Nous aimerions partager avec vous la sagesse du journaliste Jon Rappoport, spécialiste de l’enquête sur le nouveau virus corona. Je pense que cette approche de bon sens permettra aux gens de rester en dehors de la peur et de contourner l’hystérie. ~ CB


FAUSSE SCIENCE & PSEUDO SCIENCE

La plupart des gens acceptent la nouvelle que le coronavirus chinois se répand en Chine et dans le monde. Ils ne comprennent pas les faits de base.

Tout d’abord, dans chaque soi-disant épidémie, le diagnostic des patients finit par se faire par simple observation. Le patient présente des symptômes typiques de la grippe ? Fièvre, toux, fatigue, faiblesse, problèmes respiratoires ? Il vit ou travaille dans une zone où l’épidémie a été signalée ? Boom, vous dites au patient qu’il est atteint de la maladie épidémique. De toute évidence, c’est absurde. Mais cela arrive. Et puis vous entendez ou lisez : « Aujourd’hui, on a découvert que trois autres personnes étaient infectées par le virus à (le nom de la ville) ».

Si un patient est effectivement testé, avant qu’un diagnostic ne soit posé, la méthode la plus courante est le test d’anticorps. Il est rapide. Mais il y a un problème, un problème majeur. Un test positif signifie que le système immunitaire du patient est entré en contact avec le virus. Avant 1984, cela était généralement interprété comme un bon signe pour le patient : son système immunitaire réagissait bien et vainquait le virus. Mais la science a ensuite été bouleversée. Soudain, un test positif signifiait que le patient était atteint d’une maladie. Par conséquent, un grand nombre de personnes ont été faussement informées qu’elles étaient en danger. En période d’hystérie, ils sont devenus des « nouveaux cas » d’une prétendue épidémie. Ils ont été cités aux nouvelles pour renforcer l’idée que « le virus se propageait ». Encore un point : les tests d’anticorps sont connus pour leur réaction croisée. Cela signifie qu’un fait non pertinent concernant le patient fait que le test est faussement considéré comme « positif pour un virus ». Il a bu du vin la veille de l’épreuve. Il a un rhume. Etc.

Dans de très rares cas, un patient peut être testé avec une méthode appelée PCR. En termes simples, ce test consiste à prélever un échantillon de tissu du patient – un minuscule morceau de quelque chose qui pourrait être un virus… mais qui est bien trop petit pour être observé et identifié. Pour surmonter ce problème, le test PCR amplifie ce minuscule fragment de nombreuses fois, comme s’il faisait exploser une photographie. Si le test surmonte plusieurs difficultés et est effectué correctement, les chercheurs et les médecins pourront peut-être en déduire que le patient est porteur du virus. Mais le test ne révélerait rien sur la quantité de virus dont il est porteur. Et pourquoi est-ce important ? Parce que deux ou trois petites particules de virus flottant dans le corps du patient ne signifient rien. Pour provoquer une maladie, il faudrait qu’il y ait des millions et des millions de virus dans le corps du patient. Cependant, ce fait évident est ignoré. Un patient dont le test PCR est positif est ajouté à la liste des cas d’épidémie et les nouvelles rapportent : « Aujourd’hui, quatre autres personnes infectées ont été trouvées en Alaska, ce qui amène les experts à affirmer que l’épidémie se propage sans contrôle dans le monde entier… »

Comme vous pouvez le voir, ces grandes gaffes et ces fausses interprétations vont donner lieu à des nouvelles sur « l’épidémie qui se propage ».

Je devrais également mentionner le personnel de sécurité de bas niveau, la police et les soldats, dans les aéroports et autres centres de transport, qui agitent des baguettes pour voir si la température des gens est élevée – ce qui indique qu’ils pourraient être « porteurs du virus ». Ces « tests » sont à peu près aussi fiables que de pointer au hasard un personnage sur une photo de foule et de dire : « C’est lui qui vient de braquer la banque, arrêtez-le ».

En référence à Wuhan, appelée le centre de l’épidémie en Chine, des photos de personnes bloquant les salles d’attente des hôpitaux sont citées comme « preuve » de la propagation du virus et de l’épidémie. C’est absurde. Beaucoup de ces personnes, qui présentent quelques symptômes typiques de la grippe, ont subi un lavage de cerveau par des annonces publiques qui leur ont fait croire qu’elles étaient porteuses du « virus épidémique ». Et puis, Wuhan a des niveaux de pollution atmosphérique très dangereux. Wuhan est connue pour son smog polluant. L’été dernier, des milliers de personnes de la ville sont descendues dans les rues pour protester contre la qualité de l’air et contre le projet d’incinérateur de déchets qui, selon elles, provoquerait un smog encore plus nocif. Cette pollution provoque des problèmes pulmonaires, cités comme un symptôme de « l’épidémie de coronavirus ».

Gardez ces questions à l’esprit lorsque les gens prétendent automatiquement que « le virus et l’épidémie se propagent ».

Source: https://guidesblog.org/

Traduit et partagé par la Presse Galactique

image_pdfVoir en PDF
Catégories : COMMUNIQUÉSSANTÉ

la-PG

LE QUOTIDIEN QUI RÉUNIT. Un Blog consacré à la transition individuelle et planétaire et au maintien d'un taux vibratoire élevé.