par Patricia RUIZ GARCIA

Au-delà de tout ce qui m’a été proposé, durant tout le mois de janvier, je me suis laissé bercer par la beauté du monde.

Difficile de voir cette beauté lorsque l’on est le « nez dans le guidon », pris dans le tumulte de la vie, avec ses aléas. Alors, on ne voit que le petit caillou (ou gros) sur le chemin.

Mais prenons de la hauteur, imaginons que l’on est un aigle et déployons nos ailes. Au fur et à mesure que nous montons, un paysage magnifique s’ouvre et s’offre à nous. Un monde vaste fait de contrastes se dévoile et nous invite à l’exploration.

Montons encore. Encore et encore pour se retrouver plongé dans la magnificence cosmique.

Beauté absolue de la vie dans ses multiples formes.

Maintenant, redescendons.

Oui, redescendons, même s’il est bon de voler dans le ciel et parcourir à vol d’oiseau, ou d’ange, ces étendues à perte de vue.

Redescendons, car c’est ici que cela se passe.

Ici, près de ce caillou.

Qui paraît bien petit au regard de l’immensité finalement.

Allons plus loin si vous le voulez bien,

Descendons maintenant encore plus bas, rentrons dans le caillou.

Regardons par ses yeux.

Imaginons, faisons semblant comme lorsque l’on était enfant…

Et là, nous nous retrouvons projeté dans un autre temps, un autre espace.

Dans ce caillou, bat le cœur de la terre, des centaines d’années de gestation, pour un jour se retrouver détaché de la roche et atterrir, là, sur ce chemin…

Face à nous.

Sortons de ces images et revenons ici et maintenant.

Ce caillou est un cadeau. Une invitation à voir autrement. Dans l’expérience de ce caillou, il y a tant de choses à apprendre !

Peut-être qu’il est bien encombrant ce caillou, qu’il prend beaucoup de place dans votre tête, dans votre cœur, dans votre vie. C’est votre réalité et une action concrète de votre part est nécessaire.

 

Voir la beauté du monde par le regard tourné vers l’intérieur.  Le regard tourné vers le cœur pour regarder à travers son filtre.

Au lieu de regarder la vie qui nous entoure par nos yeux physiques orchestrés par le cerveau et ses filtres, des « connaissances » avec ses dualités liés aux deux polarités (cerveau gauche, cerveau droit).

Regarder par les yeux du cœur , c’est s’ouvrir à une autre réalité.

Une réalité unifiée.

Cette approche demande un peu de temps.

Laissez-vous ce temps, comme l’eau de la rivière qui dévale la pente.

Et enfin, au bas de la cascade… l’eau se calme, elle s’apaise…

Dans un espace où tout est parfait, dans un espace où il n’y a rien à ajouter, à enlever.

Dans un espace où il n’y a qu’à savourer…

Là, vous êtes prêt, RESPIREZ, profondément…

Vous êtes prêt à laisser s’inviter la beauté du monde.

Si vous  acceptez l’invitation à regarder différemment, alors apparaissent d’autres réalités. D’autres perspectives.

CELA DOIT VENIR DE VOUS, DE VOTRE ACTION, car c’est VOTRE TRANSFORMATION.

Une des clefs essentielles pour cela, c’est se rappeler à la beauté.

La beauté de la vie qui nous montre le chemin et qui nous fait grandir.

Voici une interprétation de la prière NAVAJO qui peut aider, à répéter comme un mantra :

Dans la beauté, je marche et mon coeur voit,

La beauté avec laquelle je vis,

La beauté dont je vis,

La beauté sur laquelle je fonde ma vie

 

Chaque jour, se rappeler à la beauté du monde, chaque jour, se rappeler à la beauté de la vie.

Et ainsi, chaque jour, voir la quintessence de toutes vos expériences.

Source : https://www.linstantduphenix.fr/

Print Friendly, PDF & Email

la-PG

La PG quotidiene est sur Telegram, VK & Facebook