Et si la planète gagnait un peu de répit grâce au coronavirus ? Si l’on ne peut que déplorer l’impact humain, social et économique engendré par cette épidémie, celui sur l’environnement semble à première vue bien différent. Depuis le début du confinement, des images prises par plusieurs internautes depuis de nombreux pays du monde montrent en effet que l’arrêt de l’activité humaine permet à la nature de reprendre petit à petit ses droits.

C’est notamment le cas dans le nord de l’Italie, et plus particulièrement à Venise. Là-bas, le confinement a littéralement stoppé net toute l’activité basée quasi exclusivement sur le tourisme -Venise est l’une des villes les plus touristiques d’Europe avec vingt millions de visiteurs par an-. Les bateaux restants désormais à quai, les eaux sont redevenues plus claires que d’habitude à pareille période, retrouvant ainsi leur lustre d’antan. Un événement incroyable pour les locaux qui redécouvrent une toute nouvelle manière d’apprécier leur environnement, comme l’explique sur Facebook Marco Contessa, un habitant vénitien.

Les effets du confinement sur la biodiversité marine ? Les agents du Parc national des Calanques ont assuré plusieurs patrouilles en mer depuis le début du confinement afin d’assurer une surveillance générale du territoire, notamment des zones de non-pêche. À l’occasion de leurs sorties, ils ont observé énormément de « vie » en mer : groupes de dauphins, larges radeaux de puffins, fous de Bassan, chasses de thons, héron cendré de passage… Lire la suite ici.

Une chose que nous n’oublierons certainement plus jamais sera le silence de cette quarantaine, juste le bruit de l’eau, du vent et de timides mouettes….
Une fenêtre sur la beauté.

Marco Contessa, habitant de Venise.

Extrait de https://www.mongr.fr/

Print Friendly, PDF & Email
Catégories : NATURE

la-PG

LE QUOTIDIEN QUI RÉUNIT. Un Blog consacré à la transition individuelle et planétaire et au maintien d'un taux vibratoire élevé.