SURVEILLEZ la RÉSONANCE DE SCHUMANN en LIVE !

par Sandra Est Fée Mère

Plusieurs personnes ont abordé le sujet des arbres : Comment ‘prendre’ de l’énergie à un arbre, comment me recharger auprès d’un arbre, comment méditer avec un arbre…. ?

L’arbre est pour moi un guide, un exemple d’harmonie avec les éléments. L’arbre met en pratique la connexion permanente à la terre et au ciel. Je pourrai en dire beaucoup plus sur les arbres, mais je vais m’en tenir aux techniques. Un grand conseil avant de vous lancer là-dedans : apprenez à connaître les arbres (leur variétés, faire la différence entre arbre en croissance et un arbre en phase de putréfaction, ou malade).

Ce sont des exercices pour débutants, sauf le dernier (« Soigner un arbre »). Je demanderai aux débutants de ne pas le réaliser tant qu’ils n’ont pas abordé le travail énergétique. MAis si vous pratiquez des soins, faites- vous et faites- leur plaisir hein.

Les ressentis seront en fonction de son propre avancement en la matière (ressentis énergétiques) et sa faculté au lâcher- prise. Sans parler de l’état d’esprit. Ces exercices se font en contact avec le tronc de l’arbre, mais au fur et à mesure on pourra ressentir (et qui sait… voir ) l’aura et le champ d’action d’un arbre. A ce moment-là les exercices pourront être effectués sans être en contact physique avec l’arbre.

Choisir un arbre :

Nous avons tous une affinité avec certains types d’arbres. Certains courants parlent de ‘végétal Yin’ et ‘végétal yang’. On peut trouver son arbre par recherche radiesthésiste, chamanisme, par intuition, par les rêves lucides et autres méthodes. Quoi qu’il en soit on peut se connecter à d’autres variétés sans problème.

Le chêne reste un arbre propice aux connexions. Le bouleau, le hêtre, le frêne… feront aussi l’affaire. Choisir un arbre de grande taille, avec ou sans mousse. Eviter les arbres malades ou en train de mourir. Juste au cas où : ne pas choisir un arbre mort. Certains arbres sont à éviter. J’en connais un qui est le houx.

1. Ressentir l’énergie d’un arbre :

Se positionner face à l’arbre. De préférence face au nord (le sud dans le dos). Se tenir droit, les jambes légèrement écartées (les pieds dans l’axe des hanches). La langue colle au palais et le menton est légèrement entré (la tête elle, reste bien droite). Poser les deux mains de chaque côté de l’arbre, sans exercer de pression, donc en restant détendu de tout le corps. Fermer les yeux et respirer lentement par le nez puis expirer lentement. Se laisser aller, ne pas être dans l’attente.

Les ressentis : picotements, vagues de chaleurs, ou légers tremblements, courants d’énergies qui affluent du tronc vers les mains vers les bras. On peut aussi avoir l’impression que les pieds s’enfoncent dans la terre ou comme une certaine lourdeur du corps qui n’est pas désagréable (cela arrive surtout aux personnes qui ne sont pas ancrées… c’est comme si elles se prenaient subitement 1G d’apesanteur en plus).

2. Échanger l’énergie avec un arbre :

Se positionner face à l’arbre comme pour la technique du ressenti d’énergie, sauf pour les mains qu’on ne pose pas de suite sur l’arbre. Faire circuler l’énergie via sa propre méthode ou en suivant celle-ci :

On visualise l’énergie qui vient du ciel et entre par le sommet du crâne. L’énergie coule dans le corps jusqu’aux pieds.

Arrivée aux chevilles, l’énergie sort par la plante des pieds comme des racines d’arbre et trace un chemin vers le centre de la terre. On visualise l’énergie qui remonte du centre de la terre vers les pieds (comme la sève d’un arbre) et remonte le long du corps vers les mains et le sommet du crâne (les branches et les feuilles d’un arbre), puis vers le ciel. On est ici en circuit fermé terre ciel.

A présent on pose les deux mains sur chaque côté de l’arbre, pour inclure celui-ci dans le circuit créé.

On ne force pas. On laisse faire et on observe intérieurement ses ressentis sans être à l’affût. Toujours en lâcher- prise. En contemplation.

Ressentis : beaucoup plus forts que lors du premier exercice. Les ressentis sont toujours les mêmes sauf qu’à présent on sentira le flux et la teneur de l’énergie changer. Et ce sur tout le corps. Le fait de faire circuler l’énergie (on n’est ni dans le ‘prendre’ ni dans le ‘donner’), nettoiera également les énergies congestionnées, le mental et autres…

3. Se recharger auprès d’un arbre :

S’asseoir dos contre l’arbre. De préférence face au nord (donc dos au sud). Le mieux étant en tailleur, mais on peut aussi s’asseoir à genoux (dos collé au tronc et ne pas mettre la plante des pieds collés au coccyx). Si possible la tête (ou l’occiput) collée au tronc également. Laisser l’arbre vous recharger. Un plus : Poser une main au niveau du bas du dos, paume contre l’arbre et l’autre main au niveau du plexus solaire. Pas plus de 10 minutes.

4. Se connecter à un arbre :

Même principe que pour le premier exercice: chaque mains posées sur chaque côté et le front collé à l’arbre. Pour se connecter à l’arbre, faire comme pour le deuxième exercice en incluant le troisième œil dans le flux énergétique. On essaye d’être arbre et de fusionner avec lui. Non pas en entrant en lui (^^) mais en ne faisant qu’un. On peut le faire simplement en le lui demandant de bien vouloir se connecter à nous (on n’est pas dans la magie. Le simple fait de demander va enclencher le processus…. C’est comme poser une intention ). Si on en ressent le besoin, on peut poser ses pieds sur les racines et enlacer franchement l’arbre avec ses bras comme quand on embrasse une personne avec affection.

Ressentis : outre les ressentis de l’exercice 1 et 2 nos 5 sens seront affûtés. L’odorat plus développé (en plein mois de février j’ai pu sentir la végétation en fleur comme au printemps après une averse)., les bruits de la forêt / végétation plus vifs ou au contraire plus subtils et détaillés, on peut percevoir une modification de la lumière ambiante. On peut aussi avoir des flashs, des images qui nous parviennent, des émotions, parfois des mots qui prennent forment (en aucun cas des phrases compliquées).

5. Méditer avec un arbre :

Au début on peut se positionner dos contre le tronc en tailleur, puis, petit à petit s’en éloigner tout en restant sous son feuillage (toujours en tailleur ou allongé). Le principe est le même qu’avec la méditation avec les minéraux. En fonction de l’arbre. Comme on dispose de peu de documentation sur le sujet contrairement à la lithothérapie, je ne peux que vous inviter à étudier la symbolique, les légendes et traditions dendrophiles. Le meilleur moyen étant bien sûr de le ressentir par soi-même. Attention à la mémoire des lieux ! Surtout dans les grandes villes où les parcs sont souvent construits par-dessus des déchetteries, ou autres lieux énergétiques en cours de restauration… par les arbres et autre végétation justement. (Exemple flagrant au parc de la villette à Paris : pour ceux qui sont de la capitale, je vous laisse découvrir l’endroit le moins pollué par la mémoire des abattoirs ^^). Pour ce qui est de la méditation, se référer aux autres techniques du site.

6. Soigner un arbre :

Faire comme pour le premier et deuxième exercice, sauf que cette fois-ci on n’échange pas l’énergie, on la transmet. Attention, il est nécessaire de savoir transmettre l’énergie tellurique et cosmique (électro-magnétique) sans puiser dans nos propres réserves. Ne pas forcer. Si la transmission ne s’effectue pas c’est que l’arbre n’en a pas besoin, malade ou pas. Pour ce faire, inspirer en visualisant l’énergie électrique et magnétique entrer par le crâne et les pieds et venir s’accumuler dans le tanden (chakra sacré). A l’expiration on envoie l’énergie vers les mains pour la transmettre au tronc de l’arbre. Ne pas le faire plus de 10 minutes. Si on se sent affaibli, ballotté d’avant en arrière, arrêter de suite.

Se déconnecter d’un arbre : Il suffit de joindre ses deux mains devant soi les pouces collés au cœur et de formuler mentalement ou à haute voix que la connexion est à présent terminée.

Source: https://sortirduchaos.wordpress.com

Print Friendly, PDF & Email
Catégories : NATURE

la-PG

LE QUOTIDIEN QUI RÉUNIT. Un Blog consacré à la transition individuelle et planétaire et au maintien d'un taux vibratoire élevé.