Par Christian Duval

Conversation alchimique avec mon corps :

O corps,  tu es mon compagnon pour la vie,  mon ami, nous ne pouvons être séparés, ou que j’aille tu es avec moi, dés que je déprime tu en subis les conséquences, dés que je chante avec joie tu te réjouis.

Je te demande pardon de ne pas avoir toujours pris suffisamment soin de toi, j’ai vécu à coté de toi, je t’ai utilisé, épuisé, mal nourri, rejeté, maltraité, utilisé à outrance comme un objet utilitaire, m’isolant de toi pour trouver mon âme que je pensais être dans un univers lointain inaccessible pour toi alors qu’en vérité tout cela n’était que mensonge.

Au bout de celle longue errance, j’ai découvert que tu ne pouvais être éloigné de mon âme puisque c est elle qui t’a créé, qui te maintient en vie, en mouvement, qui par l’étincelle de mon cœur organise tout à la perfection en ton fonctionnement. Mon âme t’a créé afin que tu sois son temple, son palais, son royaume et moi je ne suis que celui qui doit maintenir l’ordre harmonique parfait a partir duquel elle t’a ordonné.

Je veux être ton ami et faire pour toi ce que l’on peut faire pour un ami, prendre soin de toi, de la nourriture dont tu a besoin, de la joie qui est indispensable à ton bien être car c’est en toi et par toi et avec toi que je peux enfin vivre les noces alchimiques, entre la lune et le soleil, entre mon masculin et mon féminin, entre mon âme et toi.

Pardonne-moi si je t ai si longtemps délaissé, mis de coté ou ignoré. Sans toi je ne peux exister en ce monde, nous sommes nés ensemble et mourrons ensemble, mais avant cela je veux connaitre ces noces célestes, que mon âme et toi soyez un, et je sais que c’est moi qui peux favoriser ou empêcher ces noces.

Apprends-moi à mieux te connaitre,  à mieux prendre soin de toi, à t’aimer davantage, a subvenir à tes besoins afin que je ressente enfin cette plénitude d’être dans un corps de chair capable de ressentir l’amour humain et l’amour universel qui depuis le cœur de mon âme pulse jusqu’au cœur de mes cellules.

O cellules, et particules atomiques qui constituez ce corps temple, je vous demande pardon, pardon de ne pas vous avoir écouté, de ne pas vous avoir nourri de belles pensées, de joie, de confiance, de légèreté et de m’être laissé piéger en absorbant cette nourriture infâme ; indigeste, lourde et plombée émanant des croyances et ambiances collectives de ce monde qui en manque d’amour souffre et que j’ai laissé cette souffrance vous impacter.

Je sais que chaque goutte de mon sang passe par mon cœur et est touché par l’information vibratoire émanant de celle –ci. Tant que je vivais éloigné de mon âme, qui, perdue en ce monde obscur avait été enfermée dans cette vibration lourde et opaque, vous avez été nourries par les informations émanant de ma filiation sanguine terrestre, un sang rouge portant en lui les mémoires de toutes mes expériences antérieures, de tous mes maux mais aussi de tous les maux transgénérationnels de l’humanité résidente. Cette nourriture vous a maintenu dans le combat, la lutte, les divisions, les rancunes, les peurs, les frustrations, et mon corps est devenu une sorte de champ de bataille jonché de cadavres, de douleurs, de souffrances.

Nombreuses d’entre vous o cellules avez perdu la vie ; nombreuses sont celles qui après s’être divisé une multitude de fois sont elles « mortes au combat » et ont été remplacées par d’autres plus jeunes, vigoureuses, émanant de la source Mère. Mais les souvenirs de ces combats intérieurs ont eu tôt fait d’embrigader ces jeunes générations de cellules qui a leur tour se sont engagées dans un combat illusoire et inutile.  Tant que demeure cette lutte intérieure, rien ne change vraiment, chaque génération cellulaire est modelée sur celle qui l’a précédée, c’est une sorte de transmission transgénérationnelle perpétuelle, diffusant sans cesse ces vieux scénarios résultant de mes conflits intérieurs alimentés par les conflits de tous les règnes vivant sur cette terre.

O corps, c’est pour cela que « moi » qui te parle aujourd’hui, n’en pouvant plus de cette désolation intérieure, n’en pouvant plus de changer sans cesse de corps, je t’ai abandonné sans m’en rendre compte parce qu’avais fini par penser que c’était toi l’obstacle à la réunification avec cet autre Moi, ce Soi, cette Présence que Je Suis dans un monde qui d’ici bas me parait inaccessible.

J’ai eu l’impression pendant longtemps que j’avais chuté sur cette terre alors que je voulais vivre sur le soleil mais la Lune faisait voile et me barrait le chemin.  J’ai emprunté la voie de l’alchimie, et c’est là que j’ai découvert le grand mystère. La Lune n’était point l’obstacle mais celle qui permet le processus d’ascension. Par son mouvement perpétuel et ses légions d’anges, c’est elle qui chaque jour me mettait face à face avec des situations qui réveillaient en moi des vieux scénarios, des blessures, traumatismes, douleurs, frustrations, rancunes qui formaient ce voile opaque me voilant le soleil.

Il m’a fallu un certain temps pour comprendre qu’elle ne produisait cette rencontre que pour m’aider à voir ce qui en moi avait créé le voile.  J’ai fini par percevoir qu’en fait ce n’était point elle qui avait créé le voile, mais « moi » qui ne faisait que répéter d’incarnation en incarnation les mêmes processus.

C’est ainsi que j’ai redécouvert que je n’étais pas séparé de ma partie Jumellaire solaire, ce Double qui est mon Âme céleste qui octroie tout pouvoir mais que c’est moi qui par ignorance avait créé ce « voile d’opacité ».

C’est alors que j’ai ressenti la vibration de cette Présence en moi, en mon cœur, là ou est localisée l’Étincelle de mon Âme et d’où elle émane sa Mélodie musicale ultrasonique qui telle une grande symphonie participe a mes Noces célestes.  J’ai alors compris que la Lune n’était pas mon ennemie mais ma meilleure amie et que mon corps éthérique dont tu es une manifestation visible était le condensé de mes croyances.

Tant qu’il n’était pas purifié des scories résultantes de mes blessures et traumatismes passés, il était comme un voile, et les eaux qui le constituent charriaient ces scories imprégnant mes cellules.

J’ai alors centré mon attention sur ce centre dit « Hara » celui qui relie avec Ra, le soleil qui brille au cœur de la Terre et j’ai entamé ce chemin alchimique. À chaque fois que la Lune réveillait une mémoire, j’ai œuvré pour dissoudre la charge émotionnelle de celle-ci, ainsi petit à petit les mémoires de ce passé sont passées du mode « actif » au mode passif. Je sais que ces mémoires ne peuvent être effacées car elles font partie de mon périple mais ne doivent plus générer de réactions émotionnelles en moi.

C’était le prix à payer pour que vous mes cellules ne soyez plus impactées par les souvenirs d’un passé qui n’a plus raison d’être. C’est ainsi que petit a petit, jour après jour, grâce a Dame Lune j’ai pu revisiter mon passé sans en être affecté et aussi revisiter le passé collectif de l’humanité, les guerres, les conflits ethniques sans que cela provoque aucune réaction émotionnelle en moi.

La Lune est devenue ma compagne, elle m’a inspiré sur mon chemin, m’a fait comprendre le sens caché des grands Mythes et légendes universelles dont l’humanité est empreinte. Et elle m’a révélé le grand Mystère.

Lorsque mon âme a décidé de s’incarner à nouveau en cette forme qui est toi mon corps, elle à choisi un moment particulier pour que la conception s’accomplisse, celui ou elle servait de point relais entre une constellation zodiacale et la terre et ce point précis est l’endroit exact déterminant la signature astrologique de mon ascendant.

Ainsi ma Personnalité dont toi mon corps tu es le support ; dispose de certains paramètres déposés la lors de ma conception par mes parents. C’est alors que j’ai compris que la Lune ne pouvait être mon ennemie puisque c’est elle qui avait fourni les matériaux pour te créer toi mon corps et que toutes mes cellules contenant les mémoires de toutes mes vies antérieures étaient empreintes de ces informations.

Ainsi mon Âme, le Soleil s’est projeté en ce monde via un archétype zodiacal choisi et qu’il a confié celui-ci à La Lune afin qu’elle te conçoive toi mon corps en tenant compte des mémoires transgénérationnelles provenant de mes vies antérieures enregistrées en mon inconscient et mon subconscient. Et que « moi’ » qui te parle en ce jour, je suis le Pont entre les deux. Encore faut il que je le consolide.

Tant que je reste englué et imprégné des scories antérieures formant voile, je reste prisonnier du voile collectif et des mémoires transgénérationnelles collectives. Je reste soumis aux rayons lunaires, à la masse populaire et reste une pauvre créature qui se plaignant et gémissant ne fait que perpétuer un avenir identique au passé. Par ce fait je m’englue dans les mémoires marécageuses de mes émotions négatives impactant encore mes cellules, et vous cellules restez prisonnières des informations véhiculées par le sang rouge.

Mais une autre voie m’a été révélée, celle qui consiste à nettoyer ce voile enfermant mon âme dans l’inconscient collectif et en nettoyant les scories au fur et à mesure qu’elles remontent à la surface jusqu’au moment ou la Lune devenant transparente laissera passer les rayons de mon Soi solaire. Le moment idéal pour célébrer les Noces alchimiques, où mon Âme solaire porteuse des vibrations de mon signe solaire puisse féconder et épouser mon Corps et toutes mes cellules.

C’est pour cela O corps que pendant des années et des années, je me suis éloigné de toi, cherchant à traverser la Lune pour toucher le Soleil et en ramener les flux lumineux pour réaliser ces noces alchimiques.  Dés que toi, corps élaboré a partir des informations de mon signe zodiacal situé à l’ascendant, permet aux énergies de mon Âme solaire de s’exprimer, de rayonner, alors mon périple alchimique se termine.

C’est pourquoi O corps O cellules je vous parle en ce jour.  Chaque goutte de mon sang qui passe au niveau de mon cœur reçoit l’empreinte génétique qui vous permet de prendre vie et de coopérer à l’organisation parfaite de ce corps.

Deux possibles s’offrent à vous O cellules, soit vous absorbez les informations émanant du sang rouge porteur des mémoires de l’inconscient collectif, soit vous absorbez les informations ultrasoniques et musicales provenant du Soleil source qui sont diffusées via l’Étincelle solaire, qui est la Porte de mon Âme.

Je sais que cette Étincelle n’est qu’un Portail, une Porte des Étoiles et qu’elle n’est pas impactée par ce qui se passe en ce monde terrestre, elle appartient à un autre monde et c’est par elle que les informations du Grand soleil pénètrent. A chaque instant les flux du plasma solaire s’épanchent depuis cette Porte céleste et chaque goutte de sang peut en être imprégnée. Cette reliance apporte une transmutation radicale et vous cellules en êtes les dépositaires.

Je sais que vous êtes élaborées à partir de cette substance plasmique dite particules adamantines qui dans leur descente vers la densité deviennent éons, électrons, protons, noyaux cellulaires et cellules et qu’en vérité toi mon corps n’a pas de forme figée mais qu’a chaque expir tu meurs, les particules se dissocient, et qui a chaque inspir tu te reconstruis.

La mort et renaissance sont des processus permanents et vous cellules vous vous adaptez aux formes pensées que j’émets, et toi mon corps te modèle selon mes visions et ressentis. Donc je n’ai jamais été séparé de toi O corps, ce n’était qu’une illusion mais à chaque fois que je pense à quelque chose, je deviens celle-ci et toi tu suis le mouvement.

Ce flux incessant de plasma solaire qui surgit de l’étincelle de mon cœur est de la pure énergie, amour et conscience car les deux sont un. Le ciel c’est la conscience et l’amour c’est la conscience manifestée sous forme d’énergie.

L’amour est donc la nature fondamentale de tout l’Univers, et tout baigne dedans. J’ai compris qu’étant Créateur par mes pensées et ressentis, il était nécessaire que je veille à la qualité de mes pensées et émotions car toi corps tu en étais directement impacté.

Tu es né d’une semence solaire et ta fonction première est de rayonner, de te réjouir, de réjouir, la joie est le compagnon inséparable de l’amour. Quand j’ai découvert cela, l’envie m’a pris de le partager avec tous, pensant ainsi œuvrer pour permettre a chacun de retrouver sa vraie vibration, son vrai corps ; sa vraie nature.  Je me suis pas mal épuisé, car en ce monde tout ce qui est vérité intérieure ne devient croyance que pour ceux qui la reçoivent.

Je me suis évertué à partager et me suis rendu compte que ce n’était point la solution. On ne peut témoigner d’un processus qu’en devenant soi même le témoin vivant de celui-ci. Il me fallait donc devenir un soleil vivant,  tout comme l’avait démontré le grand Maitre Nazaréen.  Pour aimer le monde et tous les êtres et règnes, il faut atteindre la dimension de l’amour intemporel et inconditionnel. C’est là que je me suis posé la question.

Est-ce que je m’aime d’un amour inconditionnel ???, alors je me suis intériorisé et me suis rendu compte que non, c’est là que j’ai entamé ce dialogue avec toi-même, et que je me suis aperçu que dans ma quête intérieure je t’avais quelque peu délaissé alors que sans toi, je ne peux rien démontrer.  C’est de mon ordre intérieur que s’établit mon ordre extérieur. Il me fallait donc encore plonger en cette ombre pour percevoir ce qui en moi n’était pas encore imprégné d’amour.

Fin de la conversation alchimique.

Christian Duval

Source : lagazettedewydyr.wixsite.com

 

Print Friendly, PDF & Email

Avatar photo

Christian Duval

Il me fait plaisir de répondre à vos questions ! Visitez mon site web : La Gazette de Wydyr et ma page FaceBook. - Me contacter ou lire mes chroniques