Merci de votre soutien !

contribuer2
Précédent
Suivant

par Jean-Philippe Marcoux d.c.

Le concept des Profils neuro-sociologiques des différents modèles de droitières, de gauchères, de droitiers et de gauchers a permis de mettre en évidence à partir du F.P.S.A. (Facteur de Puissance de Séduction et d’Action) la dynamique de fonctionnement plus ou moins performante à partir d’une base de Profil N.S. à Principe Féminin et d’une base de Profil N.S. à Principe Masculin.

Un dicton Amérindien dit que : La voie blanche est celle du célibat et c’est la plus facile, alors que la voie rouge est celle du mariage et c’est la plus difficile. Nous allons découvrir ensemble que cette sagesse ancestrale a ses raisons que le cœur ignore.

Pour faire suite aux deux dernières capsules qui ont été orientées vers une conscientisation de l’importance de « notre Juste Place » pour se permettre d’offrir Le Meilleur de nous-mêmes. Ce nouveau regard sur la compréhension des nouvelles options de notre réalité d’individu se présente comme une alternative cohérente en mettant des « balises » sur le chemin d’une démarche mystique chez un individu. Ce qui nous amène à une réflexion sur l’évolution de la nature du « couple biologique » vers « le couple mystique » et finalement vers la notion du « partenaire mystique ».

Dans les quelques lignes qui vont suivre, nous irons à la rencontre du « couple biologique » qui est assez complexe dans son jeu de rôle à cause des différentes permutations que les lois neuro-biologiques imposent, l’option du « couple mystique » étant très difficile à manifester.

Pourtant le « couple mystique » se retrouve sporadiquement dans le passé légendaire et dans le Présent de notre humanité avec une caractéristique dominante : Le respect et l’intégration du « Je SUIS ce que JE SUIS / JE SUIS ce que JE POURSUIS / JE POURSUIS ce que JE SUIS ». Cette démarche demande une reconnaissance de Soi-même et de l’autre, du courage couplé à une volonté inébranlable de donner le meilleur de soi et UN AM-O-UR inconditionnel tout en sachant que nous sommes toujours et encore des HUMAINS.

Pour ce qui est du « partenaire mystique », c’est une suite logique dans l’intégration d’une démarche mystique. La trilogie qui implique la notion de « couple mystique » implique : deux Humains qui choisissent de mettre une troisième entité comme intermédiaire, et ce pour devenir Le Couple… Puis dans un « instant d’illumination » les deux JE SUIS se reconnaissent dans un FACE à FACE comme étant UNIQUE INDIDUELLEMENT, « ELLE » et « IL » deviennent des « PARTENAIRES ÉVOLUTIFS MYSTIQUES ». Cela est la manifestation de L’ARCHÉTYPE du SOI qui enveloppe par ce qu’il est : L’AM-O-UR (JE SUIS LUMIÈRE).

Commençons par le début :

Pour de nombreux individus, la réalité du célibat(ère) est une option imposée et pour d’autres volontaires. Le F.P.S.A. du ou de la célibataire est facile à envisager et à respecter pour un mieux-être personnel.

Pour d’autres, la réalité du couple marié ou du couple non marié est une option imposée, suggérée, recommandée ou volontaire. Le F.P.S.A. du couple est plus complexe à envisager, à comprendre, à intégrer et à respecter. Il y a 3 entités qui sont en place : il y a 2 individus de sexe différents ou identiques, puis la 3ieme entité qui est le concept du couple. Déjà cela commence à se compliquer, car un ménage à trois ce n’est pas évident à gérer.

Dans la réalité du couple, la notion du couple réel, du couple virtuel et du couple inversé va prendre une place dominante dans l’évolution du F.P.S.A. pour la survie du couple. Vous allez découvrir la complexité du F.P.S.A d’un couple et comprendre la notion de couple en « SURSIS ».

L’humour aura sa juste place dans le descriptif des différents modèles de couples, sinon, la voix rouge, ce n’est pas rigolo…

Il y a le couple hétérosexuel de base : la femme à Principe Féminin et l’homme à Principe Masculin. Quand la ménopause et l’andropause s’installent, alors là, c’est la catastrophe. Tout est graduellement « inversé » et les renouvellements des vœux, on oublie ça… !

Il y a le couple hétérosexuel inversé : l’homme à Principe Féminin et la femme à Principe Masculin. L’andropause ne va rien changer, la ménopause ne va rien changer : statu quo évolutif, bien qu’un peu plus tendu à la maison.

Il y a le couple hétérosexuel-homosexuel virtuel à Principe Féminin pour la femme et l’homme. Couple dont l’aspect du verbomoteur est dominant en + ou en -, couple cocon-duvet et cool. La ménopause va activer le couple hétéro inversé et provoquer un conflit et la plupart du temps un divorce en bout de ligne…

Il y a le couple hétérosexuel-homosexuel virtuel à Principe Masculin pour la femme et l’homme. Couple dont l’aspect action, trekking, vélo, performance et confrontation est leur quotidien. Ça bouge, c’est du tonic. L’andropause s’installe lentement, le mec va commencer à tirer la langue et les blessures vont s’accumuler. Le couple hétéro inversé s’active et madame s’interroge et s’inquiète pour son mec… ?

Il y a le couple « lesbienne réelle ». Ce sont deux femmes à Principe Féminin. Quand la ménopause s’installe, le décalage dans l’univers à Principe Masculin va varier en fonction du Profil de base de chacune d’elles et de la différence entre les variables de la droitière et celles de la gauchère. On va se retrouver avec des potentiels de couples « lesbiennes-hétérosexuelles » virtuels et de couples « lesbiennes à Principe Masculin ». Le couple en prend pour son « grade » et plein la « gueule ».

Il y a le couple « lesbiennes réelles » à Principe Masculin. La ménopause ?… Connais pas ! La vie continue à plein régime, le reste c’est de l’histoire ancienne.

Il y a le couple homosexuel réel. Ce sont deux hommes à Principe Féminin. Quand l’andropause s’installe, la glissade léthargique s’amplifie et le couple s’étiole lentement. Rien n’a changé, mais cela cause beaucoup de souffrance psychique.

Il y a le couple « homosexuel réel-hétérosexuel virtuel ». Un des partenaires est sur une base à Principe Féminin et l’autre sur une base à Principe Masculin. C’est compliqué comme dynamique avec beaucoup de tension-réactions. C’est un peu rock and roll. Quand l’andropause montre le bout de son nez, c’est le couple homosexuel réel qui reprend sa place. L’adaptation et le partage ne sont plus évidents.

Il y a le couple homosexuel réel ou les partenaires sont sur une base à Principe Masculin. C’est un peu hard et très difficile à gérer. Si le « couple » persiste et vient à vivre ensemble l’andropause, tant mieux, mais j’avoue que c’est très difficile à évaluer et à envisager. Le couple va vivre la dynamique « homosexuel-hétérosexuel virtuel » et en bout de course le couple « homosexuel réel à Principe Féminin »…

Comme vous avez constaté, je n’ai pas inclus la notion des variables des droitières, des gauchères, des droitiers et des gauchers. Cela demanderait des pages et des pages d’analyse et d’explications ce qui risquerait de créer de la confusion. Une formation existe pour ce complexe de la dynamique du couple. Un livre a été écrit qui développe le sujet en profondeur.

Voie blanche… Voie rouge… Les deux voies sont des parcours initiatiques qui doivent être vécus en reconnaissance des causes et des effets. Le respect de l’autre dans sa différence est la base de la réussite du couple. Il est essentiel de mettre beaucoup d’amour avec une dose importante de communication, une cuillère à thé d’humour et une pincée de sagesse face à la « mutation » de l’autre et du couple. C’est inévitable et c’est frustrant, mais cela peut être vécu en restant le plus possible sur une position d’Observateur et d’Acteur conscient.

À suivre…

La suite très bientôt sur la PG

Formateur – Coach privé – Chiropracteur et Thérapeute
Le Dr Jean-Philippe MARCOUX d.c. est titulaire d’un doctorat en chiropraxie diplômé en 1983 du CMCC de Toronto (Canadian Chiropractic Memorial College).

Pour plus d’informations ou me contacter CLIQUER ICI

 4,449 

Print Friendly, PDF & Email
Précédent
Suivant
[widget id="custom_html-29"]

Jean-Philippe Marcoux

Formateur - Coach privé - Chiropracteur et Thérapeute Le Dr Jean-Philippe MARCOUX d.c. est titulaire d’un doctorat en chiropraxie diplômé en 1983 du CMCC de Toronto (Canadian Chiropractic Memorial College). - Me Contacter ici