Par Agnès Bos-Masseron

Message de l’Être reçu par Agnès Bos-Masseron :

Écouter le silence comme on écoute l’ami le plus intime, l’être le plus cher. Écouter le silence implique une attitude active, une attention qui s’offre. Le silence n’est pas rien. Tous les textes sacrés, toutes les lois de la création, toutes les écritures, toute l’inspiration, sont inscrites au cœur du silence.

Écouter le silence implique s’offrir au silence. Et s’offrant au silence, recevoir les dons. Recevoir est le sous-produit, donner est la nature de la vie…

S’offrir à l’infini de la joie et offrir l’infini de la joie. Cela est le don le plus sacré qui puisse être fait à la Terre, à tous les êtres vivant sur la Terre.

Vous l’avez compris, n’est-ce pas, s’offrir à l’infini de la joie n’est pas chercher des sources de distraction qui pourraient générer des vagues de joie, mais s’offrir à la source de la joie, Ananda, ce que Je Suis. S’y offrir pleinement et se reconnaître comme étant Ananda. Ainsi l’énergie se rassemble. Erronée, l’attitude qui fait disperser l’énergie sous prétexte d’attention offerte à la joie. Erronée, l’attitude qui fait chercher des causes pour ressentir de la joie. La seule cause du ressenti de joie est que Je Suis la joie, que la vie est la joie. Incarner cela, c’est le rappeler pour le collectif de l’humanité.

Incarner la joie est incarnée, nous le redisons, l’hygiène la plus parfaite à tous les niveaux. Bien sûr, chacun prend soin de l’hygiène physique. Prendre un soin tout aussi grand, ou plus même, de l’hygiène des mots, des émotions, de l’hygiène de l’ego. Faire un absolu du refus total de se plaindre ou de critiquer. Apprécier. En tout, reconnaître le soleil du divin. En tout, honorer le soleil du divin.

Vous le savez, l’absolu de l’hygiène implique de choisir de ne pas s’exposer à toutes les vibrations de ces nouvelles tronquées, déformées, ou réelles peut-être pour un certain niveau de réalité, mais n’appartenant pas à la vision lumière. Car l’attention donne vie. Offrir toute son attention au beau et au bon, au noble, à cette ouverture infinie. Et peut-être qu’inhérents dans l’ouverture sont quelques craquements. Il faut bien que certains ne regardent que l’ouverture, car l’attention donne vie. C’est en donnant l’attention exclusive à l’ouverture que la porte s’ouvre et que les craquements cessent. La vraie compassion est d’être la joie qui s’offre, est d’être l’ouverture qui montre la voie.

Vivre chaque journée comme un tout. Vivre chaque journée dans la gratitude infinie pour le don de la vie, dans la gratitude infinie pour sa contribution au don de la vie. Apprendre à s’émerveiller de la simple beauté et de la perfection qui réside dans chaque moment et de la perfection qui réside entre chaque moment, dans cet infini éternel silence qui est tout, d’où tout à son origine, vers lequel tout tend, qui est partout et surtout entre chaque fraction de matière, d’expression. S’émerveiller et réinitier la vision de beauté dans le collectif de la Terre. Car ceux qui connaissent le beau et le bien ne voient que la beauté partout et s’émerveillent éternellement. Ainsi, s’émerveillant, ils génèrent l’une des vagues les plus puissantes pour restaurer l’harmonie sur la Terre.

Restaurer l’harmonie sur la Terre s’opère par la contemplation et la dévotion offerte à l’harmonie partout. Dans chaque apparence, choisir de contempler l’harmonie. Ainsi la structure de chaque apparence est restaurée. Ceci est un facteur très puissant de transmutation et de transfiguration. Appliquer cela à la relation avec son corps physique, avec les différents aspects de son individualisation, avec chaque situation, qu’elle soit dans sa vie individuelle, dans ce collectif le plus immédiat ou le collectif le plus vaste, la Terre. Accompagner cela d’une grande éthique, cette éthique qui permet que chaque geste, chaque parole, chaque pensée soutient l’harmonie et soutiennent la joie. Cela est acte de dévotion.

Cela implique bien des reprogrammations et l’attention donne vie. Il n’a jamais été l’intention pour l’humanité qu’elle soit esclave de ses propres habitudes ou modes de fonctionnement. Le libre arbitre, vous le savez, est don sacré. Tout peut être vécu autrement. Et chaque jour peut se recréer, non comme la réplique de la veille, mais comme un don sacré de chaque être qui s’offre pleinement à sa propre beauté. Ainsi s’opère la plus belle contribution pour restaurer l’harmonie.

Appliquer la vision du “tout est possible” à chaque instant de vie. Ainsi allant éternellement au-delà de ce qui paraissait être limite et qui n’est que création mentale. En vérité tout est possible.

Agnès Bos-Masseron

Source : anandamath.org

 

Print Friendly, PDF & Email

la-PG

La PG quotidiene est sur Telegram, VK & Facebook