation bien sûr. Cela apportera des catastrophes naturelles bien sûr. Est-ce qu’elles sont imputables à l’Homme ? Pas du tout, pas entièrement, juste un peu, mais la planète de toute façon se transforme, comme elle l’a déjà fait des dizaines, des centaines de fois.

Vous avez une part de responsabilité ? Oui. Et dans tous les cas la planète se serait transformée. Reprendre conscience de cette planète, se remettre à aimer la planète c’est, d’une certaine manière, l’assister dans cette transformation, pas simplement vous demander quel va être le prochain obstacle, mais lever cet obstacle avec la Terre, l’accompagner dans cet accouchement d’elle-même, dans cette transformation.

Des pans entiers de votre planète pourraient vivre ces transformations, ces écartements, ces modifications d’énergie, ces modifications de climat aussi qui sont nécessaires à la transformation, non seulement de la Terre, mais la vôtre aussi.

En créant une nouvelle énergie, c’est comme si une nouvelle espèce était créée à l’intérieur de vous, quelque chose qui tirerait votre énergie, votre ADN – comme vous dites parfois, vers des informations cachées qui ne sont révélées que sous tension, sous pression, parce que c’est le moment où elles sont nécessaires.

Alors, voyez, remerciez votre vaisseau Terre, car celui-ci vous accompagne dans cette transformation, comme vous êtes invité à l’aider dans sa transformation, sans vous en sentir coupable, mais peut-être en sentant que vous pouvez être une sage-femme permettant à ce nouveau bébé, cette nouvelle terre d’éclore, pour que l’adolescente qu’était la Terre devienne une adulte.

Ainsi, vous savez, souvenez-vous quand vous étiez adolescent ou adolescente. Vous avez eu des rougeurs. Vous avez eu des boutons. Votre voix a changé parfois pour certains d’entre vous. Eh bien voyez, ces boutons, ces problèmes de peau, c’est un peu cela cette non-lumière qui remonte à la surface, mais c’est une sorte de détoxification de l’énergie. C’est gênant comme pouvait l’être chacun des boutons de votre puberté, mais cela se soigne. Cela se soigne avec de la Lumière et c’est cela l’onguent nécessaire, la Lumière, pas la rage, pas la discorde, mais la paix, la Lumière. Manifester pour la Paix est toujours mieux que d’avoir peur de la guerre, de se demander où va apparaître le prochain point de dissension.

 

Donc, vous verrez des positionnements arriver sur cette planète ce mois-ci. Vous verrez votre Conscience Supérieure qui tentera de temps en temps juste de se poser, de se poser sur vous, avec vous, en vous. Acceptez ces moments, ne les mentalisez pas trop, j’insiste, vibrez-les, sentez-les, ressentez-les, ne cherchez pas tant à entendre qu’à vivre ces moments-là. Ils vous aideront. Ils vous aideront dans ce passage, dont nous n’avons pas fini de parler.

 

Soyez heureux, car, en vérité, tout cela vise votre plus grand bien, celui de vos enfants, de vos petits-enfants, des générations suivantes, et aussi le vôtre. Vous vivrez les conséquences positives des événements « négatifs » que vous vivez actuellement.

Alors soyez confiant et conscient de qui vous êtes, car vous aussi, pardonnez-vous et rappelez-vous qui vous êtes.

 

Soyez bénis dans l’énergie, dans l’Amour du Divin, dans l’Amour de la Source et dans votre propre Amour, dans celui que vous êtes capable de générer, car vous êtes une centrale d’Amour très puissante. Essayez d’en avoir conscience.

Faites bon usage de cette énergie. Veillez sur vous et sur l’Humanité. Et nous sommes là aussi, nous accompagnons ce changement. Nous le désirons tout comme vous.

 

Au revoir !

 10,178 

Print Friendly, PDF & Email

Avatar photo

Sylvain Didelot

Mon site web: sylvaindidelot.com et ma page FB - N'hésitez pas à communiquer avec moi ou à lire mes chroniques en CLIQUANT ICI !