Par Lea Dostonne

Cette question doit s’écrire de partout où tu vas et où tu vis puisque c’est la solution pour sortir de tout ce que tu penses sans cesse. Tant que tu penses, tu restes focalisé sur l’espace mental de ton expérience, et tu le sais maintenant, ce champ d’interférence te coupe de ta vie, et donc de ton expérience réelle. Par contre, quand tu ressens ce qui se passe dans ton corps, par exemple, tu es branché sur l’espace énergétique de ton expérience, et tu es ainsi présent, conscient dans tout ce qui se passe en toi.

Tout dans notre vie nous ramène dans le flux mental ! C’est à nous de mettre en place des stratégies pour s’exfiltrer au maximum afin de s’ouvrir ainsi à de nouvelles expériences ancrées dans le réel, dans le présent, et donc absent de tout l’espace de notre tête. Plus tu expérimentes cela et plus, tu te donnes, le choix de vivre ce que tu veux vraiment expérimenter. Que cela soit à travers le mental ou pas, ici, tu en as désormais le choix alors qu’avant, tu ne l’avais pas.

Comprend aussi que dans cet état d’ouverture et de présence, tu es alors au diapason de la vie. Être au diapason de la vie est capital, voire vitale pour toi. Tu es comme un instrument qui a été désaccordé toute sa vie durant car le souffle de la vie ne pouvait plus passer en toi. Seul le flux mental qui tel un chant de mort, te programmer à outrance à expérimenter seulement la disharmonie. Tu t’es alors acclimaté à ce désordre incessant, et donc tu ne sais plus que vivre à travers le chaos.

Cet état d’être n’est pas naturel et c’est pour cela que je t’explique pourquoi et surtout comment sortir de cet enfer mental. Seul ce champ d’interférence t’encode à ne pouvoir vivre qu’à travers le chaos, mais si tu sors de son influence, alors naturellement, tout se remet en place, tout refonctionne correctement puisque harmonieusement.

Ton instrument est parfait quand il est accordé au vivant, mais il suffit qu’il se désaccorde, alors il peut produire des fausses notes, et donc des musiques délirantes. Le flux mental crée toutes ces fausses notes et à travers toute cette fausseté, des mondes chimériques prennent naissance et s’y alimentent sans cesse. Tant que tu vis à travers le mental, tout se désaccorde en toi, et tu continus alors de vitaliser toutes ces chimères, mais si tu t’ouvres au chant du vivant, alors tout se ré-accorde en toi et tu entends alors de nouveau, la véritable symphonie des sphères.

Tu es cette sphère de vie et il suffit de t’ouvrir à ce que tu ressens, pour laisser à nouveau la vie reprendre les rennes de ton monde. Comme la direction de ta vie, est pris constamment par ton personnage, tu te retrouves face à un dilemme.

Laisseras-tu le chaos de ton monde au volant de ton être ? Ce chaos n’existe que pour te désactiver de qui tu es, tout en alimentant un monde infernal de toute ton attention, de toute ton énergie et ainsi de tout ton pouvoir de vie.

Qu’est-ce que tu sens là maintenant est le sésame pour t’ouvrir de la grotte mentale sempiternelle qui t’enferme depuis la nuit des temps. Pose-toi, sans cesse, cette question pour savoir sur quel plan tu te trouves. À chaque fois que tu sentiras le mental en toi répondre, repose-toi la question tout en te focalisant seulement sur ce que tu ressens. Si encore, tu sens le mental présent, car il t’amène dans un flux de pensée, respire, pose-toi, ressent en ton corps ce qui se passe et tant que tu n’es pas entièrement focalisé sur ce qui se passe en toi, continu ce processus…

Qu’est-ce que tu sens là maintenant, deviendra alors le criterium de l’état d’être dans lequel tu vibres et non plus dans lequel tu penses. Vois-tu, toute la différence de perception puisque la valeur réelle de ta vie est sans cesse vibratoire et jamais mentale ? Ceci compris et intégré fera toute la différence sur ton expérience de vie, car tu seras faire la différence entre ce que tu es et ce que tu crois.

Source : oeuvre-spirale.com

 

Print Friendly, PDF & Email

la-PG

La PG quotidiene est sur Telegram, VK & Facebook